James J. Bulger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir James Bulger et Bulger.

James J. Bulger

Description de cette image, également commentée ci-après

James J. Bulger en 2011.

Alias
Whitey Bulger, Jimmy Boots[1]
Naissance 3 septembre 1929 (85 ans)
Boston, Massachusetts
Nationalité Américaine
Famille
William Michael Bulger

James J. Bulger (né le 3 septembre 1929 à Dorchester, Massachusetts) est un ancien fugitif, chef présumé du "Winter Hill Gang", une organisation criminelle irlando-américaine basée à Boston, Massachusetts, et actuellement incarcéré. Il est le frère aîné de William Michael Bulger, ancien président du Sénat du Massachusetts et de l'Université du Massachusetts.

Le 19 août 1999, James J. Bulger a été ajouté à la liste des dix fugitifs les plus recherchés du FBI. Il était recherché pour vol, meurtre, association de malfaiteurs en vue de commettre un meurtre, extorsion, association de malfaiteurs en vue de commettre une extorsion, blanchiment d'argent, association de malfaiteurs en vue de commettre un blanchiment d'argent et pour trafic de stupéfiants, avant d'être arrêté dans son appartement de Santa Monica en Californie avec sa compagne, Catherine Greig, le 22 juin 2011. Il avait 81 ans le jour de son arrestation et semblait en mauvaise santé[2],[3],[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Son père, James Joseph Bulger Senior venait de Harbour Grace, à Terre-Neuve au Canada. Il s'installe ensuite à Boston, où il rencontre et épouse une immigrée irlandaise, Jane Veronica McCarthy, surnommée Jean. Leur premier enfant, James Junior est né en 1929.

James Bulger Senior était ouvrier et docker occasionnel. Il perdit son bras suite à un accident de travail dans les années 1920. James Bulger Junior et ses frères et sœurs ont donc grandi dans la pauvreté, s'installant en 1938 dans la résidence ouvrière Mary Ellen McCormack Housing Project (aujourd'hui Old Harbor Housing Project), dans le quartier pauvre de South Boston. Ses frères William Michael et John P. Bulger réussirent à l'école; James Bulger Junior délaissa rapidement aux cours pour entrer dans la petite délinquance.

Il est arrêté une première fois en 1943, à l'âge de 14 ans, pour vol. D'autres arrestations suivent, pour coups et blessures, puis pour vol à main armée. À cette époque, il est associé à un gang de rue irlandais composé de mineurs, connu sous le nom de Shamrocks (les trèfles, pour le symbole national irlandais). Suite à ces arrestations, Bulger fut envoyé en 1943 dans une maison de redressement pour mineurs. Il y est détenu jusqu'en 1948[5].

Peu de temps après sa sortie, en avril 1948, il s'engage dans la US Air Force. Après avoir terminé une formation de base, il est affecté à la Smoky Hill Air Force Base, à Salina, dans le Kansas, puis plus tard dans l'Idaho. En 1950, il est arrêté pour désertion. Le 16 août 1952, il finit son contrat dans l'armée, qu'il quitte avec mention pour services honorables (ce qui signifie qu'il n'a pas quitté l'armée à cause de problèmes de conduite). Rendu à la vie civile, il retourne dans le Massachusetts.

Carrière criminelle[modifier | modifier le code]

De retour à Boston, Bulger reprend rapidement ses activités criminelles. En 1952, il est impliqué dans le braquage d'un camion chargé d'alcool, mais n'est finalement pas inculpé. En 1955, il rejoint une bande qui braque une série de banques dans le Rhode Island et de l'Indiana. En janvier 1956, un mandat fédéral est délivré pour son arrestation. Bulger est arrêté en mars 1956 et condamné à 25 ans de prison en juin de cette année-là[5].

