Jan Van Goyen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jan Van Goyen

Description de cette image, également commentée ci-après

Portait de Van Goyen par Gerard Ter Borch

Nom de naissance Jan Josephsz. Van Goyen
Naissance 13 janvier 1596
Leyde
Décès 27 avril 1656
La Haye
Nationalité néerlandaise
Provinces-Unies Provinces-Unies
Activités peintre
Maîtres Esaias Van de Velde
Élèves Kornelis Belt,
Nicolaes Berchem,
Pieter De Molyn,
Frans de Momper,
Pieter Pietersz. De Neyn,
Pieter Monincx,
Pieter Mulier le Vieux,
Pieter Mulier le Jeune,
Pieter Jansz. van Asch,
Jacob van Moscher,
Isaac van Ostade

Jan Josephsz[1]. Van Goyen (Leyde, 13 janvier 1596La Haye, 27 avril 1656) est un peintre et dessinateur de paysages néerlandais (Provinces-unies) du siècle d’or. Van Goyen a laissé beaucoup de peintures représentant des chemins forestiers, des rivières, des lacs et des canaux des environs de La Haye, Rotterdam, Delft, Dordrecht, Leyde, Gouda, Arnhem et Emmerik.

Biographie[modifier | modifier le code]

Van Goyen est né le 13 janvier 1596, fils de Joseph Van Goyen, qui exerce le métier de cordonnier. À un moment situé entre 1608 et 1615, il part pour Hoorn, après avoir été en apprentissage chez trois peintres et avoir renoncé à devenir souffleur de verre.

Vers 1615/1616, alors âgé de 19 ans, il entreprend un voyage d'étude en France en compagnie de son ancien maître, avant de venir poursuivre sa formation à Haarlem vers 1617[2] auprès d’Esaias Van de Velde, qui lui enseigne un nouveau style pictural. En 1618, il revient dans sa ville natale, s'y marie[3] et y intègre la guilde de Saint-Luc. En plus d'être peintre, il exerce également (comme Vermeer) l'activité de marchand d’art – il sera d'ailleurs fait appel à lui en qualité d'expert.

Sa première œuvre signée date de 1620. Il réalisera par la suite environ mille tableaux et huit cents dessins. En 1629, il achète une maison à Jan Porcellis, un peintre de marines.

En 1632, il s’établit à La Haye, ville qu'il ne quittera plus que pour quelques voyages, dont un à Haarlem en 1634. Van Goyen commence à peindre des paysages maritimes, souvent situés sur le littoral d’Egmond aan Zee. En 1637, il est contaminé par la tulipomanie. Visiblement, il avait gagné un certain capital, notamment en achetant et en revendant une demi-douzaine de maisons (en 1649, il louera une de ses maisons sur la Dunne Bierkade – canal traversant La Haye – à Paulus Potter ; Van Goyen habitait quant à lui juste à côté). Entre 1638 et 1653, il réalise une dizaine de peintures de la Valkhof à Nimègue. Il voyage également à Anvers et peint le Fort Lillo sur l’Escaut.

Jan Steen, qui tout comme lui était catholique, épouse en 1649 la fille de Van Goyen, Grietje ; Steen réalisera d'ailleurs un portrait de la famille. Son élève Gerard Ter Borch dessinera aussi un portrait de Van Goyen, de même que Bartholomeus Van der Helst.

Jan Van Goyen meurt à La Haye le 27 avril 1656[4]. Après son décès, ses biens sont mis aux enchères pour combler les dettes qu’il avait laissées.

Le style et l'œuvre[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Van Goyen appartiennent au baroque.

Vue de la Merwede près de Dordrecht

Tout comme Jacob et Salomon Van Ruysdael, il se spécialisa dans la peinture de paysages. À partir de 1630, il contribua au développement de la peinture de marines et de paysages fluviaux, sous des cieux pluvieux et chargés de nuages qui font s'estomper les couleurs.

Son style se caractérise par l’alternance de bandes sombres et plus claires, de manière complexe dans ses œuvres plus tardives. Il ne peignait pas de façon réaliste, comme on peut le constater en regardant sa représentation de la Hooglandse Kerk de Leyde au bord d’une rivière ; et ce ne sont pas tant les différents éléments les composant que l’impression d’ensemble qui caractérisent ses peintures. Leur caractère est par ailleurs déterminé par l’activité humaine : Van Goyen était un grand observateur des détails de la vie quotidienne.

Van Goyen consigna des notes et des dessins préparatoires dans son carnet de croquis, à la plume pour commencer, ensuite au fusain. Ses œuvres les plus tardives sont les plus importantes, comme Gezicht op de Kaag et Storm op het Haarlemmermeer.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Jan Josephsz van GOYEN, Un Château au bord de l’eau © Musée des Beaux-Arts-mairie de Bordeaux. Cliché F.Deval
Vue de la Pellekussenpoort en hiver
  • Un Château au bord de l’eau, 1647, huile sur bois, 49 × 69 cm, Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, Bordeaux.
  • Vue de la Pellekussenpoort en hiver (1645), huile sur bois, 66 × 97 cm, Palais des beaux-arts, Lille.
  • Vue de rivière, (1652), huile sur bois, 33,7 × 54,8 cm, Musée des Beaux-Arts, Rouen.
  • Marine par temps orageux, (1655), huile sur bois, 32,5 × 32 cm, Musée des Beaux-Arts de Rouen.
  • Bateaux de pêche, (1656), huile sur bois, 33 × 42,5 cm, Musée des Beaux-Arts de Rouen.
  • Bord de mer, (1653), huile sur bois, 29,5 × 41 cm, Musée des Beaux-Arts de Rouen.
  • Vue de rivière avec église et ferme, (1653), huile sur bois, 27,5 × 42 cm, Mauritshuis, La Haye.

Expositions[modifier | modifier le code]

Le marchand d’art parisien d'origine viennoise Charles Sedelmeyer fut, en 1875, le premier à consacrer une exposition à son œuvre. En 1903, le Stedelijk Museum d'Amsterdam abrita une exposition qui lui était dédiée, mise sur pied par la société de ventes aux enchères Frederik Muller. C’est Frits Lugt, alors jeune, qui fut l’auteur de l’introduction et du catalogue.

Varia[modifier | modifier le code]

Trois tableaux de Jan Van Goyen ont été dérobés le 10 mai 2009 dans le musée du Stadsmuseum à IJsselstein aux Pays-Bas.

Ses élèves[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En néerlandais, « zoon », c’est-à-dire « fils », collé à un deuxième prénom à la suite d’un « s » génétif, signifie que ce prénom était celui du père (l’usage est identique en russe notamment : « vitch »). Le nom peut s’abréger ; ce qui donne dans ce cas-ci : « Josephsz. »
  2. Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie - RKD.
  3. RKD.
  4. RKD

Sources[modifier | modifier le code]

  • (nl) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en néerlandais intitulé « Jan van Goyen » (voir la liste des auteurs)
  • L'article en néerlandais cite comme sources :
    • (nl) H. Van der Waal, Jan van Goyen, met drieënvijftig afbeeldingen, « coll. Palet »
    • (nl) J.N. Van Wessem, Jan van Goyen. Catalogus bij de tentoonstelling in Leiden en Arnhem, 1960.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :