James Gray (réalisateur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir James Gray.

James Gray

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

James Gray durant les Film Independent's Spirit Awards en mars 2010.

Naissance 1969 (44-45 ans)
New York, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Réalisateur
Films notables Little Odessa
The Yards
La nuit nous appartient
Two Lovers

James Gray est un réalisateur, scénariste et producteur américain né à New York en 1969.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

La famille paternelle de James Gray est originaire de Russie, d'Ostropol aujourd'hui en Ukraine. Elle fuit la guerre civile en 1920 pour s'établir à New York. Son arrière-grand-père paternel est mort assassiné par les Cosaques à l'époque des pogroms tsaristes. Ses grands-parents les Greyzerstein parlent russe et yiddish, presque pas l'anglais. Leur nom est anglicisé en « Gray » à leur arrivée à Brooklin en 1923[1].

Sa mère, américaine de la classe moyenne, meurt quand il a 19 ans. Il en garde un souvenir mitigé : entre regrets de ne pas l'avoir connue plus, et le rejet de son ambition sociale. Son père, diplômé d'un doctorat en génie électrique, enseigne à New-York, puis il tente sa chance en fondant une société, mais s'endette et fait faillite. Peu après, il remonte une société de sous-traitance pour le métro de New-York, qui échoue encore peu après. Une expérience qui influencera la réalisation de The Yards. De là, Gray va se passionner pour les losers, ceux qui ne se convertissent pas au rêve américain : les mafieux, les immigrés, les pauvres, les déclassés, ceux pour qui l'ascenseur social reste en panne[2].

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Gray est un jeune homme taciturne, qui n'aime pas l'école et la déserte dès l'âge de 13 ans pour aller voir des films au cinéma, au grand dam de ses parents. Le cinéma est sa passion. Il admire Apocalypse Now de Coppola, Raging Bull de Scorcese, l'œuvre de Steven Spielberg, le cinéma américain des années 60-70 et le cinéma européen d'après-guerre : Fellini, Visconti, la Nouvelle Vague française etc. Non seulement il connait l'histoire du cinéma sur le bout des doigts, mais il lit aussi la littérature russe du XIXe siècle (Tolstoi, Dostoievski…), les grands classiques anglais en intégralité (comme l'œuvre entière de Shakespeare), mais aussi très tôt il lit Émile Zola (Germinal notamment), etc. Toutes ces influences se retrouvent dans ses films.

À son arrivée à New-York, sa famille emménage à Little Odessa, quartier des Juifs russes de New-York, mais il grandit dans le Queens, un quartier plutôt pauvre et morose, loin de Manhattan. Il fait la connaissance de Little Odessa en fréquentant des jeunes filles qui y habitent, et il profite de la particularité permissive du quartier pour s'y saouler en liberté[3]. Il étudie à l'école de cinéma de l'Université de Californie du Sud, où son film d'études, Cowboys and Angels, lui permet d'attirer l'attention du producteur Paul Webster, qui l'encourage à écrire un scénario qu'il puisse produire.

Gray s'attelle à la tâche et sort en 1994 — il a alors 25 ans — son premier long métrage : Little Odessa, un film noir sur un tueur retournant dans son quartier natal de Brighton Beach où il est confronté à son jeune frère. Avec ce film, Gray remporte le lion d'argent à la Mostra de Venise.

En 2000, il sort son second long métrage : The Yards qui décrit, à la limite du film noir, les relations quasi-maffieuses dans les entreprises du métro new-yorkais. Mais le film est un échec commercial. Ses relations avec ses producteurs s'étant détériorées, il doit attendre 7 ans avant de pouvoir réaliser son troisième long métrage La nuit nous appartient, sorte de transposition dans le milieu de la police des tensions décrites dans son précédent film. Le succès du film lui permet de concrétiser un autre projet en 2008, d'un genre complètement différent : Two Lovers, qui n'est pas une comédie romantique comme on pourrait le croire au premier abord, mais plutôt un "thriller romantique" qui nous conte l'histoire d'un jeune homme sous l'influence de deux relations amoureuses simultanées et radicalement opposées.

Il revient en 2013 avec The Immigrant, l'histoire d'une immigrante polonaise qui veut découvrir le rêve américain mais qui se retrouve contrainte de se prostituer avec Marion Cotillard et Joaquin Phoenix. C'est la première fois que James Gray écrit un premier rôle pour une femme.

Festivals[modifier | modifier le code]

Grand habitué du Festival de Cannes, puisqu'il y a présenté ses quatre derniers films en compétition, James Gray a fait partie du jury officiel 2009 présidé par Isabelle Huppert[4]. Le président du jury de la section Cinéfondation et courts métrages n'est autre que John Boorman, qui présidera le 12e Festival de Marrakech en 2012.

