Jan Dantyszek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dantiscus
Image illustrative de l'article Jan Dantyszek
Jan Dantyszek
Biographie
Naissance 1er octobre 1485
Dantzig
Décès 27 octobre 1548
Lidzbark Warmiński
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1530
Dernier titre ou fonction évêque de Varmie
prince-évêque de Culm (1530), prince-évêque de Varmie (1538)

Jan Dantyszek ou Johann von Höfen, latinisé en Dantiscus (né à Dantzig le 1er octobre 1485 – mort à Lidzbark Warmiński le 27 octobre 1548), évêque de Varmie, est un humaniste polonais. Ami et protecteur de Nicolas Copernic[réf. nécessaire] (qui était l'un de ses chanoines), il fut aussi persécuteur des hérétiques luthériens sur ses terres.

Biographie[modifier | modifier le code]

La famille de Jan Dantyszek est originaire d'Allemagne, mais dès le XIVe siècle elle s'installe en Varmie, d'où elle s’établit à Dantzig (l’actuelle Gdańsk). Le père du futur poète et diplomate était brasseur et marchand.

Johann Von Höfen, né en 1485, surnommé Flachsbinder (le cordier), peut-être à cause de la profession de son grand-père, prit le nom de Dantiscus (originaire de Dantzig), polonisé en Dantyszek. Il fit ses études élémentaires à l'école paroissiale de Grudziądz, obtint le baccalauréat à Cracovie.

Avant même la fin de ses études il fut admis à la cour du roi de Pologne Jean Ier Albert Jagellon, participant aux expéditions contre les Tatars et les Moldaves. En 1504, il débute une carrière diplomatique qui durera près de trente ans.

Il fit de nombreux voyages en tant que secrétaire et envoyé du roi, visitant la Palestine, l'Arabie, l'Espagne. Il participa en 1515 à l'entrevue dynastique de Vienne entre les Jagellon et les Habsbourg. D’une grande culture, il obtint des empereurs Maximilien puis Charles Quint des titres de noblesse et de poésie. Dans les années 1524-1532 il fut le premier diplomate permanent de la Pologne à la cour impériale.

De retour en Pologne, il fut nommé évêque de Culm, et en 1537, évêque de Varmie. Il releva le niveau des écoles de son diocèse, incitant les jeunes doués à poursuivre leurs études. Devenant dévôt avec l’âge, il voulut même intenter un procès au chanoine Nicolas Copernic qui vivait en concubinage. Fidèle au catholicisme, il combattit les idées luthériennes, dominantes dans la Prusse teutonique voisine, sécularisée en 1525, ainsi que dans nombre de villes de la Prusse royale. Il meurt en 1548 et est enterré à Frauenburg.

Jan Dantyszek fait partie des plus importants poètes polono-latinistes. Il débuta par des poèmes de circonstances auxquels il ne renonça pas par la suite. Il obtint ainsi un prix pour son épithalame à l'occasion du mariage du roi Sigismond et de Bona Sforza (1518). À la même époque, en 1518, il écrivait un poème érotique (Elegia amatoria/Ad Grinaeam) avec de nombreuses références à la mythologie, mais également à sa vie privée, dans le ton de l'époque humaniste. Il écrivit des épinicies à l'occasion des victoires de son roi. On lui connait plusieurs épitaphes (dont celle de l'évêque Piotr Tomicki (pl)). Plus tard, Jan Dantyszek s'essaya à la poésie parénétique et moralisatrice en particulier dans un poème de 1535 mettant en garde les habitants de Dantzig contre l'hérésie (Jonas propheta de interitu civitatis Gedanensis). L'année de sa mort parait un recueil d'hymnes et de chants religieux (Hymni aliquot ecclesiastici).

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • (la) De nostrorum temporum calamitatibus, Poznań,‎ 1530 (réimpr. Z. Celichowski, 1902)
  • (la) Victoria serenissimi Poloniae Regis...,‎ 1531
  • (la) Jonas propheta,‎ non daté
  • (la) Johannes Dantiscus et Johannes Gottlob Boehmius (dir.), Carmen paræneticum, Poemata et hymni, Breslau,‎ 1764
  • (la) Johannes Dantiscus (dir.), Analecta carmina,‎ 1841
  • (de) Des ermländische Bischof Jantyszek Dantyszeks und Nicolaus Kopernikus geistliche Gedichte (trad. Franz Hipler),‎ 1857
  • (pl) Ksiega hymnów i Utwory poetyckie Jan Dantyszek, Lemberg,‎ 1934
  • Johannes Dantiscus et Stanislaw Skimina (dir.), Carmina, Cracovie,‎ 1950

Sources[modifier | modifier le code]

  • (de) Heinrich Babucke, Dantiscus, Johannes, vol. 4, Leipzig, Duncker & Humblot, coll. « Allgemeine Deutsche Biographie (ADB) »,‎ 1876 (lire en ligne), p. 746–750
  • (de) Anneliese Triller, Dantiscus, Johannes, vol. 3, Berlin, Duncker & Humblot, coll. « Neue Deutsche Biographie (NDB). »,‎ 1957 (lire en ligne), p. 482 et suiv.
  • (de) Friedrich Wilhelm Bautz, DANTISCUS, Johannes, vol. 2, Hamm, Biographisch-Bibliographisches Kirchenlexikon (BBKL),‎ 1990 (ISBN 3-88309-032-8, lire en ligne), p. 256–257.