En prison[modifier | modifier le code]

Photo de Bulger à Alcatraz, 1959

Bulger a d'abord été incarcéré au pénitencier d'Atlanta (1956-1959). Là, selon Kevin Weeks, son futur bras droit, il a été impliqué dans le programme MKULTRA, dont le but était la recherche des médicaments de contrôle mental, dirigée par le chimiste Sidney Gottlieb. Pendant dix-huit mois, Bulger et dix-huit autres détenus, qui s'étaient portés volontaires pour diminuer leurs peines, ont été drogués au LSD et autres substances. À la suite de ces expériences, Bulger aurait souffert d'insomnie et de cauchemars fréquents. Il a décrit cette expérience dans un journal intime, retrouvé dans un coffre-fort qui lui appartenait, en Floride, comme "cauchemardesque" et affirma que cela l'a mené "au bord de la folie"[6].

Suite à une tentative d'évasion échouée, il a ensuite été transféré d'Atlanta à l'île d'Alcatraz le 2 novembre 1959. Il est devenu un ami proche d'un codétenu, Clarence Carnes, alias "The Choctaw Kid", d'origine amérindienne, ce dernier apportant les livres de la bibliothèque aux prisonniers souhaitant lire; Bulger paiera pour l'exhumation de Clarence Carnes et des funérailles sur les terres sacrées des Choctaw lorsqu'il apprend le décès de ce dernier[7]. En novembre 1962, à la fermeture d'Alcatraz, il est transféré au pénitencier fédéral de Leavenworth (1962-1963), et l'année suivante à Lewisburg (1963-1965). Il est libéré après avoir purgé neuf ans de prison. À sa sortie, il se reconstitua un véritable réseau criminel[5].

Le Gang "Killeen"[modifier | modifier le code]

Après sa libération, craignant pour sa liberté conditionnelle, Bulger travaille honnêtement comme concierge, grâce à son frère William qui lui trouva une place à la cour de Justice de Boston, ainsi que sur des chantiers. Dès 1967, il débute des activités de bookmaker et de prêteur, se liant avec Donald Killeen, patron avec son frère (le gang Killeen) de la famille mafieuse dominante de South Boston. À cette époque, son mentor est un autre membre du gang, William S. O'Sullivan, appelé Billy O'Sullivan. Une guerre des gangs débute en 1971 entre le gang Killeen et le gang Mullen, conduisant à une série de meurtres à travers Boston et sa banlieue environnante. C'est à cette occasion que, selon Kevin Weeks[8], Bulger commet son premier meurtre, en 1971: Donald McGonagle, le frère du gangster Paulie McGonagle avec lequel Bulger l'a confondu. Ce meurtre entrainera l'assassinat de Billy O'Sullivan en représailles par le gang Mullen. Le 13 mai 1972, Donald Killeen est abattu à son tour, mettant fin au conflit[5].

Le gang "Winter Hill"[modifier | modifier le code]

Photographie prise par la police montrant le chef du gang Winter Hill, James Bulger et son lieutenant Stephen Flemmi
James J. Bulger en 1994, peu de temps avant sa cavale.

Un accord est trouvé entre le gang Mullen et les survivants du gang Killeen, menés par James J. Bulger, sous la médiation de Howie Winter, leader du gang Winter Hill, basé à Somerville. À partir de ce moment le gang Winter Hill prend le contrôle du crime organisé irlandais de Boston, surnommée "Bean Town" (la ville des fèves). Leurs concurrents directs sont les membres de la famille mafieuse Patriarca.

