Jamais le dimanche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jamais le dimanche

Titre original Ποτέ την Κυριακή (Poté tin Kyriakí)
Réalisation Jules Dassin
Scénario Jules Dassin
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la Grèce Grèce
Genre comédie dramatique
Sortie 1960
Durée 91 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Jamais le dimanche (Ποτέ την Κυριακή (Poté tin Kyriakí) est un film grec réalisé par Jules Dassin, sorti en 1960.

Jamais le dimanche est un hommage parodique à Stélla, le film qui révéla Melina Mercouri[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Homer, touriste américain et « philosophe amateur », passionné par la Grèce ancienne et ses philosophes, arrive en Grèce à la recherche de la Vérité. Dans un bar à rebetiko du Pirée, il croise la route d'Ilya, une prostituée très populaire, libre et indépendante, qui « reçoit » chaque jour de la semaine, sauf le dimanche (ce jour-là est réservé aux amis - d'où le titre du film). Homer, nouveau Pygmalion, décide de faire son éducation et de la remettre dans le droit chemin. Elle délaisse « ses amis », réaménage son intérieur, s'habille plus décemment. Homer l'accompagne à la représentation des tragédies grecques du Festival d'Athènes (en) à l'Odéon d'Hérode Atticus.

Mais Homer finance son projet avec l'argent du principal proxénète du Pirée qui voit en Ilya, travailleuse indépendante, un mauvais exemple. Il veut s'en débarrasser. Lorsque le pot aux roses est découvert, Ilya part avec Tonio, un ouvrier du chantier naval, amoureux d'elle.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Robert Shannan Peckham et Pantelis Michelakis, « Paradise Lost, Paradise Regained: Cacoyannis's Stella », Journal of Modern Greek Studies, vol. 18, no 1,‎ mai 2000, p. 71

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]