Jean-Baptiste Huet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Huet.

Jean-Baptiste Huet est un peintre français, né à Paris le et mort dans la même ville le .

Jeune couple dansant dans une forêt, huile sur toile en camaïeu, collection privée

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Nicolas Huet, peintre du garde-meuble du roi, Jean-Baptiste Huet fait son apprentissage auprès de Charles Dagomer (vers 1700 - vers 1768), membre de l'Académie de Saint-Luc. Il est ensuite agréé à l'Académie le et reçu académicien le comme peintre d'animaux avec une scène figurant « Un dogue se jetant sur des oies » (Paris, musée du Louvre).

Il suit alors les conseils de Jean-Baptiste Le Prince à partir de 1769, et entre dans la mouvance des peintres de style rococo. Il expose régulièrement au Salon jusqu'en 1789, très encouragé par la critique. Son goût pour la gravure le lie alors très tôt avec Gilles Demarteau, lequel gravera nombre des œuvres de Huet, participant ainsi à la diffusion des compositions du peintre animalier.

Salon des Huet au Musée Nissim-de-Camondo, Paris.

Le peintre[modifier | modifier le code]

Il a excellé dans les scènes pastorales et légères, les bergeries qui attestent de la filiation de style avec celui de François Boucher. Il travailla ainsi pour la manufacture de toiles de Jouy dirigée par Oberkampf en fournissant divers scènettes destinées à être imprimées sur des toiles de coton. On peut en voir de nombreux exemples au Detroit Institute of Arts, au musée des arts décoratifs de Paris, au Victoria and Albert Museum et au Metropolitan Museum of Art.

Ses œuvres furent très appréciées également pour servir de cartons de tapisserie à la manufacture de Beauvais. On en garde un très bel ensemble aujourd'hui conservé au Musée Nissim-de-Camondo [1]

Vers 1790, Huet il est chargé de la réorganisation de la manufacture de Beauvais et des Gobelins.

Principales œuvres[modifier | modifier le code]

  • Un dogue se jetant sur des oies, 1769, Louvre
  • Vignettes pour les Fables et les Contes de La Fontaine (1765-1775)
  • Vignettes pour le Voyage pittoresque de Choiseul-Gouffier (1787)
  • Cartons pour la manufacture de Beauvais (tenture des Pastorales, l'Escarpolette, 1780, Louvre)
  • Tentures du musée Galliera : l'Aérostat dans le parc du château (Paris, musée des Arts décoratifs).
  • La Bouquetière (Musee Cognacq-Jay, Paris)
  • Les Attributs champêtres (1777, musée de Lyon)
  • Le Pâturage (1783, musée de Nantes)
  • Paysanne et son âne traversant un pont (1775, musée du Louvre)
  • Paysanne lavant près d'un pont (id., musée du Louvre)


Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ludovic Demathieu, « Les Œuvres de Jean-Baptiste Huet (1795-1799) : un recueil d'estampes méconnu », Les Cahiers d'histoire de l'art, 2008, no 6, p. 104-111.
  • Laure Hug, « Recherches sur la biographie du peintre Jean-Baptiste Huet (1745-1811) », Bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art français, 1998 (1999), p. 159-173.
  • Madeleine Jarry, « Esquisses et maquettes de tapisseries du XVIIIe siècle, pour les manufactures royales (Gobelins et Beauvais) », Gazette des Beaux-Arts, 1969, no 73, p. 111 sqq.
  • La toile de Jouy. Dessins et cartons de Jean-Baptiste Huet, Musée de l'impression sur étoffes, Mulhouse, s.d. (vers 1970)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :