Jean-Baptiste Salme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Baptiste Salme
Image illustrative de l'article Jean-Baptiste Salme

Naissance
Aillianville (Haute-Marne)
Décès (à 45 ans)
Tarragone (Drapeau de l'Espagne Espagne)
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
infanterie
Grade général de division
Années de service 17841811
Distinctions Baron de l'Empire
Chevalier de la Légion d'honneur
Hommages nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile, 38e colonnes

Jean-Baptiste Salme, né le à Aillianville (Haute-Marne), mort le à Tarragone (Espagne), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de service[modifier | modifier le code]

Il entre en service le 16 avril 1784, au régiment de Noailles, et il obtient son congé le 12 janvier 1791.

Il reprend du service le 31 août 1791, comme adjudant au 1er bataillon de volontaires des Vosges, et le 15 avril 1792, il est nommé sous-lieutenant. De 1792 à 1794, il sert à l’armée du Rhin, et il est blessé le 3 août 1792, à Rulzheim.

Le 17 octobre 1793, il devient lieutenant-colonel, sans passer par les grades intermédiaires, du 15e bataillon des Vosges, et le 28 octobre 1793, il est nommé chef de brigade à la 3e demi-brigade de bataille de première formation.

Il est promu général de brigade le 30 mars 1794, à l’armée du Nord, et il est blessé le 13 juillet à Malines. Le 20 septembre 1794, il reçoit le commandement de la 4e division de l'armée du Nord, avec laquelle il combat en Belgique et au Pays-Bas jusqu’en 1797. En avril 1797, il prend le commandement d’une brigade de dragons à l’armée de Sambre-et-Meuse, dans la division du général Klein, et il est relevé de ses fonctions et destitué le 13 septembre 1797.

Il est réintégré le 9 novembre 1798, et il est désigné pour faire partie de l’armée d’Orient, mais arrivé à Ancône, il ne trouve pas de bateau pour Alexandrie. Il rejoint donc l’armée de Rome commandée par le général Championnet, puis l’armée de Naples commandée par le général Macdonald, où il reçoit en avril 1799, le commandement de la 1re brigade d’infanterie légère. Il est blessé le 17 juin 1799, à Castel-Giovanni, le 19 juin à la bataille de la Trebbia, et il est fait prisonnier le 20 juin à Plaisance.

Interné en Autriche, il est de retour en France en mars 1801, et le 2 octobre 1801, il est désigné pour faire partie de l’Expédition de Saint-Domingue. Il est élevé au grade de général de division provisoire le 15 mai 1802, par le général Leclerc, et renvoyé en France le jour même. De retour en France, il est mis en disponibilité le 22 septembre 1802, et le 16 octobre suivant, il passe en non activité. Il est admis à la retraite le 26 août 1803.

Il est rappelé à l’activité le 8 août 1809, comme commandant d’une brigade de gardes nationaux en Flandre, et le 26 septembre suivant il est renvoyé dans ses foyers.

Le 16 avril 1810, suite à l’intervention du général Souham, il est affecté à l’armée de Catalogne, où il reçoit le commandement d’une brigade composée des 7e et 16e régiment d’infanterie de ligne. Il se distingue au siège de Tarragone le 5 mai 1811, lorsqu’il attaque les faubourgs de la ville, ainsi que le 6 mai, lors d’une contre attaque espagnole. Dans la nuit du 13 au 14 mai 1811, il s’empare des retranchements espagnols en avant du fort d’Olivo, et il est tué d’une balle dans la tête le 27 mai suivant pendant une contre attaque ennemie, alors qu'il défend sa position.

Il avait été fait chevalier de la Légion d’honneur le 7 mai 1811. Lors de son inhumation, Napoléon fait déposer dans son cercueil les brevets de général de division et de baron de l'Empire.

Son nom est inscrit sur l'Arc de Triomphe de l'Étoile, pilier Ouest, 38e colonne.

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]