Jan Brueghel l'Ancien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brueghel.

Jan Brueghel l'Ancien
Jan Bruegel le Vieux

Description de cette image, également commentée ci-après

Jan Brueghel, détail de Famille de Jan Brueghel l'Ancien de Pierre Paul Rubens

Naissance 1568
Bruxelles
Décès 13 janvier 1625
Anvers
Activités peintre
Bouquet par Jan Brueghel l'Ancien, 1603

Jan Brueghel l'Ancien (ou Jan Brueghel l'Aîné ou Jan Bruegel le Vieux), dit Brueghel de Velours, est un peintre brabançon né en 1568 à Bruxelles et mort le 13 janvier 1625.

Biographie[modifier | modifier le code]

Second et plus jeune fils de Pieter Brueghel l'Ancien, il naît à Bruxelles quelques mois avant la mort de son père. Il est d'abord l'élève de sa grand-mère, Marie de Bessemers, veuve de Pieter Coecke van Aelst, qui se charge de lui à la mort de son père. Elle lui apprend la miniature et l'aquarelle, ce qui lui permet, sans doute, d'obtenir une finesse, une délicatesse et une fluidité spéciales du coloris. Il travaille aussi avec Peter de Goetking et se fait une rapide réputation comme peintre de fleurs et de fruits. Il est le frère cadet de Pieter Brueghel le Jeune[1]. Il adopte comme lui l'orthographe Breughel[2].

Brueghel voyage ensuite dans plusieurs pays d'Europe, notamment l'Italie où il se lie d'amitié avec des mécènes pour lesquels il continuera à travailler après son retour dans le Nord[1]. Il fait également la connaissance à Rome de Paul Bril et du cardinal Ascanio Colonna qui lui offre son patronnage, et à Milan du cardinal Frédéric Borromée. De retour à Anvers[3] en 1596, il poursuit sa formation et épouse la fille de Gérard de Jode, dont il a deux enfants, Jan Brueghel le Jeune et Paschasia qui épouse plus tard Hieronymus van Kessel[1], père du peintre Jan van Kessel.

Veuf, il se remarie en 1605. Huit enfants vont naître de ce second mariage. Maître de la Guilde des peintres de Saint-Luc à Anvers, il collabore à de nombreuses peintures avec Pierre-Paul Rubens qui était de ses amis[1], Hendrick van Balen, Frans Snyders, Joos de Momper, Frans II Francken et Sébastien Vrancx.

Beau-père de David Teniers le Jeune, Jan Brueghel a eu des élèves tels que Abraham Govaerts et Daniel Seghers. On lui doit de nombreux tableaux de fleurs, genre dans lequel il excellait[1], ainsi que des compositions bibliques, des allégories, des scènes mythologiques, des paysages et plusieurs tableaux sur le Paradis terrestre, œuvres souvent peintes sur cuivre.

Mais s'il fut un peintre aux coloris éclatants, à la touche savoureuse dans ses tableaux allégoriques (représentant entre autres : le Feu, l'Air, l'Eau, la Terre ; musée des beaux arts de Lyon, 1610) avec une représentation fine de fleurs, d'animaux, d'oiseaux, d'objets, il fut aussi un des peintres flamands spécialisés dans l'exploration des régions infernales (collections du Palazzo Colonna à Rome années 1590)[4].

Il meurt du choléra à Anvers le 13 janvier 1625.

Arbre généalogique[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

La Bataille d'Issus de Jan Brueghel l'Ancien, au Louvre
Le Château de Mariemont (1612).
Avec Rubens
  • Retour de guerre : Mars désarmé par Vénus, 1610-1612, (J. Paul Getty Museum)
  • La Vierge au Myosotis, Musées royaux des beaux-arts de Belgique, Bruxelles
  • Vierge à la Guirlande, (Louvre, Munich, Bruxelles)
  • Allégories des Cinq Sens (série de cinq tableaux), 1617-1618, Musée du Prado, Madrid.
Avec Hendrick van Balen

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e Dictionnaire des peintres belges, « Jan Bueghel I »
  2. Emmanuel Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres. Le nom possède différentes orthographes : Bruegel comme Pieter l'Ancien signait généralement son nom, Breughel qu'adopteront tous ses descendants et continuateurs, Brueghels ou encore Brueghels. Par souci d'homogénéité, la graphie la plus répandue a été retenue.
  3. Carel van Mander, Het Schilder-Boeck (« Le Livre des peintres »)
  4. Renseignements extraits du catalogue de l'exposition du Palais des Arts à Lille Fables du paysage flamand