Du 30 novembre 2012 au 8 décembre 2012 il fait partie du jury 12e Festival international du film de Marrakech. Le jury est présidé par John Boorman, et dans lequel on retrouve notamment Lambert Wilson, Marie-Josée Croze ou encore Gemma Arterton[5].

Du 8 au 17 novembre 2013 il est président du jury du 8e Festival international du film de Rome[6].

Analyses[modifier | modifier le code]

L’œuvre de James Gray jouit d'une reconnaissance critique plus grande en Europe qu'aux États-Unis. Comme l'explique Didier Péron, critique à Libération :

« James Gray, depuis Two Lovers, fait vraiment du cinéma très intimiste, européen, il cite Bresson, Dreyer, il ne cite pas Scorsese. Il n’est pas connu aux Etats-Unis, n’est pas dans la "liste A" pour faire des "gros trucs". Il n’a jamais fait un succès aux Etats-Unis et il est regardé comme quelqu’un de dangereux. Il n’est pas ironique, il déteste l’action, l’esbrouffe. Il parle aux adultes, pas aux ados, c’est un fan d’opéras et de romans russes. C’est un cinéaste qui, pour les Américains, est très surestimé en Europe. Ils ne comprennent pas[7]. »

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Le cinéma de James Gray se démarque notoirement de la production américaine actuelle : il filme, exclusivement dans les faubourgs de New York qui l'ont vu grandir, des sujets qu'il écrit et dans lequel l'habituelle individualité du héros est souvent moins importante que le milieu dans lequel celui-ci évolue (famille, mafia, police…). Même lorsque l'action se situe de nos jours, les décors, les filtres appliqués à l'objectif de la caméra imposent une perception à la fois vieillie et intemporelle. Le rapport au corps et la façon de se mouvoir des personnages de James Gray sortent des conventions usuelles, pour en toucher au plus près les personnalités, en en reflétant émois, fragilités, mal-être ou manque d'assurance.[réf. souhaitée]

Autre caractéristique de ce cinéma, celle de s'appuyer sur un groupe d'acteurs fidèles, au cœur duquel se trouve Joaquin Phoenix qu'il a largement contribué à rendre célèbre[réf. souhaitée], ainsi que Mark Wahlberg, et sur de grands noms du cinéma dans les seconds rôles : Vanessa Redgrave et Maximilian Schell dans Little Odessa (1994), James Caan, Ellen Burstyn et Faye Dunaway dans The Yards (2000), Robert Duvall dans La nuit nous appartient (2007), Isabella Rossellini dans Two Lovers (2008).

Enfin, ses films posent toujours la question du choix. Choix entre le bien et le mal (La nuit nous appartient, et The Yards), entre deux femmes (Two Lovers), entre le milieu d'origine et celui extérieur (Little Odessa). Ces choix étant souvent mélès à une famille toujours présente (Little Odessa, The Yards, La nuit nous appartient).

Nouvelle Vague[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (février 2011). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

James Gray est un grand admirateur de la Nouvelle Vague française, qu'il a découverte avec Les Bonnes Femmes de Claude Chabrol (qui s'est affirmé le « fan numéro un » de James Gray). Il apprécie particulièrement la « proximité des réalisateurs de la Nouvelle Vague avec leurs personnages ». Il considère notamment que la célèbre scène finale des Les Quatre Cents Coups de François Truffaut est l'une des plus belles fins de l'histoire du cinéma[réf. souhaitée] ; il lui rend hommage dans Two Lovers, avec la scène qui montre Joaquin Phoenix marchant sur la plage jusqu'à faire quelques pas dans l'océan[8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

En tant que réalisateur[modifier | modifier le code]

En tant que scénariste[modifier | modifier le code]

En tant que producteur[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations et sélections[modifier | modifier le code]

Festival de Cannes
César du cinéma
Independent Spirit Awards
  • 1996 : Meilleur premier film et meilleur scénario pour Little Odessa
  • 2010 : Meilleur réalisateur pour Two Lovers

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jordan Mintzer, James Gray, édition bilingue français-anglais, préface de Jean Douchet, Synecdoche, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jordan Mintzer, Conversations with James Gray, Synecdoche,‎ 2011, p. 26.
  2. Jordan Mintzer, op. cité, p. 27
  3. Interview Télérama 18 octobre 2009 [1]
  4. Allociné.fr
  5. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18618943.html
  6. http://www.allocine.fr/article/fichearticle_gen_carticle=18627075.html
  7. Festival de Cannes: «Le film de Kechiche fait le ménage» sur liberation.fr du 24 mai 2013
  8. "Nouvelle vague - vue d'ailleurs" Documentaire de Luc Lagier (France, 2008, 51 minutes).
  9. (fr) « Palmarès 1994 », sur www.imdb.com (consulté le 7 février 2011)