James Livingston

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
James Livingston
Sigle du Congress's Own Regiment et couleur du régiment, le brun
Sigle du Congress's Own Regiment et couleur du régiment, le brun

Surnom The Infernals
Naissance 25 mars 1747
Albany, États-Unis
Décès 9 mars 1832 (à 85 ans)
Saratoga, États-Unis
Origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Grade Colonel
Années de service 17751783
Conflits Révolution américaine
Commandement 1er Régiment Canadien
Faits d'armes
Distinctions Protège West Point en 1780
Sept années de service
Déplacement de son Régiment

Le Colonel James Livingston (27 mars 17479 mars 1832) était un Américain vivant au Québec qui participa à la Révolution américaine, en commandant le 1er Régiment Canadien pour l'Armée continentale.

James Livingston était au commandement du régiment de Québécois le 1er Régiment Canadien constitué de Québécois, de soldats français avec Montcalm et d'Américains vivant au Québec depuis au moins 15 ans. Il participa à la prise du fort Chambly le 18 octobre 1775 puis à la bataille de Québec le 31 décembre 1775, il prit part à la relève du siège du Fort Stanwix en août 1777 et aux deux batailles de Saratoga. James Livingston vivait au Québec même avant l'invasion de 1759, son père venait y faire commerce depuis 1747.

James Livingston était marié à Elizabeth Simpson de Montréal. Ils eurent au moins trois enfants, Edward, Richard, nommé en l'honneur de Richard Montgomery avec qui il s'était battu à Québec en 1775, et une fille nommée Catherine. Sa femme était la fille du Général Ten Broeck. Il était le fils de James Livingston (sr) et de Margaretta Schuyler.

Livingston est celui qui a fait prendre Benedict Arnold[modifier | modifier le code]

C'est James Livingston qui était au commande de Verplanck's Point en septembre 1780 quand il a tiré au canon sur le navire le vulture qui devait transporter le soldat le Major John André. Ce qui va l'obliger à retourner à New York par la route où il sera intercepté. La capture d'André permettra de découvrir que Benedict Arnold était devenu un traître.

Sans James il n'y aurait pas eu d'expédition au Canada[modifier | modifier le code]

C'est James qui va convaincre Philippe Schuyler que les Québécois vont l'aider. Moses Hazen venait de le convaincre du contraire. Finalement c'est 300 Québécois qui vont se joindre à James Livingston à la pointe Olivier (maintenant Saint-Mathias).

Après avoir été emprisonné par les Anglais, puis libéré par les Américains Moses Hazen va lui aussi lever un régiment de Québécois le 2e Régiment canadien aussi connu sous le nom de Congress Own Regiment.

Richard Montgomery a épousé une Livingston[modifier | modifier le code]

James Livingston est relié à Richard Montgomery par la femme de ce dernier, qui se nommait Mary Livingston. Elle était une lointaine parente de James. James vient de la branche du neveu Robert R. Livingston, Mary vient de l'autre branche, plus célèbre, de l'oncle Robert R. Livingston. Un des descendants qui portait le même nom est un des signataires de la déclaration d'indépendance américaine. On peut voir ce Robert R. Livingston dans le célèbre tableau représentant la signature de la déclaration d'indépendance : c'est la troisième personne debout au centre.

Les Batailles de Saratoga[modifier | modifier le code]

James Livingston était sous les ordres du Brigadier Général Ebenezer Learned depuis juillet 1777 jusqu'à octobre 1777. Son régiment du 1er regiment Canadien fut incorporé avec le 4th new york Regiment.

Référence[modifier | modifier le code]