Jaime Roldós Aguilera

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aguilera.
Jaime Roldós Aguilera
Image illustrative de l'article Jaime Roldós Aguilera
Fonctions
Président de l'Équateur
Prédécesseur Alfredo Poveda
Successeur Osvaldo Hurtado
Biographie
Date de naissance 5 novembre 1940
Lieu de naissance Guayaquil
Date de décès 24 mai 1981 (à 40 ans)
Nationalité équatorienne
Parti politique Partido Pueblo, Cambio y Democracia

Jaime Roldós Aguilera

Jaime Roldós Aguilera, né le 5 novembre 1940 à Guayaquil et mort le 24 mai 1981, est un homme politique équatorien. Il fut président de l'Équateur de 1979 à 1981.

Sa mort est sujette à discussion, une théorie proposant que l'accident d'avion qui le tua ne soit en fait qu'un assassinat orchestré par les États-Unis, tout comme le crash qui tua, deux mois plus tard, le président du Panama, Omar Torrijos. Ceci fut dénoncé dans le livre Les Confessions d'un assassin financier, de John Perkins, publié en 2004.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Guayaquil, Aguilera était un réformateur, et sa politique à l'égard des compagnies pétrolières américaines lui attirèrent nombre d'ennemis en particulier en 1981, où il présenta au congrès équatorien sa nouvelle loi sur les hydrocarbures. Roldós et sa femme fondèrent Partido Pueblo, Cambio y Democracia. Il fut président de l'Équateur de 1979 à 1981 pendant un bref affrontement militaire qui opposait son pays au Pérou en 1981. Il est mort dans le crash d'un avion en 1981 près de la frontière péruvienne. Les huit autres passagers sont morts également dans le crash.

Doutes sur sa mort[modifier | modifier le code]

Beaucoup d'Équatoriens[évasif] pensent que la mort de Roldós était en fait un assassinat commandité par la Central Intelligence Agency des États-Unis parce qu'il avait refusé l'offre internationale pour l'exploitation pétrolière, et la signature d'un protocole humanitaire entre la Colombie, le Pérou et l'Équateur, ce qui a été considéré par le président américain Ronald Reagan comme une tendance vers l'implémentation soviétique[réf. nécessaire]. Dans la jungle amazonienne de l'Équateur près de Loja, les habitants ont confirmé qu'ils avaient vu tomber une boule de feu du ciel, ce qui leur a permis de localiser le site du crash. L'auteur américain John Perkins affirme[1] dans son livre Confessions of an Economic Hit Man que Roldós a été assassiné par une bombe cachée dans le magnétophone dans le but de servir les intérêts américains dans la prospection pétrolière en Équateur (Perkins affirmait auparavant que Roldós était mort dans le crash d'un hélicoptère; il a corrigé par la suite).

Roldós est mort deux mois avant son homologue panaméen Omar Torrijos qui est également mort dans le crash d'un avion, dans des circonstances similaires. D'autres Équatoriens[évasif] croient que Roldós a été tué par le gouvernement péruvien.

Osvaldo Hurtado lui succéda et adopta une ligne politique conciliante avec les compagnies pétrolières et avec les États-Unis.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Perkins, John. Confessions of an Economic Hit Man. San Francisco: Berrett-Koehler Publishers, Inc., 2004. See pages 156-157 regarding Roldós's alleged assassination.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]