Après la fin de la guerre des gangs, Bulger commence à utiliser son influence pour supprimer toute opposition en persuadant Howie Winter d'autoriser les exécutions d'autres gangsters, sous divers pretextes (Spike O'Toole, Paulie McGonagle, et Tommy King...). Il assoit ainsi sa place au sein du gang. En 1975, il est approché par un ami d'enfance devenu policier, John Connolly, et commence à collaborer avec le FBI, servant d'informateur pour faire tomber les gangs rivaux, et surtout, profitant de ce lien privilégié pour échapper aux enquêtes policières et aux poursuites judiciaires. À l'arrestation de "Howie" en 1979 pour le trucage d'un pari sur les courses hippiques, Bulger prend le contrôle du gang. Bulger a joué un rôle important dans la victoire du gang "Winter Hill" sur ses rivaux, et dans l'élévation du taux de la criminalité dans les quartiers irlando-américain de Boston. Il devient le caïd le plus redouté de Boston. Il est soupçonné d'avoir eu une implication directe dans l'assassinat d'Eddie Connors et Buddy Leonard en novembre 1975 et aurait tué au total 19 personnes. Ses activités comprennent alors le racket des bookmakers et braqueurs, mais également de commerçants, ainsi que du trafic de drogue. Il consolide ainsi son réseau criminel sans subir une seule arrestation, bien qu'il soit mis sur écoute et surveillé par la DEA. En 1990, une opération anti-drogue réussit néanmoins à démanteler l'équipe de trafiquants de drogue du gang Winter Hill, menée par John "Red" Shea, âgé alors de 25 ans. Celui-ci est condamné à 12 ans de prison ferme, mais malgré les pressions des enquêteurs, ne donnera aucune information incriminant Whitey Bulger ou ses bras droits, Stephen Flemmi et Kevin Weeks[9].

Remarquant que lorsque la direction de Boston du FBI est impliquée, les enquêtes sur Bulger n'aboutissent jamais, la DEA décide en 1994 d'opérer un vaste coup de filet contre le gang Winter Hill sans en informer les autres services de police. En décembre 1994, alors qu'il est sur le point d'être arrêté par la DEA, il parvient néanmoins à obtenir l'information par le biais de Michael Flemmi, un policier de Boston frère de son bras droit Stephen Flemmi, et prend la fuite. Stephen Flemmi sera en revanche rapidement arrêté, et l'autre dirigeant du gang, Kevin Weeks, sera également appréhendé en 1996. John Connolly, qui avait donné une quasi immunité à Bulger pendant toute la période de leur collaboration, à la retraite au moment de ces arrestations, sera finalement condamné à 10 ans de prison en 2002 pour sa complicité avec ces malfaiteurs. Pendant seize ans, Bulger échappera aux agents lancés à ses trousses[5]. Les enquêteurs suivront ses traces en Louisiane au début de sa cavale, puis perdront sa piste, malgré la saisie de plusieurs de ses coffres-forts ouverts en Floride et à Montréal sous une identité d'emprunt et de nombreux appels à témoins diffusés par le FBI, promettant la plus haute récompenses jamais offerte pour des informations concernant un criminel de droit commun (1 000 000 $ au début, puis 2 000 000 $ dès 1999).

Au début de sa cavale, il part en Louisiane avec sa compagne de longue date, Teresa Stanley, visitant en 1995 avec elle Alcatraz, où il fut détenu[10]. Mais Stanley se fatigue de cette nouvelle vie qui s'annonce, amenant Bulger à la ramener à Boston. Il y récupére une maîtresse, Catherine Greig, qui vivra à ses côtés pendant ses années de fugitif[11].

Arrestation[modifier | modifier le code]

L'appartement de Bulger à Santa Monica où il vécut comme fugitif pendant au moins 15 ans.
Certaines des armes à feu découvertes dans l'appartement de Bulger

Le 22 juin 2011, Bulger est arrêté dans un appartement situé dans une résidence de Santa Monica en Californie, après 16 années de fuite en compagnie de Catherine Greig, sa compagne de longue date. Reconnu par une ancienne Miss Islande et actrice Anna Bjornsdottir, alors en vacances à Santa Monica[12], il vivait avec Catherine Greig sous l'identité de Charles et Carol Gasko[11]. Selon le Boston Herald, le FBI a trouvé plus de 800 000 $ (560 000 €) en liquide et 30 armes à feu[13] dans le deux-pièce qu'il occupait. Il est accusé d'avoir tué 19 hommes ou femmes.

La récompense pour toute information permettant la capture de Bulger était, au moment de 2 000 000 $, et pour tout renseignement sur sa compagne, 100 000 $.

Impact dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le personnage a partiellement inspiré Martin Scorsese pour son film Les Infiltrés, qui l'utilisa pour construire le personnage du chef d'un gang irlandais Frank Costello, interprété par Jack Nicholson.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :