Jean-Baptiste Schacre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Photographie de J.-B. Schacre (années 1860)

Jean-Baptiste Schacre (Delle, 1808 - Mulhouse, 1876) est un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Delle (alors commune du Haut-Rhin) en 1808, Jean-Baptiste Schacre fit preuve dès le collège d'un réel talent de dessinateur. Son père, propriétaire d'une tannerie, ayant fait faillite en 1826, il fut contraint d'interrompre ses études pour gagner sa vie. C'est à cette fin qu'il obtint, grâce à l'appui d'un parent influent, un poste de dessinateur dans le service des Ponts-et-Chaussées, où il est remarqué par l'ingénieur Pierre-Dominique Bazaine. Les voyages occasionnés par ses activités lui permirent de découvrir les paysages et les principaux monuments médiévaux d'Alsace, dont il réalisa des dessins tantôt inspirés par le goût romantique du pittoresque, tantôt marqués par les préoccupations archéologiques de son époque.

Après avoir participé à la création de la voie ferrée et des stations de la ligne Strasbourg-Bâle (1838-1841), il s'établit à Mulhouse en tant qu'architecte libéral. Mais c'est en tant qu'architecte-voyer de cette ville (1844-1876) que Schacre réalisa ses œuvres les plus importantes. Malgré cette fonction municipale prenante et théoriquement exclusive (il n'obtint le droit de réaliser des travaux pour d'autres communes ou pour des particuliers qu'après 1848, la crise économique ayant provoqué la diminution de ses appointements), il eut un rôle important dans le département du Haut-Rhin, notamment à la suite de son intégration au Conseil départemental des bâtiments civils (1861).

Son fils Jean-Baptiste fut également architecte, de même que son neveu Alfred Schacre (actif à Champagnole).

Travaux principaux[modifier | modifier le code]

Dessin[modifier | modifier le code]

  • Nombreux paysages et vues de monuments (importante collection au cabinet des estampes de Strasbourg).
  • Contributions à l'ouvrage de Jacques Rothmuller, Vues pittoresques des châteaux, monuments et sites remarquables de l'Alsace, Hahn et Vix, Colmar, 1839.

Architecture[modifier | modifier le code]

À Mulhouse[modifier | modifier le code]

  • Fontaine de l'enfant à l'oie (1845) (détruite, seule la statue a été conservée)
  • Synagogue (1847-1849)
  • Synagogue de Dornach (v. 1851)
  • Salle d'asile de la rue Franklin (1852) (aujourd'hui école maternelle)
  • Bains publics et lavoirs (1852)
  • École professionnelle (1854) (détruite, emplacement du parking Buffon)
  • Église catholique Saint-Étienne (1855-1860)
  • Couverture de la Sinne (1856-1866)
  • Temple protestant Saint-Étienne (1859-1869)
  • École Koechlin (1865)
  • Caisse d'épargne de la rue Sainte-Claire (1867)
  • Cimetières centraux (1869-1872)

Dans d'autres communes du Haut-Rhin[modifier | modifier le code]

Dans d'autres départements[modifier | modifier le code]

  • Delle : Église paroissiale (1858-1861, reconstruction)

En Suisse[modifier | modifier le code]

  • Bâle : Première gare (1844)

Exposition du bicentenaire[modifier | modifier le code]

  • Du 24 mai au 19 octobre 2008, le Musée Historique de Mulhouse a présenté une exposition consacrée à la vie et la carrière de Schacre : Jean-Baptiste Schacre (1808-1876), architecte mulhousien.

Galerie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Danielle Bohly-Meister, « Un architecte autodidacte : Jean-Baptiste Schacre (1808-1876) - Son œuvre religieuse », Annuaire de la Société d'Histoire du Sundgau, 1992, p. 23-42.
  • Jules Joachim, « Jean-Baptiste Schacre, architecte (1808 - 1876) », Bulletin du Musée historique de Mulhouse, 1953, p. 170 - 190.
  • Joseph Specklin, Jean-Baptiste Schacre (1808-1876), architecte mulhousien, [livret de l'exposition], Société d'Histoire et de Géographie de Mulhouse, 2008, 4 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :