James Stillman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stillman.
James Stillman, vers 1910.

James Jewett Stillman (né le 9 juin 1850 et mort le 15 mars 1918) fut un important homme d'affaires Américain qui investit dans des propriétés foncières, des banques, et des compagnies de chemin de fer à New York, au Texas et au Mexique. Il bâtit l'une des plus grosses fortunes des États-Unis au début du XXe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Elizabeth Pamela Stillman (née Goodrich) et de Charles Stillman, James naquit à Brownsville dans le Texas. Charles Stillman y possédait plusieurs affaires importantes dont James devint propriétaire en 1872. Il les accrut considérablement en prenant le contrôle de seize banques du Texas et d'immenses terrains dans la vallée du Rio Grande, en particulier à Corpus Christi et à Kerrville.

Avec W. H. Harriman, Jacob Henry Schiff et William Rockefeller, il prit le contrôle des plus importantes compagnies de chemin de fer (dont la Texas and Pacific Railroad, la Southern Pacific Railroad, l'International-Great Northern Railroad, la Union Pacific Southern Railway, la St. Louis, Brownsville and Mexico Railway, la Mexican National Railroad) et enfin la National City Bank of New York, l'actuelle Citibank.

En 1876, Stillman appuya le coup d'Etat de Porfirio Díaz qui s'empara du pouvoir au Mexique lors de la « Révolution de Tuxtepec ».

Il est considéré comme le créateur de l'une des cent premières fortunes américaines[1].

Descendance[modifier | modifier le code]

Son fils ainé, James Alexander Stillman, devint aussi président de la National City Bank of New York.

Ses deux filles (Sarah Elizabeth Stillman et Isabel Goodrich Stillman) épousèrent les deux fils (William Goodsell Rockefeller et Percy Avery Rockefeller) de son ami et associé, le dirigeant de la Standard Oil, William Rockefeller.

Son petit-fils James Stillman Rockefeller devint à son tour le directeur général de la National City Bank de 1952 à 1959 et son président de 1959 à 1967.

Références[modifier | modifier le code]

  1. The Wealthy 100 at www.scottwinslow.com

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John K. Winkler, The First Billion: The Stillmans and the National City Bank (Le Premier Milliard : Les Stillman et la National City Bank) (New York: Vanguard, 1934).
  • Texas Handbook