Jan Marek Marci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jan Marek.
Jan Marci

Jan Marek Marci, en latin Johannes Marcus Marci de Cronland, est un médecin, scientifique et philosophe né le 13 juin 1595 à Lanškroun (Bohême) et mort le 10 avril 1667 à Prague. Un cratère de la face cachée de la Lune porte son nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1595 à Kronland (aujourd'hui Lanškroun) en Bohême d'un père administrateur de biens, Jan Marci a fréquenté l'école jésuite de Jindřichův Hradec à partir de 1608. Il étudie la philosophie et la théologie à Olomouc afin de devenir prêtre, formation qu'il abandonne en 1618 pour se consacrer avec succès à la médecine à l'université Charles de Prague. Il devient médecin en 1626, puis doyen et enfin recteur de la faculté de médecine.

Il rencontre en 1638 à l'occasion d'un voyage à Rome l'érudit jésuite Athanasius Kircher avec lequel il entretiendra une longue amitié. Ce dernier l'initie à la connaissance (de l'époque) des écritures orientales, notamment de l'arabe.

Jan Marci met sur pied et commande une faction militaire estudiantine lors du siège de Prague par l'armée suédoise en 1648. Anobli en 1654 pour services rendus au combat, il se voit accorder le nom de Johannes Marcus Marci de Cronland.

Il a été le médecin personnel des empereurs Ferdinand III et Léopold I.

Il est aussi connu pour avoir été le premier à posséder le Manuscrit de Voynich

Travaux[modifier | modifier le code]

Comme tous les érudits de son époque, Marci a une œuvre très éclectique ; parmi une foule de résultats, on peut signaler :

  1. Ses travaux en médecine (épilepsie, embryogénèse, ...), connus de Harvey.
  2. Ses travaux en mécanique (particulièrement mécanique du choc), connus de Huygens.
  3. Ses travaux en optique (avec Balthazar Conrad (1599-1660)), connus en Angleterre (Barrow, maître de Newton, les utilise sans doute).
  4. Ses travaux en épigraphie (dont l'étude du manuscrit de Voynich).

Mais son style reste confus et son œuvre relativement méconnue.

Écrits[modifier | modifier le code]

  • Idearum operaticum idea (1636)
  • De proportione motus seu regula sphygmica (1639)
  • Thaumantias. Liber de arcu coelesti deque collorum apparentium natura ortu et causis (1648)
  • Dissertatio de natura iridis (1650)
  • De longitudine seu differentia inter duos meridianos (1650)
  • Labyrinthus, in quo via ad circuli quadraturam pluribus modis exhibetur (1654)
  • Philosophia vetus restituta (1662)
  • Othosophia seu philosophia impulsus universalis (1683)

Voir aussi[modifier | modifier le code]