Jasmin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jasmin (homonymie).

Le mot jasmin désigne les plantes dicotylédones appartenant au genre Jasminum.

Le jasmin est, avec la rose, pour ce qui est des espèces odorantes et capiteuses, une des deux fleurs reines de la parfumerie. Son nom vient du persan yâsaman. La fleur généralement jaune ou blanche pousse sur un arbuste appartenant à la famille des Oléacées, surtout cultivé en Chine, dont beaucoup d'espèces sont originaires. Parmi plus de 200 espèces, les jasmins les plus utilisés en parfumerie sont Jasminum grandiflorum, Jasminum officinale et Jasminum odoratissimum. Les autres espèces sont pour la plupart cultivées dans les jardins comme arbustes d'ornement.

Outre l'Inde (où le premier État producteur est le Tamil Nadu), l'un des principaux producteurs de jasmin a toujours été la Chine, où il est parfois utilisé pour aromatiser le thé. Mais l'arbre s'est aussi adapté en Europe méditerranéenne : Jasminum grandiflorum est appelé couramment jasmin d'Espagne, et la ville de Grasse, depuis le milieu du XVIIe siècle, s'est lancée dans la culture du jasmin. La récolte du jasmin de Grasse (aujourd'hui devenu rare) se déroule pendant le mois d'août. Les fleurs doivent être cueillies juste avant l'aube et traitées le plus rapidement possible.

Pour obtenir un kilogramme d'essence absolue de jasmin, il faut recueillir environ sept millions de fleurs. Autant dire que le jasmin naturel est cher, réservé aux parfums de luxe, dont la plupart eux-mêmes préfèrent employer une version synthétique. La maison Patou continue malgré tout de l'utiliser. Il faut dire que le jasmin, mêlé à la rose, avait fait le grand succès du parfum Joy (1930), pour lequel Jean Patou disait qu'il fallait 10 600 fleurs de jasmin pour produire une once de parfum.

Le jasmin est à l'origine du prénom arabe Yasmina (et égalementYasmine et Yassmine).

Damas est la ville du jasmin par excellence tant cette fleur est cultivée dans chaque maison, au pied de chaque immeuble.[réf. nécessaire]

Symboles[modifier | modifier le code]

Vendeur de jasmin tunisien.

Depuis des siècles, le jasmin est considéré en Orient comme le symbole de la beauté et de la tentation féminine.

Le jasmin blanc est d'ailleurs la fleur emblématique de la Tunisie : en offrir est une preuve d'amour.

En Inde, Kâma, le dieu de l'amour, atteignait ses victimes par des flèches auxquelles il attachait des fleurs de jasmin.

Cléopâtre serait allée à la rencontre de Marc Antoine dans un bateau dont les voiles étaient enduites d'essence de jasmin.

Les noces de jasmin sont le symbole des 66 ans de mariage dans le folklore français.

Chimie[modifier | modifier le code]

Les deux molécules jouant un rôle majeur dans la senteur du jasmin naturel sont la jasmone sous sa forme cis, ainsi que le cis-jasmonate de méthyle[1]. D'autres composés participent à la senteur, notamment l’acétate de benzyle, l'alcool benzylique, le benzoate de benzyle, le benzoate de cis-3-hexényle, le N-acétylanthranilate de méthyle, le crésol, l'indole, l'eugénol et le linalol[1].

Dans le jasmin artificiel, le composant odorant est le β-bromostyrène ou 2-bromo-1-phényléthène.[réf. nécessaire]

Effets thérapeutiques[modifier | modifier le code]

La cis-jasmone et le cis-jasmonate de méthyle, les deux principaux composés odorants du jasmin, augmentent l'activité des récepteurs A du GABA et agissent donc comme des anxiolytiques et des sédatifs, même quand ils sont absorbés par inhalation[2].


Liste d'espèces[modifier | modifier le code]

Selon Kew Garden World Checklist (7 mars 2012)[3] :

Espèces aux noms synonymes, obsolètes et leurs taxons de référence[modifier | modifier le code]

Selon Kew Garden World Checklist (15 mars 2012)[4] :


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b John Emsley, Guide des produits chimiques à l'usage du particulier, Paris, Odile Jacob,‎ juin 1996, 336 p. (ISBN 2-7381-0384-7), p. 16
  2. (en) Hossain SJ, Aoshima H, Koda H, Kiso Y, « Fragrances in oolong tea that enhance the response of GABAA receptors », Biosci. Biotechnol. Biochem., vol. 68, no 9,‎ septembre 2004, p. 1842–8 (PMID 15388958)
  3. Kew Garden « World Checklist », consulté le 7 mars 2012
  4. Kew Garden « World Checklist », consulté le 15 mars 2012