Jean-Baptiste Prosper Jollois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Jean-Baptiste Jollois)
Aller à : navigation, rechercher
Jean-Baptiste Prosper Jollois
Égyptologue
Pays de naissance Drapeau de la France France
Naissance
Brienon-l'Archevêque
Décès
Paris
Nationalité française
Distinctions Officier de la Légion d'honneur
Découvertes principales tombeau d'Amenhotep III (WV23)
Expéditions principales Campagne d'Égypte
Autres activités ingénieur

Jean-Baptiste Prosper Jollois, né le à Brienon-l'Archevêque et mort le à Paris, est un ingénieur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jollois a fait ses études en tant que pensionnaire dès 1787 au collège de Joigny dans l'Yonne, puis à Sens comme il l'écrit au directeur de l'école des Ponts et Chaussées. Il entre ensuite à l'École Polytechnique promotion 1794 aux côtés de Louis Didier Jousselin et de Louis Poinsot où il reste trois ans.

Membre de l’expédition française en Égypte de 1798, il passe un examen au Caire devant Gaspard Monge et il est nommé ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées.

Le , il part du Caire pour la Haute-Égypte, sous la conduite de Girard, accompagné de Descotils, Rozière, Dupuis, ingénieurs des mines, Villiers du Terrage, Dubois-Aimé et Duchanoy, ingénieurs des Ponts et Chaussées, Castex, sculpteur, pour prendre des renseignements sur le commerce, l'agriculture, l'histoire naturelle, les arts et les antiquités, et surtout pour examiner le régime du Nil, depuis la première cataracte, et étudier le système d'irrigation[1].

Il a parcouru l'Égypte en compagnie d'Édouard de Villiers du Terrage avec lequel il a découvert, en , le tombeau d'Amenhotep III (WV23 dans la vallée des singes).

Il a également pris part à la rédaction de la Description de l'Égypte.

De retour en France, il ne reprend sa place d'origine qu'en 1810, et est affecté aux travaux des ponts et quais de Paris. Ingénieur en chef en 1819, nommé successivement dans les départements des Vosges en 1819, puis du Loiret.

Il fait élever le monument de Jeanne d'Arc à Domrémy en 1820.

Directeur du département de la Seine et des ponts de Paris en 1830[2], il est mort en fonctions dans son cabinet de travail.

Il avait épousé une des filles de Germain-André Soufflot de Palotte, petite-nièce du célèbre architecte Soufflot.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Tombe (cimetière Montmartre
  • Président de la Société royale des Antiquaires de France en 1833.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Appendice aux recherches sur les bas-reliefs astronomiques des Égyptiens, par MM. Jollois et Devilliers, Paris, impr. de Paul Dupont, 1836.
  • Histoire abrégée de la vie et des exploits de Jeanne d'Arc, surnommée la Pucelle d'Orléans..., 1821.
  • Notice sur les monuments élevés en France à la mémoire de Jeanne d'Arc, 1834.
  • Lettre à Messieurs les membres de la Société royale des antiquaires de France sur l'emplacement du fort des Tourelles de l'ancien pont d'Orléans, 1834.
  • Mémoire sur les antiquités du département du Loiret, 1836.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alfred Maury, Notice sur la vie et les ouvrages de J.B. Prosper Jollois..., dans Mémoires... publiés par la Société royale des antiquaires de France, nouvelle série, t. VIII, 1846, p. XXXVIII-LVIII.
  • Journal d'un ingénieur attaché à l'expédition d'Égypte, 1798-1802, publié par P. Lefèvre-Pontalis, avec des fragments tirés des journaux de Fourier, Jomard, Delille, Saint-Genis, Descotils, Balzac et Corabœuf, Paris, E. Leroux, 1904.
  • Michel Dewachter, Les manuscrits de l'ingénieur Jollois et la correspondance relative à sa première année en Égypte (1798-1799), dans Revue d'égyptologie, t. XI, 1989, p. 201-220.
  • Jean-Baptiste-Prosper Jollois : un enfant de Brienon, Société Historique du Brienonnais et Annie Basset, 1998 (en vente à la Maison du Tourisme de Brienon-sur-Armançon).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Yves Laissus, L'Égypte, Une aventure savante 1798-1801, Paris, Fayard, 1998, p. 278 et 538 ; Thibaudeau, op. cit. p. 429 ; Jollois et Devilliers, Description d'Esné et de ses environs, dans Description de l'Égypte, Antiquités-Descriptions, tome premier, 1809, p. 4 ; Villiers du Terrage, L'expédition d'Égypte, Paris, Cosmopole, 2001, p. 93 ; Jean-Marie Carré, Voyageurs et écrivains français en Égypte, 2e édition, Institut français d'archéologie orientale du Caire, 1956, tome I, p. 152 ; Francine Masson, L'Expédition d'Égypte, ABC Mines, n° 12, décembre 1997
  2. Édouard de Villiers du Terrage, Journal et souvenirs sur l'expédition d'Égypte, mis en ordre et publiés par le baron Marc de Villiers du Terrage, Paris, E. Plon, Nourrit, 1899, et L'Expédition d'Égypte 1798-1801, Journal et souvenirs d'un jeune savant, Paris, Cosmopole, 2001 et 2003, p. 367

Lien externe[modifier | modifier le code]