Jan-Erik Lane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lane.

Jan-Erik Lane, né en 1946, est un politologue résidant à Genève, en Suisse.

Enseignements[modifier | modifier le code]

Il obtient un doctorat de l'université d'Umeå en Suède en 1973 et est nommé professeur au département de science politique de l'université d'Oslo en 1990 et aussi à l'université de Genève (Suisse) en octobre 1996. Il est également professeur invité dans différentes universités à travers le monde : Afrique du Sud (Pretoria, Le Cap), Allemagne, Chine, États-Unis, Israël (Tel Aviv), Hong Kong, Norvège, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Singapour, etc. Durant le premier semestre 2006, il est « Lady Davis visiting professor » à l'Université hébraïque de Jérusalem, comme aussi en 2012. Il réside à Genève.

Contributions académiques[modifier | modifier le code]

Jan-Erik Lane Lane a participé à la gestion de plusieurs revues académiques et a publié près de 300 livres et articles sur plusieurs sujets. Il travaille pendant un temps pour les Nations unies. Sa discipline principale est la politique comparée mais il s'intéresse aussi à la théorie politique et à l'analyse des politiques publiques.

En 1996, la Fondation Alexander von Humboldt lui remet le Humboldt Award, comme aussi en 2009.

Actualité[modifier | modifier le code]

En 2005, il dénonce la saisie par la faculté des sciences économiques et sociales, dont dépend le département de science politique, de centaines de ses courriels ainsi que ses contrats extérieurs alors que ceux-ci sont confidentiels[1].

Mi-2006, après la révélation médiatique de dysfonctionnements touchant l'administration de l'Université de Genève, en particulier concernant la gestion de son budget, plusieurs professeurs sont montrés du doigt par la presse locale dont Lane[2]. En décembre, le procureur décide, dans un enquête préliminaire, de ne pas inculper Lane[3]. Le 17 janvier 2007, le rapport de Thierry Béguin renouvelle les accusations contre Lane sans prendre en compte le fait que, dans ce dossier, il a fait l'objet d'une surveillance de courriers électroniques interdite en droit suisse[4]. Le parquet statue et classe la plainte en 2008[réf. nécessaire]: un classement sans suite.

Professeur Lane a enseigne à l'Université de Fribourg en Breisgau jusqu'à 2013.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Christophe Koessler, « Sanctionné par sa faculté, un professeur porte plainte », Le Courrier, 31 août 2005
  2. « Quatre cas pour illustrer la gabegie à l'Université », La Tribune de Genève, 13 mai 2006
  3. « L'Université veut créer des postes de professeurs à l'essai », La Tribune de Genève, 22 décembre 2006
  4. Guide relatif à la surveillance de l'utilisation d'Internet et du courrier électronique au lieu de travail (Confédération suisse)