Jardin d'acclimatation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne pas confondre avec Le Jardin d'acclimatation, roman de Yves Navarre

Un jardin d'acclimatation ou jardin colonial est, à l'origine, un jardin botanique établi en métropole pour y acclimater les plantes exotiques introduites en provenance des colonies. Il héberge parfois aussi une ménagerie d'animaux exotiques.

Explication[modifier | modifier le code]

Son pendant dans la colonie est le jardin d'essai, mais les deux appellations sont souvent confondues et le jardin situé dans la métropole est parfois aussi appelé « jardin d'essai colonial », comme à Paris.

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les plantes exotiques suscitent un intérêt croissant, c'est ainsi qu'en 1770, Pierre Poivre, intendant de l'île de France crée le Jardin de Pamplemousses, où il rassemble arbres, fleurs et épices du monde entier pour les envoyer vers Madagascar et les Antilles. Quelques années plus tard, en 1788, le Jardin d'acclimatation de La Orotava est fondé à Tenerife, sur ordre de Charles III d'Espagne, pour y acclimater les plantes récoltées dans les colonies espagnoles du Nouveau Monde, avant leur transfert dans les jardins royaux de Madrid et d'Aranjuez.

La plupart des jardins d'acclimatation ont été créés sur le continent européen dans la seconde moitié du XIXe siècle et jusqu'à la Première Guerre mondiale. Au XXIe siècle, ces jardins sont généralement devenus des jardins botaniques qui jouent un rôle didactique et de conservatoire de la biodiversité ; d'autres ont été transformés en parcs publics.

Quelques jardins d'acclimatation[modifier | modifier le code]

en Belgique
au Brésil
en Égypte
en Espagne
en France
en Italie
en République tchèque