Jean-Baptiste-Sauveur Gavaudan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gavaudan.

Jean-Baptiste Gavaudan

Description de l'image  Gavaudan.jpg.
Nom de naissance Jean-Baptiste Sauveur Gavaudan
Naissance
Salon-de-Provence, Drapeau de la France France
Décès
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale Artiste lyrique
Ténor
Style Opéra
Activités annexes directeur d'opéra
Années d'activité 1791-1840

Jean-Baptiste-Sauveur Gavaudan est un chanteur (ténor) français né à Salon-de-Provence le et mort à Paris le ). Issu d'une famille d'artistes, il est le frère d'Anne-Marie-Jeanne Gavaudan (dite Gavaudan aînée), d'Adélaïde Gavaudan (dite Gavaudan cadette) et d'Émilie Gavaudan, toutes trois cantatrices.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après une enfance à Nîmes, il s'établit à Paris où ses sœurs ont déjà débuté une carrière dans l'opéra. Il a sept ans quand son père meurt. Sa mère ne pouvant subvenir aux besoins, il doit s'engager dans la marine qu'il quitte à onze ans. Il entre alors comme employé à l'Académie royale de musique. Attiré par le chant, il y devient l'élève de Loiseau de Persuis. Il faits ses débuts au théâtre Montansier en 1791, engagé par Viotti, pour passer deux mois plus tard au tout nouveau théâtre de Monsieur. En 1794, il entre avec Jean-Blaise Martin dans la troupe rivale de l'Opéra-Comique, installée salle Favart. Ses talents de comédien lui valent le surnom de « Talma de l'Opéra-Comique ».

Lors de la réunion des deux troupes en 1801, il devient sociétaire. Il quitte l'Opéra-Comique en 1816 à la suite de différends politiques pour prendre la direction un an durant du théâtre de la Monnaie à Bruxelles.

Rappelé à l'Opéra-Comique en 1824 par son nouveau directeur, René-Charles Guilbert de Pixerécourt, il prend sa retraite définitive en 1828, ce qui ne l'empêche pas de diriger l'Opéra de Liège en 1829-1830.

Il était marié à une cantatrice de l'Opéra-Comique, Alexandrine-Marie-Agathe Ducamel[1]. Deux de ses nièces, Rosette et Aglaé Gavaudan, firent également carrière au théâtre Feydeau.

Répertoire[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Rabbe, Vieilh de Boisjolin, Sainte-Preuve (dir.), « Jean-Baptiste-Sauveur Gavaudan » in Biographie universelle et portative des contemporains, vol. 2, 1836, pp. 1831-1832.
  • François-Joseph Fétis, « Jean-Baptiste-Sauveur Gavaudan » in Biographie universelle des musiciens et bibliographie générale de la musique, Méline, Bruxelles, 1837, pp. 278-279.
  • J.C.F. Hoefer Jean-Baptiste Gavaudan, Nouvelle biographie générale, éd. Firmin-Didot, 1857
  • Arthur Pougin, Figures d’opéra-comique, Tresse, Paris, 1875, pp. 144-234 (lire en ligne sur Internet Archive)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Appelée par erreur « Mme Maigrot » par Fétis dans la première édition de sa Biographie universelle des musiciens. Cf. Arthur Pougin, Figures d’opéra-comique, op. cit., p. 190.
Précédé par Jean-Baptiste-Sauveur Gavaudan Suivi par
Joseph-Auguste Dubus
directeur du Théâtre royal de la Monnaie
1818-1819
Claude Wolf dit Bernard