Jean-Autric (sous-marin)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Unterseeboot 105 (1940).
Jean-Autric
Image illustrative de l'article Jean-Autric (sous-marin)
Sous-marin Jean-Autric

Autres noms ex-U-105 Flag of German Empire (jack 1903).svg, Kaiserliche Marine.
Histoire
A servi dans Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
Commandé 1916
Lancement
Statut retiré
Caractéristiques techniques
Type Sous-marin type U 93
Longueur 71,60 m
Maître-bau 6,30 m
Tirant d'eau 3,90 m
Propulsion 2 moteurs diesel M.A.N., 2 moteurs électriques de propulsion Siemens-Schuckert
Puissance 2400/1494 cv
Profondeur 50 m
Caractéristiques militaires
Armement 4 tubes d'étrave (500/450mm), 2 tubes étanches fixes à l'arrière (500 mm/450 mm), canon de 105 mm à l'avant (1916), canon de 88 mm à l'arrière, 2 mitrailleuses (1907)
Autres caractéristiques
Équipage 45 hommes + 4 officiers
Chantier naval Germaniawerft, Kiel, Germany

Le sous-marin Jean-Autric est un sous-marin allemand lancé le sous le nom d'U-105[1]. Le , il est réquisitionné en réparation des dommages de guerre par les troupes françaises qui en prennent possession et le rebaptisent [2] sous-marin Jean-Autric. Il servira jusqu'au et sera démantelé en 1938.

Histoire[modifier | modifier le code]

Construction[modifier | modifier le code]

Le sous-marin fut construit par l’Arsenal Germania à Kiel en 1916.

Service actif en tant qu’U-105 (Allemagne)[modifier | modifier le code]

Du au , il est sous le commandement de Friedrich Strackerjan (né le ). L’U-105 effectua 6 patrouilles (IV flotille) et coula 19 navires ennemis pour un tonnage total de 55 834 tonnes. Il endommagea également deux autres bâtiments[1].

Liste des navires ennemis coulés (le tonnage est alors mentionné) ou endommagés par l’U-105[1].

Service actif en tant que Jean-Autric (France)[modifier | modifier le code]

Le Jean-Autric[modifier | modifier le code]

Jean Baptiste Pierre Marius Autric était un capitaine de frégate né le à Toulon. Commandant en second du cuirassé Bouvet, il disparaît aux Dardanelles le . Il est englouti avec le bâtiment alors qu'il était descendu dans l'entrepont pour lutter jusqu'à la dernière minute contre l'invasion de l'eau. Il sera déclaré Mort pour la France le (disparu en mer avec le Bouvet) par jugement du Tribunal de Toulon en date du [3].

Service actif[modifier | modifier le code]

Accidents[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]