Jean-André Cuoq

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L’abbé Jean-André Cuoq, vers 1895.

Jean-André Cuoq (1821-1898) était un prêtre catholique français, philologue et linguiste, spécialiste de l’ojibwe et du mohawk, deux langues amérindiennes d'Amérique du Nord.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-André Cuoq est né le 6 juin 1821 au Puy-en-Velay. Il est devenu membre de la compagnie de Saint-Sulpice à Paris en 1844. Il fut ordonné prêtre de Saint-Sulpice en décembre 1845 ; on l’envoya au Québec le 29 novembre 1846, où il fut assigné à la mission dîte « du lac des Deux-Montagnes » (fondation d’Oka) en 1847 comme missionnaire auprès des Nipissings (dénomination contemporaine des autochtones).

Cuoq resta à Oka pendant de nombreuses années en compagnie de Nicolas Dufresne (1789-1863), le directeur de cette mission et missionnaire auprès des Mohawks. Cuoq étudia tout d’abord la langue algonquine, mais lorsque Dufresne fut écarté de la mission en 1857 et envoyé dans un séminaire de Montréal, Cuoq s’adonna à l’étude du mohawk. En 1864, Cuoq fut envoyé au collège de Montréal, où il resta durant deux ans, jusqu’à son retour au lac des Deux-Montagnes, où il demeura jusqu’à 1875.

Il est connu pour avoir introduit le terme obviatif en linguistique algonquienne.[Quoi ?]

Le canton de Cuoq est nommé en son honneur.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Livre de la prière ; recueil de prière, d’hymnes et de cantiques chantés à l’église (en algonquin), Montréal, John Lowell, 1852.
  • Catéchisme et Cantiques. (en algonquin), Montréal, John Lowell, 1854.
  • De Riligieuse Narration. Le Livre, ou Histoire de la Religion; Résumé de l'histoire de l'Ancien Testament (en algonquin), Montréal, J. Lowell, 1859.
  • Édition avec J. Tallet de Jean Claude Mathevet, Vie de Notre-Seigneur (en algonquin), Montréal, J. Valois, 1861.
  • Le Libre des sept Nations, ou Paroissien Iroquois noté en plain-chant, avec quelques Cantiques algonquins, Montréal, J. Lowell, 1861.
  • Jugement erroné de M. Ernest Renan sur les langues sauvages, Montréal, Eusèbe Sénécal, 1864 ; réimpression : Montréal, Dawson, Brothers J.-B. Roland et Fils, 1869.
  • Ienenrinekenstha Kanesatakeha: ou Processional Iroquois à l’usage de la Mission du Lac des Deux Montagnes (en mohawk), Tiotaki [Montréal]: John Lovell, 1864.
  • Catechisme algonquin avec syllabaire et cantiques: Nìina aïamie kakȣedjindiȣinimasinaigan àte gaïe aïamie nikamonan (en algonquin), Kanactàgeng [Montréal], John Lovell, 1865.
  • Études philologiques sur quelques langues sauvages de l’Amerique, Montréal, Dawson, Brothers, 1866.
  • « Quels étaient les sauvages que rencontra Jacques Cartier sur les rives du Saint-Laurent ? », dans Annales de philosophie chrétienne, septembre 1869.
  • Lexique de la langue Iroquoise, avec Notes et Appendices, Montréal, J. Chapleau et fils, 1882.
  • Lexique de la langue Algonquine, Montréal, J. Chapleau et fils, 1886.
  • « Grammaire de la langue Algonquine », dans Proceedings and transactions of the Royal Society of Canada: Déliberations et mémoires de la Société royale du Canada, Ottawa, Royal Society of Canada, 1891 (partie 1) et 1892 (partie 2).
  • « Anòtc Kekòn », dans Proceedings and transactions of the Royal Society of Canada: Déliberations et mémoires de la Société royale du Canada, Ottawa, Royal Society of Canada, 1893.
  • Avec J. Tallet. Nouveau Manuel algonquin, Montréal, J. Valois, 1893.
  • Le saint Rosaire, Montréal, Beauchemin, [n.d.].

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]