Jean-Baptiste Sénac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Baptiste de Sénac

Jean-Baptiste Sénac (1693-1770), chimiste, cardiologue et médecin français du XVIIIe siècle, précurseur de la cardiologie, fut Conseiller d'État et médecin de Louis XV, responsable des eaux de source du royaume. Il releva les points communs des symptômes en cardiologie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-baptiste Sénac est né en 1693 à Lombez, dans le département du Gers, en Gascogne. Son père est avocat. Sa mère, fille de notaire. Il a effectué une partie de ses études de Médecine en Hollande chez un condisciple du Gran d Newton. Il s'est orienté au départ vers le collège des jésuites avant qu'il ne se consacre à la Médecine. En décembre 1723, il est nommé sur la recommandation de deux savants médecins, Duverney (1648-1730) et Winslow (1669-1760), adjoint anatomiste à l'Académie royale des sciences. En 1723 et 1724 il publie coup sur coup deux ouvrages :

  • un Nouveau Cours de chymie, suivant les Principes de Newton et de Stahl (cet ouvrage selon certains serait un recueil des conférences de C.J. Geoffroy et de G.F. Boulduc) ;
  • une traduction annotée de l'Anatomie de Heister avec des essais de physique sur l'usage des parties du corps humain et sur le mEcanisme de leurs mouvements.

Malgré les intrigues Sénac sut cependant gagner l'estime et l'amitié des Grands du royaume puis celle de Louis XV qui en fit son premier médecin, reportant sur lui, semble-t-il, les sentiments qu'il avait eu pour Maurice de Saxe dont Sénac avait été le médecin. Mais la gloire de Sénac ne se limite heureusement pas à celle d'avoir porté le titre de médecin du roi. Elle est née de son œuvre même. Les temps étaient mûrs pour une synthèse générale des notions acquises. En effet Sénac étudia les lésions du cœur aussi bien qu'on pouvait le faire avant l'auscultation. Le pouls est alors le seul moyen d'investigation et des compilations sans intérêt à son sujet encombrent la médecine. Malgré cela, Sénac tire la cardiologie du chaos et bien que dans cette voie il ait eu d'illustres précurseurs tels Richard Lower à Londres et Vieussens à Montpellier, il est souvent cité comme fondateur de cette discipline (La cardiologie).

Jacques Poulet dit de lui qu'« il faut retenir à son actif le fait d'avoir montré que les affections cardiaques possédaient en commun un cortège fonctionnel et d'avoir insisté sur la latence clinique de nombre de ces affections. » Ainsi il fut le premier à reconnaître la gêne respiratoire et l'œdème des jambes comme des symptômes significatifs.

Il est mort le 20 décembre 1770, âgé d’environ 77 ans.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Guy Sénac de Monsembernard, Sénac de Meilhan, 1736-1803, Paris, G. Sénac de Monsembernard, 1969, 135 p.[1]
  • Guy Sénac de Monsembernard, Du lieu de naissance et des attaches gasconnes de Sénac, premier médecin de Louis XV, Aux-Assat, G. Sénac de Monsembernard, 1988, 49 p.[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]