Jamil Azzaoui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Auteur-compositeur-interprète québécois, Jamil est né à Montréal le 17 mai 1961. Tout juste après sa naissance, la famille déménage en Égypte, puis en France et enfin au Maroc. C’est après avoir été renvoyé de l’école Royale Militaire de Sorèze (France) pour consommation de haschich que Jamil décide de retourner dans sa ville natale pour apprendre la guitare.

Jamil a commencé rapidement sa vie professionnelle. D'abord travailleur à la chaîne puis vendeur de systèmes de son, il intègre les rangs de la compagnie Royal Air Maroc, dont il est représentant des ventes. De 1981 à 1985, il anime différentes émissions de radio, dont à Radio Centre-Ville, où il est morning-man. C’est à cette époque que Jamil fait ses débuts sur scène en tant qu’auteur-compositeurs-interprète. Écumant les quelques piteuses boîtes à chansons, vestiges des années soixante-dix, telles Chez Dantin ou la Boîte à Lili, il rencontre sa future femme.

En 1985, Jamil assure la promotion de la chanteuse Catherine Karnas, sa femme. Cette nouvelle activité est couronnée de succès. L’équipe de Trans-Canada embauche Jamil pour la promotion de tous ses artistes. Il se lance dans la gérance et la promotion et défendra les couleurs des Luce Dufault, Francis Cabrel, Richard Desjardins, Julie Masse, Dan Bigras, Gerry Boulet et des dizaines d’autres pendant 10 ans.

En 1995, Jamil prend un pause et fonde le Medley sur les ruines encore fumantes du Vieux Munich et du Berri Blues. En 1997, il ressuscite sa compagnie de promotion au profit des Isabelle Boulay, Mario Pelchat, Lara Fabian, Francis Cabrel (encore !) et Notre Dame de Paris. En même temps, il fonde Deep Blue, groupe de trip-hop à la Portishead, et le Blues Ben, un groupe qui reprend les standards du blues et dans lequel il retrouve le courage de chanter. Le réalisateur Marc-André Le Tourneux, qui a bien saisi la richesse artistique de Jamil, le pousse à commettre un enregistrement.

C'est ainsi qu'il crée Pépé Inc., un personnage virtuel derrière lequel il se cache. Puisque l'artiste ne s'affiche pas dans les médias, Pépé Inc. reste dans l'ombre même si le titre «Un signe de toi» figure au sommet des palmarès de plusieurs chaînes de radio dont Rythme-FM. Dans les bars et les restaurants de Montréal, Pépé Inc. devient incontournable mais l'identité véritable de l'artiste demeure une énigme.

Pendant ce temps Jamil décide de tenter une nouvelle aventure... Il met terme à la gérance d’artiste et fonde le Petit Medley, situé à l'orée de la Petite Patrie à Montréal où il remet les pieds sur scène. Cette fois, enfin, les résultats sont à la hauteur de son talent. Les applaudissements assourdissent et les rappels étourdissent. Le bouche-à-oreille fait son œuvre. Désormais, le public qui s'élargit, s'informe des prochaines dates de spectacles. On est en 2004.

Enfin rassuré, Jamil prend le pouls de quelques bars de Montréal et, là encore, les réactions sont enthousiastes. Le show n'est pas terminé que les patrons veulent l'engager à nouveau! Dans «Pitié pour les femmes», «Fuck, faut qu'tu changes», «C'est pas moi ça» et toutes ses autres compositions son humour se fait tendre, parfois cinglant, souvent cynique. Il manie la plume avec douceur mais appose sa griffe avec fermeté. Véritable acrobate de la rime, Jamil flirte avec l'absurde et le dérisoire. Avec pour seule compagne une guitare sèche il égrène un chapelet d'images qui évoquent tantôt Brassens, tantôt Plume, Chédid, Renaud ou encore Dylan. Cet amalgame d'idées et de formes demeure pourtant unique.

Les années 2004 à 2009 auront un rythme effréné entre les tournées généreuses et les deux tentatives de percer en France. Il écrira pour plusieurs artistes dont Éric Lapointe (La bartendresse, Tatou), Marie-Élaine Thibert (Mon cœur est un numéro). Il vit à fond la caisse mais... le 9 octobre 2009 deux jours après le lancement de l’album «Je dure… très, très, dur» Jamil est victime d’un double AVC. C’est la descente aux enfers...

Trépané deux fois, il se lève de son fauteuil roulant et quitte le centre de réadaptation au bout de trois mois avec une aphasie évidente et une main gauche incapable de jouer de la guitare. 35 ans de guitare disparus, une élocution ramollie qui cherche ses mots, il titube sur deux cannes avec une démarche de centenaire : Jamil se bat. Jamil se retranche en campagne où il amorce sa propre réadaptation. Il élève des animaux de ferme qui l’obligent à bouger; il marche sur des dizaines de kilomètres pour réapprendre à marcher; il tente de réapprendre à jouer de la guitare à raison d’une heure par jour. C’est lent, très lent... mais ça avance.

Encore incapable d’écrire (Il est gaucher mais joue de la guitare en droitier), Jamil arrive malgré tout à pianoter sur son ordinateur. Il écrit à nouveau pour Jonathan Roy, Pascal Dufour (Ex-Respectables), Sophie Vaillancourt (Star Académie). Jamil ne choisit pas les interprètes, tout comme lors de sa carrière de promoteur il cherche «LA» bonne chanson. Et pour Jamil, «LA» bonne chanson n’est pas forcément «Bamboléo», «Cœur de Loup» ou «C’est zéro» qu’il a fait connaître, mais celles qui touchent et demeurent intemporelles comme «Tu m’aimes-tu» de Richard Desjardins ou «Pourquoi tu veux» de Mistral/Bigras qu’il a aussi fait connaître.

Deux albums sortiront pendant son absence. Le premier: «À bas les roses» qui en fait est la compilation d’enregistrements inédits qui donnent un album très mélancolique et le «Jamil Blues Attempt», la réalisation d’un rêve de jeunesse qui est, en fait, la preuve que la guérison passe par l’action. C’est avec ce dernier que Jamil travaille son articulation et son équilibre sur scène. Il se plaît à dire de ce vieux rêve réalisé : «Blues is a healer» (Le Blues est un guérisseur).

Remarquable venant de celui qui nous guérit avec ses mots et sa joie de vivre...

Automne 2011: trois ans plus tard et avec six albums en carrière, Jamil remonte sur scène avec une guitare, un harmonica et un compagnon musicien, c’est : «Pitié Pour Les Femmes/Le Retour».

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Pépé Inc. Greatest Hits (1996)
  • Pitié pour les femmes (2004)
  • Pitié pour les bums ! (2005)
  • Je dure... Très, très dur... (2008)
  • à bas les roses !!! (2009)
  • Jamil Blues Attempt (2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]