James Belich

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
James Belich en 2008

James Belich, né en 1956 à Wellington, est un historien néo-zélandais. Il est l'auteur notamment de Making Peoples (1996) et de Paradise Reforged (2001), qui, ensemble, constituent l'un des principaux ouvrages contemporains sur l'histoire de la Nouvelle-Zélande[1].

Il obtint une maîtrise d'histoire à l'Université Victoria de Wellington, puis un doctorat à l'Université d'Oxford, au Royaume-Uni. Il enseigna l'histoire à l'Université Victoria, puis à l'Université d'Auckland, où il enseigne actuellement. Ses centres de recherche sont « les réponses des populations autochtones à l’expansion européenne, les modèles de colonisation européenne, et l’histoire ethnique, culturelle et sociale de la Nouvelle-Zélande »[2].

Son livre The Victorian Interpretation of Racial Conflict[3] fut adapté en série télévisée[4].

Il fut décoré du New Zealand Order of Merit en 2006 pour services rendus à la recherche historique.

Son père, du même nom, fut le maire travailliste de Wellington de 1986 à 1992.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Les deux autres principaux historiens néo-zélandais ayant produit des ouvrages sur l'histoire de la Nouvelle-Zélande sont Keith Sinclair (1922-1993) et Michael King (1945-2004).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Making Peoples: A History of the New Zealanders from Polynesian Settlement to the End of the Nineteenth Century, ISBN 0-8248-2517-9 ; Paradise Reforged: A History of the New Zealanders from the 1880s to the Year 2000, ISBN 0-8248-2542-X
  2. (en) "Prof James Belich", site web de l'Université d'Auckland
  3. The Victorian Interpretation of Racial Conflict: The Maori, the British, and the New Zealand Wars (1986), ISBN 0773507507
  4. (en) "Dominion status symposium, 2007", Ministère néo-zélandais de la Culture

Lien externe[modifier | modifier le code]