Jean-Baptiste Baliani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean-Baptiste Baliani (Gênes 1582 - 1666), était un physicien et un homme politique italien du XVIIe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Baliani mena de front une carrière d'homme politique au service de la République de Gênes à partir de 1611, préfet de la forteresse de Savone (1611), gouverneur de Sarzana (1623), membre du Sénat (1624) et gouverneur de Savone (1647 - 1649) et une carrière de scientifique : professeur du collège des Jésuites à Gênes.

Ami et correspondant de Galilée dès 1614 et professeur de Cassini à Gênes, il s'intéressa fortement aux débats sur la nature du mouvement et publia en 1638 un traité, de motu naturali gravium solidum sur ce sujet. Dans ce traité, il découvrit certaines propriétés reprises par Galilée dans son Discours concernant deux sciences nouvelles qui parut la même année. En particulier il énonça correctement la loi de la chute des corps, étudia les mouvements sur des plans inclinés et les oscillations des pendules.

Il participa aussi à la mise en évidence de la pression atmosphérique et s'intéressa de près aux phénomènes hydrauliques (construction d'aqueducs, débit d'eau).

Dans une lettre à Galilée datée d'octobre 1630, il décrit clairement le rôle de la pression atmosphérique et anticipe les découvertes de Torricelli et de Pascal : "J'étais parvenu à l'idée suivant laquelle il n'y a pas de répugnance dans la nature des choses à ce que le vide se fasse. Il est cependant difficile à faire, notamment à faire sans violence ; or nous pouvons trouver quelle doit être la valeur de cette violence. Nous sommes au fond de l'immensité (de l'air) et ne ressentons ni son poids ni la compression qu'il exerce de tous côtés sur nous, car notre corps a été fait par Dieu de manière telle qu'il puisse résister à cette compression. (Ce poids), qui doit être très grand, n'est cependant pas infini : il est donc déterminé. Avec une force de proportion convenable, on devrait pouvoir le dépasser et provoquer ainsi le vide. Celui qui voudrait trouver cette proportion devrait connaître la hauteur de l'air et son poids aux différentes hauteurs".

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Serge Moscovici, L'expérience du mouvement : Jean-Baptiste Baliani, disciple et critique de Galilée, Hermann, 1967.
  • (it) [PDF] biographie
  • (en) Biographie