Javernant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Javernant
Statue de saint Vorles dans l'église
Statue de saint Vorles dans l'église
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Champagne-Ardenne
Département Aube
Arrondissement Arrondissement de Troyes
Canton Canton de Bouilly
Intercommunalité Communauté de communes Bouilly-Mogne-Aumont
Maire
Mandat
Gérard Montagne
2014-2020
Code postal 10320
Code commune 10177
Démographie
Gentilé Javernandats
Population
municipale
160 hab. (2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 09′ 44″ N 4° 00′ 11″ E / 48.1622, 4.0031 ()48° 09′ 44″ Nord 4° 00′ 11″ Est / 48.1622, 4.0031 ()  
Altitude Min. 175 m – Max. 301 m
Superficie 5,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte administrative d'Aube
City locator 14.svg
Javernant

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique d'Aube
City locator 14.svg
Javernant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Javernant

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Javernant
Liens
Site web http://javernant.voila.net

Javernant est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Champagne-Ardenne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située à l'orée de la forêt d'Othe, elle en possède le point culminant à 303 m.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village existait au XIIe siècle et probablement au IXe. Son nom provient probablement d'une forêt. En 877, Charles le Chauve, sur la demande du duc de Boson, fit don à l'abbaye de Saint-Pierre et Saint-Frobert (qui devint Montier-la-Celle), de la forêt de Drosilon, ou de Javernant, près de Jeugny "silvam quamdam que cognominatur Drosilonis seu Javernandus que aspicere visa est ad villam que Juviniacum nuncupatur". (Cartulaire de Montier-la-Celle n° 191) En 1238, André, sire de St Phal, fit don à l'abbaye de la justice qu'il avait au bois de Javernant. Le Comte de Champagne avait, à Javernant, le droit de gîte, rappelé dans une extente du comté de 1275 à 1277. En 1328, le roi de France, son héritier, percevait de ce chef 8 livres 6 sous. Le seigneur était l'abbaye de Montier la Celle. En 1114, Hugue, comte de Troyes, reconnut que ses sergents ne pouvaient procéder à une saisie ou une arrestation à Javernant sans avoir préalablement fait appel au moine de Montier-la-Celle chargé de gouverner ce village En 1234, André, sire de Saint Phal, permit aux habitants de Javernant, sujets de l'abbaye de Montier la Celle, de mener leurs bestiaux dans les pâturages de Saint-Phal. En 1251, Geoffroi de Villeneuve, chevalier, reconnut que les animaux de la communauté de Javernant avaient le droit de pâturer au finage de Lirey. Un état des bois du domaine de Champagne, situés aux environs de Troyes, de 1290 environ, constate que quel'"usaige de Javernant et de Valeri (Villery), tuichent (prononcez tuchant) au bois d'Epoisse Molene, movent de Montier la Celle" était d'environ 200 arpents En 1328, la prisée des châtelleries de Villemaur, d'Isle, etc. constate que cette abbaye avait à Javernant, une maison et une grange En 1386, parmi les revenus de l'abbaye de Javernant, figure la mairie de Javernanto qui était amodié pour 7l 10s. Au XVIIème s., Charles de Brodot, gentilhomme servant à la bouche du roi, seigneur d'Antigny et en partie de Laines aux Bois, se disait aussi seigneur de Javernant; mais c'était à titre de détenteur, par bail emphythéotique* à lui fait en 1645, et qui fut résilié en 1649. Elle fut érigé en paroisse curiale du diocèse de Troyes au Grand Doyenné en 1747. Auparavant, elle était considérée comme succursale de Saint Jean de Bonneval, ce qui était faux. (Cliquez pour avoir des détails) En 1761, le curé avait 550l. de rente et la fabrique 120. En 1789, Javernant dépendait de l'intendance et de la généralité de Châlons, élection de Troyes ; du bailliage royal de Troyes et du bailliage ducal d'Aumont, châtellerie d'Isle.

En 1290, il y avait environ 40 feux. En 1787, 313 habitants et en 1790, 320 hab. À la Révolution, l'abbaye de Montier-la-Celle résista quelque temps, mais il fut définitivement fermé en 1792. Les objets qui s'y trouvaient furent répartis dans les paroisses qui en avaient fait la demande. C'est probablement là que l'église a acquis l'ensemble "Annonciation" aujourd'hui dispersé (Vierge au Louvre ; Archange à Cleveland aux États-Unis). L'église fut transformée en salpêtrière (usine à salpêtre) et le curé y travailla comme ouvrier car il avait accepté la "Convention". Les vignes, qui appartenaient à l'abbaye furent vendues comme bien national et acquises par des bourgeois de Troyes. Cela ne changea hélas rien pour la majorité des habitants qui restèrent vignerons pour le compte des nouveaux propriétaires. Quelques uns purent acheter quelques lopins et devenir vignerons-propriétaires. La maison des moines fut également vendue, mais nos recherches actuelles ne nous permettent pas de nommer les différents propriétaires.

Héraldique[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :

Parti au 1) d’azur à une double cotice potencée contre-potencée d’or au chef cousu de gueules à une grappe de raisin aussi d’or, feuillée d’argent. Au 2) de gueules à deux clés affrontées aussi d’argent au chef cousu d’azur chargé d’un arbre aussi d’or.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2008 Jean-Jacques Laurent PCF  
mars 2008 en cours Jean-Jacques Montagne[1]    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 160 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
320 322 329 278 276 300 291 283 276
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
258 259 245 232 211 203 222 214 215
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
205 200 167 105 96 99 101 89 107
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
84 69 76 109 121 113 148 153 160
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Certaines parcelles agricoles de la commune pourraient prochainement entrer dans la zone de production des vins de Champagne.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église en craie du XVIe siècle avec beau porche orné d'un Christ aux liens.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :