Jaki Liebezeit

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jaki Liebezeit

Description de l'image  Liebezeit-Jaki-Stadtgarten-Koeln-041211.jpg.
Informations générales
Naissance 26 mai 1939
Dresde, Allemagne
Genre musical Krautrock, free-jazz, musique électronique
Instruments Batterie
Années actives 1961 - Présent

Jaki Liebezeit est un batteur allemand, né le 26 mai 1939 à Dresde (Allemagne) Il est surtout connu pour avoir été l'un des fondateurs du groupe de Krautrock Can. Il fut considéré comme être « l'un des rares batteurs à mêler de façon convaincante le funky et le cérébral »[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il grandit dans sa ville de naissance, Dresde, et s'intéresse très tôt à la musique, en particulier au jazz. Dès 1961, il joue dans un grand nombre de groupes de free-jazz, avant de devenir batteur de Manfred Schoof[2]. Il s'ouvre progressivement au rock psychédélique, et rejoint le groupe Can en 1968. Il joue un rôle prépondérant dans l'élaboration du son du groupe, en particulier sur la chanson Halleluhwah de l'album Tago Mago. Il reste également reconnu pour son style de jeu métronomique; les autres musiciens l'ont d'ailleurs qualifié à maintes reprises de "mi-homme, mi-machine".

Après la séparation de Can en 1979, il rejoint le groupe Phantomband[2] l'année suivante. Il crée les projets Drums off Chaos et Club off Chaos en 1996[2], en compagnie Dirk Herweg et Boris Polonski. Il travailla par la suite avec de nombreux artistes tels que Jah Wobble[2] et Philip Jeck, en plus de ses nombreuses contributions pour Depeche Mode, Brian Eno et Burnt Friedman.

Discographie[modifier | modifier le code]

Avec Can : Voir Discographie de Can.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Cet article provient d'une traduction de l'article anglais.

Liens externes[modifier | modifier le code]