Jean-Baptiste Nattier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Baptiste Nattier, né le 27 septembre 1678 et mort le 23 mai 1726, est un peintre d'histoire français.

Fils du portraitiste Marc Nattier et de la miniaturiste Marie Courtois, et frère ainé du peintre Jean-Marc Nattier, Jean-Baptiste fut d’abord l’élève de son père.

Après avoir étudié à l’Académie de France à Rome de 1704 à 1709, il fut reçu à l’Académie le 29 octobre 1712, sur la présentation d’un tableau de Joseph sollicité par la femme de Putiphar.

Compromis dans le scandaleux procès de Benjamin Deschauffour[1], il fut enfermé à la Bastille et, près de subir une peine infamante, il échappa au sort qui le menaçait en se coupant la gorge dans sa prison avec un couteau à huîtres.

Sa condamnation entraina sa déchéance de membre de l’Académie et son morceau de réception fut rendu à sa famille.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Claude Pasteur, La princesse Palatine, Taillandier 2001 p.131-132 : Deschauffour exploitait un réseau pédérastique, il fut condamné et son cadavre brûlé en Place de Grève.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Hoefer, Nouvelle Biographie générale, t. 37, Paris, Firmin-Didot, 1863, p. 508-9.

Sur les autres projets Wikimedia :