Je sais où je vais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Je sais où je vais

Titre original I Know Where I'm Going!
Réalisation Michael Powell
Emeric Pressburger
Scénario Michael Powell
Emeric Pressburger
Acteurs principaux
Sociétés de production The Archers
The Rank Organisation
Pays d’origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Drame
Sortie 1945
Durée 91 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Je sais où je vais (I Know Where I'm Going!) est un film britannique réalisé par Michael Powell et Emeric Pressburger, sorti en 1945. Il a pour interprètes principaux Wendy Hiller et Roger Livesey.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Joan Webster, fille d'un employé de banque londonien, décidée depuis l'enfance d'avoir un jour beaucoup d'argent annonce à son père qu'elle va se marier à un homme qu'il n'a jamais vu, Sir Robert Gellinger, un industriel ayant fait fortune dans les produits chimiques. Elle doit le rejoindre sur l'île de Kiloran, située dans les Hébrides, en Écosse, pour l'épouser.

Le soir de son arrivée, à Port Erraigh, sur l'île de Mull, dernière étape avant d'embarquer pour Kiloran, le brouillard la contraint de rester. Un jeune officier de la marine en permission, Torquil Mac Neil, devant se rendre également à Kiloran dont il est le "lord", lui propose de l'héberger, dans un vieux manoir, auprès de personnes qu'il connaît: une jeune femme solitaire et courageuse dont le mari est absent et un vieux colonel amateur de fauconnerie. Joan refuse tout d'abord, disant qu'elle attendra l'arrivée du bateau, puis se rendant à l'évidence elle rejoint le manoir.
Le lendemain, le brouillard fait place à la tempête. Joan décide de s'installer dans l'hôtel du port. Torquil lui propose d'utiliser la radio du garde-côte pour communiquer avec son futur époux. Le ton de la voix de Robert Gellinger, mondain et détaché, laisse Joan pensive alors même qu'elle n'est pas insensible au charme de Torquil qui l'accompagne à une fête familiale et lui évoque les attraits et l'originalité de la vie en Ecosse.
Torquil raconte à Joan la légende de Corryvreckan, un maelström, situé près de Kiloran, dont les terribles remous sont l'effroi des marins. La tempête semble perdre de la vigueur, mais Joan ne veut pas attendre un jour de plus, elle est en train de tomber amoureuse mais ne veut pas renoncer à ses ambitions. Elle propose à un jeune marin peu expérimenté, contre une grosse somme, de l'emmener à Kiloran malgré le danger. Torquil les rejoint et monte dans le bateau. Au milieu de la traversée, les vagues déferlantes noient le moteur. Le courant entraîne le bateau vers les remous de Corryvreckan. La valise de Joan avec sa robe de mariée est emportée par les vagues. Torquil et le marin parviennent à assécher le moteur qui repart. Ils peuvent s'éloigner du maelström. Joan est consciente que son avidité et sa vanité ont failli causer la mort de deux hommes et la sienne.

Le lendemain, le calme est revenu, mais Joan renonce à ce mariage sans amour. Quant à Torquil sa permission est achevée, il doit rejoindre la Navy. Les jeunes gens se retrouvent sur le chemin, au son des cornemuses qui auraient dû jouer pour le mariage et s'étreignent.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

L'idée du titre vient de Frankie, l'épouse de Michael Powell, lui rappelant les paroles d'une chanson irlandaise intitulée « I know where I'm going ! » :
« Je sais où je vais
Et je sais qui vient avec moi
Je sais celui que j'aime
Mais mon amour sait qui j'épouserai.
 »

Michael Powell : « Emeric me dit un jour : « J'ai toujours eu envie de faire un film sur une jeune fille qui veut aller dans une île. À la fin de son voyage, elle est si près qu'elle peut distinguer les gens sur l'île, mais une tempête l'empêche de débarquer, et quand la tempête est passée, elle n'a plus envie d'y aller, parce que sa vie a changé brusquement, comme cela arrive souvent aux jeunes filles. - Pourquoi a-t-elle envie d'aller dans cette île au début ? demandai-je, estimant la question raisonnable. - Faisons le film pour le savoir. »[1]

Autour du film[modifier | modifier le code]


Liens externes[modifier | modifier le code]


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livret de présentation du DVD, page 7.