Jean-Bernard Lévy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean-Bernard Lévy (homonymie).
Jean-Bernard Lévy en 2008.

Jean-Bernard Lévy, né le 18 mars 1955 à Suresnes est un dirigeant d'entreprise français. Président-directeur général de Thales, il fut président du directoire de Vivendi. Il devrait être nommé le 21 novembre 2014, président du groupe Électricité de France, annonce faite par le gouvernement le 15 octobre 2014.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Jean-Bernard Lévy est né le 18 mars 1955 à Suresnes, du mariage de Claude Lévy, médecin, et de Monique Herzog. Après des études au lycée Pasteur de Neuilly-sur-Seine, il intègre en 1973 l’École polytechnique puis Télécom ParisTech[1].

De son mariage le 15 juin 1985 avec la biologiste Odile Heidmann, sont nés quatre enfants[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il débute sa carrière de fonctionnaire à France Télécom comme ingénieur à la direction opérationnelle des télécommunications d'Angers en 1979. En 1982, il intègre la Direction générale des télécommunications comme responsable de la gestion des cadres supérieurs et des budgets de personnel, puis en tant qu'adjoint au chef du service du personnel.

À la faveur de l'alternance de 1986, il est appelé au sein du cabinet de Gérard Longuet, secrétaire d'État puis ministre délégué, chargé des Postes et Télécommunications, en qualité de conseiller technique puis de conseiller pour les affaires internationales et industrielles.

Après un passage à Matra Espace en qualité de directeur des satellites de télécommunications durant le retour au pouvoir du Parti socialiste, il retrouve Gérard Longuet, ministre de l’Industrie, des Postes et Télécommunications et du Commerce extérieur comme directeur de son cabinet de 1993 à 1994, et conserve ce poste lorsque le ministère échoit à José Rossi[2].

Directeur à la direction générale du groupe Matra-Hachette à partir de 1994, il est président-directeur général de Matra communication de 1995 à 1998. À cette date, il quitte Matra, pour le milieu financier. Il est nommé directeur général en 1998 puis associé gérant à partir de 2002, d'Oddo et Cie, devenu Oddo Pinatton Corporate dont il préside le collège des gérants de 2000 à 2002.

Directeur général de Vivendi à partir de 2002, il prend la présidence du directoire en 2005[3],[4]. À ce titre, il préside le conseil de surveillance de Viroxis depuis 2007 et dirige Activision Blizzard depuis 2009.

En mars 2012, il prend la direction de la filiale SFR à la suite du départ de Frank Esser[5].

Le 27 juin 2012, il annonce son départ de Vivendi dont il est le patron depuis dix ans, à la suite de divergences stratégiques avec Jean-René Fourtou, président du conseil de surveillance du groupe[6].

Le 19 décembre 2012, la presse annonce sa nomination à la tête du groupe Thales[7]. Durant son mandat, Thales connaît une croissance de 7 % en 2013[8].

Le 15 octobre 2014, le gouvernement annonce qu'il devrait être nommé à la présidence du groupe EDF le 21 novembre 2014 Frédéric de Monicault, « EDF : Henri Proglio sera remplacé par le patron de Thales », sur le site du quotidien Le Figaro,‎ 15 octobre 2014.

Autres mandats[modifier | modifier le code]

Il siège également aux conseils d'administration de NBC Universal depuis 2004, de Vinci, de l'Institut Pasteur depuis 2007 et de la Société générale depuis 2009[9].

De 2007 à 2009, il est nommé président de l'Electronic Business Group (EBG) puis intègre le conseil d'administration de l'Institut Mines-Télécom le 23 septembre 2009[10].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Jean-Bernard Lévy est chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur et officier de l'ordre national du Mérite.

Notes et références[modifier | modifier le code]