Jagadish Chandra Bose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chandra et Bose.
Jagadish Chandra Bose en 1897

Jagadish Chandra Bose (Mymensingh, Bengale, aujourd'hui au Bangladesh, - Giridih, Bengale, aujourd'hui en Inde, ) est un physicien et botaniste indien, pionnier de la radio.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bose passe son enfance à Faridpur où son père est magistrat. À neuf ans, il est envoyé à l'école à Calcutta. En 1875, il est aux facultés Saint-Xavier où il a comme professeur le jésuite Eugène Lafont qui jouera un role important dans son intérêt pour les sciences naturelles. Après une licence obtenue en 1879 à l'université de Calcutta, Bose se rend en Angleterre en 1880 et commence des études de médecine à l'université de Londres qu'il doit interrompre au bout d'un an pour raison de santé, ses crises de malaria lui rendant la vie difficile. L'année suivante, il intègre Christ's College de Cambridge où il fait des études de physique ayant des professeurs aussi prestigieux que Lord Rayleigh, Sir James Dewar, Sir Michael Foster et Francis Darwin. Son diplôme en poche, il retourne à Calcutta et obtient un poste de professeur de physique au Presidency College de la ville où il enseignera et conduira des recherches durant les trente années qui suivront. Toutefois, lors de son recrutement, l'administration ne lui propose que la moitié du salaire versé aux enseignants britanniques. Bose refuse et vient travailler trois ans, sans manquer une seule journée et sans être payé. À l'issue de cette période, le principal Twany et le directeur Croft recommandent qu'il soit payé au plein salaire et ce depuis son intégration dans l'établissement. Suivant l'exemple de Rayleigh, il fait un usage important de l'expérimentation durant ces cours et laisse le souvenir d'un professeur passionnant. Il aura en particulier comme élève Satyendranath Bose connu pour la statistique de Bose-Einstein.

De 1894 à 1900, Bose fait une série de travaux pionniers sur les ondes électromagnétiques, avant Marconi qui est crédité cependant pour cette invention. En effet, en novembre 1894, Bose effectue sa première démonstration publique des ondes, les utilisant pour faire sonner une cloche à distance et pour faire exploser une charge de poudre. En 1896, le Daily Chronicle of England informe ses lecteurs que : « l'inventeur (J.C. Bose) a transmis des signaux à une distance d'environ un mile et ainsi fourni par suite la première et évidente et excessivement valable application de cette nouvelle merveille théorique. » Popov en Russie fait alors des expériences similaires, mais écrit en décembre 1895 qu'il entretient toujours l'espoir de transmettre un signal à distance par ondes radio. Marconi, quant à lui, ne fera sa première démonstration publique qu'en mai 1897 dans la plaine de Salisbury en Angleterre où il avait émigré suite au manque d'intérêt pour ses travaux dans son pays natal.

À la différence du savant italien, Bose n'a aucun intérêt pour la commercialisation de sa découverte et affirme ne travailler qu'au développement de la connaissance scientifique. Il écrit d'ailleurs à Tagore en 1901, après l'arrêt de ses travaux sur les ondes : « J'aimerai que vous puissiez voir le terrible attachement que l'on a dans ce pays pour le profit… cette convoitise pour l'argent… Si je mettais le doigt dans cet engrenage, il n'y aurait plus d'échappatoire pour moi » (« I wish you could see that terrible attachment for gain in this country… that lust for money… Once caught in that trap there would have been no way out for me »).

Au cours de ses travaux, il produit des ondes courtes de 5 mm, étudie réfraction, diffraction et polarisation. Il utilise aussi la galène pour construire une forme primitive de diode semiconductrice qu'il utilise comme détecteur d'ondes. En 1954, Gerald Pearson et Walter Houser Brattain dans leur « History of Semiconductor Research » reconnaîtront l'antériorité des travaux de Bose dans l'utilisation des cristaux semi-conducteurs comme détecteur des ondes radio. Sir Neville Mott, le lauréat du prix Nobel de physique de 1977 affirmera « J.C. Bose avait 60 ans d'avance sur son temps » et « En fait, il anticipa, les semi-conducteurs de type-P et de type-N. »

Après 1900, Bose change de domaine de recherche et se tourne vers un autre de ses centres d'intérêt de longue date, la physiologie végétale. Là, aussi, il va produire des travaux pionniers sur la croissance des plantes et leur réaction aux ondes électromagnétiques. Il conçoit des instruments d'observation très fins de ces effets, en particulier un dispositif appelé crescographe qu'il utilise pour évaluer la croissance et la réaction des végétaux et qui est capable de les amplifier jusqu'à 10 000 fois dans un premier temps puis 10 millions de fois ensuite.

Jagadish Chandra Bose est plusieurs fois honoré pour ses travaux, le gouvernement britannique lui décerne en 1903 le Companionship of the British Empire (C.B.E.), il reçoit le Companionship of the Star of India (C.S.I.) en 1912. De plus il se voit décerner des doctorats honoris causa par les universités de Calcutta, Vârânasî et Dhâkâ. La Royal Society lui donne le titre de Fellow.

Il prend sa retraite en 1915, mais reste appointé Professeur émérite durant cinq années supplémentaire. L'année suivante, il est fait Chevalier et porte le titre de Sir.

Il fonde à Calcutta l'Institut Bose, le premier institut de recherche scientifique de l'Inde, qui est inauguré le 30 novembre 1917.

La revue Nature a publié 27 de ses articles, un nombre important comparé à celui des publications des plus grands chercheurs.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis Frédéric, Dictionnaire de la civilisation indienne, Robert Laffont, 1987

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]