Mâlâ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Japa mala)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mala.
Mâlâ bouddhiste

La mâlâ (japa mala ou mâlâ, signifiant guirlande) est un chapelet bouddhique ou hindou utilisé entre autres pour la récitation des mantras[1]. Elle est composée traditionnellement de 108 grains, graines ou perles de bois de diverses essences, en bois de santal par exemple. Certaines écoles utilisent cependant des mâlâ comportant un nombre inférieur de grains[Lesquelles ?][réf. nécessaire].

Dans le bouddhisme[modifier | modifier le code]

Il accompagne le pratiquant bouddhiste lors de ses prières, et sert à compter les récitations de mantras. Entre les grains de la mala sont, parfois, insérés quatre repères appelés chaturmaharaja, perles plus grosses ou pendentifs symboliques (vajra ou gantha)[réf. nécessaire]. La mala peut être en bois, en verre, en pierres semi-précieuses ou en os[réf. nécessaire].

Dans l'hindouisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rudraksha.
Le Rudraksha hindou

Le rudraksha est constitué de graines de différentes tailles d’Elaeocarpus ganitrus. Le simple fait de porter ce chapelet sur soi, dans l'hindouisme, aurait des vertus spirituelles[réf. nécessaire].

La mâlâ est aussi une guirlande de fleurs - souci, jasmin - utilisée pour la parure. Lorsque celle-ci est placée sur une représentation divine, elle a alors un caractère dévotionnel. La fabrication de ces mâlâ est la tâche d'artisans spécialisés, les mâlâkâra constitués en caste et maîtrisant ce qui est considéré comme un des 64 arts traditionnels indiens[réf. nécessaire]. Le mot mâlâkâra est d'ailleurs un nom de famille courant au Bengale pour les artisans de cette caste.


Références[modifier | modifier le code]

  1. The A to Z of Hinduism par B.M. Sullivan publié par Vision Books, page 124, ISBN 8170945216


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :