Jean-Baptiste Weckerlin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Baptiste WeckerlinJean-Baptiste Wekerlin

Description de cette image, également commentée ci-après

Jean-Baptiste Weckerlin

Nom de naissance Jean-Baptiste Théodore Weckerlin
Naissance 9 novembre 1821
Guebwiller, Royal Standard of King Louis XIV.svg Royaume de France
Décès 20 mai 1910
Guebwiller, Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Lieux d'activité Paris
Formation Conservatoire de Paris
Maîtres Elwart, Halévy, Ponchard.

Jean-Baptiste Théodore Weckerlin ou Wekerlin (9 novembre 1821 à Guebwiller20 mai 1910 au Trottberg près de Guebwiller) est un compositeur et folkloriste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1844, quittant ses études à Strasbourg, il vint Paris, devenant élève, au Conservatoire de Paris, de Ponchard pour le chant, et d'Halévy pour la composition. En 1847, il écrivit sa symphonie héroïque Roland. En 1853, Weckerlin eut du succès avec l'opéra-comique en un acte L'organiste dans l'embarras. En 1869, il devint bibliothécaire assistant au Conservatoire.

En 1863, il écrivit l'opéra-comique Die dreifach Hochzeit im Bäsethal, et en 1879 Der verhäxt Herbst, tous deux en dialecte alsacien. En 1876, il succéda à Félicien David à la tête de la bibliothèque du Conservatoire il publia en 1885 un catalogue biographique. Plus tard, il devint bibliothécaire de la Société des Compositeurs. Il fut renommé comme compositeur d'œuvres chorales. Il épousa la fille de la prima donna des derniers opéras parisiens de Rossini, Madame Laure Cinti-Damoreau.

On se souvient surtout de Weckerlin pour ses arrangements pour piano de chants traditionnels français, en particulier de bergerettes. Ses Bergerettes, romances et chansons du XVIIIe siècle, furent publiées en 1860.

Il est peut-être l'auteur du fameux chœur à 4 voix Mon cœur se recommande à vous, qu'on attribuait jusqu'à présent à Roland de Lassus, célèbre compositeur de la Renaissance. On peut aussi attribuer l'œuvre à François-Joseph Fétis, conservateur de la bibliothèque royale de Bruxelles au XIXe siècle.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Après Fontenoy ou Manche à manche. Opéra-comique en un acte. Paris 1877.
  • Di dreyfach Hochzitt em Bäsathal. Loscht's Opärettla en 3 Actä. Colmar 1860 (Livret de Jean Thomas Mangold).
  • La Laitière de Trianon. Opérette en un acte.
  • L'Organiste dans l'embarras. Opéra-comique en un acte. Paris 1853
  • Les Revenants bretons. Opéra de salon en un acte. Paris 1855.
  • D'r verhaxt' Herbst. Lustoperettla uf Colmarditsch en 4 Akte. Sutter, Rixheim 1907 (Livret de Jean Thomas Mangold).
  • Tout est bien qui finit bien. Opéra de salon en un acte. Paris 1856 (Livret de Jules Malherbe).
  • oratorio, Le jugement dernier
  • cantates, L'Aurore and Paix, charité, grandeur (1866)
  • “ode-symphonie” Les poèmes de la mer, pour solo, chœur, et orchestr (1860)
  • L'Inde et La fête d'Alexandre, 1873.
  • Chansons populaires de l'Alsace, Paris 1883. Réimpréssion Edition Gyss, Schirmeck 1984, (ISBN 2-902912-37-4)
Arrangements
Écrits

Son Histoire de l'instrumentation depuis le seizième siècle jusqu'à l'époque actuelle gagna la médaille d'or de l'Académie en 1875.

Sources et liens[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]