Jay C. Flippen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Flippen.

Jay C. Flippen

Description de cette image, également commentée ci-après

Dans L'Otage du gang (1957)

Naissance
Little Rock
Arkansas, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Décès (à 71 ans)
Los Angeles
Californie, États-Unis
Profession Acteur
Films notables Les Amants de la nuit (1949)
Je suis un aventurier (1954)
L'Ultime Razzia (1956)
Le Fleuve sauvage (1960)

Jay C. Flippen (parfois crédité J. C. Flippen), né le à Little Rock (Arkansas), mort le à Los Angeles (Californie), est un acteur américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jay C. Flippen débute au théâtre, dans une troupe de « minstrels » (vaudeville, radio également). Il joue à Broadway (New York) entre 1925 et 1944, uniquement dans des comédies musicales.

Au cinéma, une série de courts métrages comiques vers la fin du muet, dont un certain Jay C. Flippen est la vedette, n'est pas mentionnée dans les index, mais il semble peu probable qu'il s'agisse d'un homonyme[1]. Sinon, il apparaît à l'écran entre 1929 et 1971, notamment aux côtés (à plusieurs reprises) des réalisateurs Nicholas Ray ou Anthony Mann, et des acteurs James Stewart ou John Wayne, entre autres dans des westerns.

Pour la télévision, il participe à des séries (Les Incorruptibles, Bonanza, L'Homme de fer...) et téléfilms, de 1954 à 1971.

Théâtre (sélection)[modifier | modifier le code]

Comédies musicales, à Broadway

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Dans La Fille des boucaniers (1950),
avec Yvonne De Carlo
Dans Winchester '73 (1950),
avec James Stewart
Dans Je suis un aventurier (1954)

À la télévision[modifier | modifier le code]

Séries[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note et référence[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Pierre Coursodon et Bertrand Tavernier : Trente ans de cinéma américain, 1970.