Jacques de Cambrai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques de Cambrai (c. fl. 1260-1280) était un trouvère de Cambrai. Il composa quatre chansons courtoises, une pastourelle, six chansons de dévotion et un rotrouenge marial. Sa musique n'est pas nécessairement innovante mais représentative du haut Moyen Âge et de la région Flandre/Artois/Picardie dans laquelle le compositeur a vécu. Un manuscrit conservé à Berne, dans lequel la plupart de ses œuvres sont préservées, note que sa chanson Haute-Dame, com rose et lys a été modelée sur Ausi com l'unicorne sui de Thibaut Ier de Navarre et de même la chanson Mère, douce créature est une contrefaçon de Quant voi la glaie meure de Raoul de Soissons (en). Sinon, rien de sa musique ne nous est parvenu bien que des tétragrammes aient été préparés pour leur transcriptions. Parmi les œuvres de Jacques, seul son rotrouenge intitulé la Novelle Retrowange, n'a pas de modèle mentionné dans les manuscrits; sa rubrique indique simplement Jaikes de Cambrai—De Notre Dame.

Les chants de dévotion de Jacques soulignent l'humanité de Jésus et sa Passion. Ces chants peuvent avoir été dirigés contre les Cathares qui niaient l'humanité du Christ. Jacques a été l'un des derniers poètes français du Moyen Âge à exprimer sa dévotion à Marie principalement par le biais de chansons, à savoir sur le modèle des chansons courtoises ou des chansons d'amour. Après lui, la tendance a été d'utiliser le serventois et même plus tard le chant royal.

Chanson pieuse

Retrowange novelle
Dirai et bone et belle
De la virge pucelle,
Ke maire est et ancelle
Celui ki de sa chair belle
Nos ait racheteit
Et ki trestous nos apelle
A sa grant clairteir.
Ce nos dist Isaïe
En une profesie:
D'une verge delgie,
De Jessé espanie,
Istroit flors per signorie
De tres grant biaulteit.
Or est bien la profesie
Torneie a verteit.

Celle verge delgie
Est la virge Marie
La flors nos senefie
De ceu ne douteis mie,
Jhesu Crist, ki la haichie
En la croix sousfri;
Fut por rendre ceays en vie
Ki lerent peri.

Table des poèmes mariaux et de leurs modèles[modifier | modifier le code]

(D'après la table de O'Sullivan)

Incipit genre Modèle (contrafactum de:) Compositeur du modèle
Grant talen ai k'a chanteir me retraie, Marian chanson chanson Loaus amors et desiriés de joie Colart le Boutellier
Haute dame, com rose et lis chanson Ausi conme unicorne sui Thibaut 1e de Navarre
Kant je plus pens a commencier chanson chanson Tuit mi desir et tuit mi grief torment Thibaut 1e de Navarre
Loeir m'estuet la roïne chanson De bone amor et de loial amie (me vient) Gace Brulé
Meire, douce creature chanson Quant voi la glaie meüre Raoul de Soissons
O Dame, ke Deu portais chanson Aïmans fins et verais Gauthier d'Espinal
Retrowange novelle rotrouenge sans doute aucun, peut-être pastourelle or ballette

Références[modifier | modifier le code]

  • (fr) J.-C. Rivière, Jacques de Cambrai, Les Poésies du trouvère, avec introduction, études thématiques, notices et glossaire, Genève, Droz, 1978, 120 p.
  • (en) Karp, Theodore. "Jaque de Cambrai." Grove Music Online. Oxford Music Online.
  • (en) O'Sullivan, Daniel E. (2005). Marian devotion in thirteenth-century French lyric. Presses de l'Université de Toronto. ISBN 0 802 03885 9.

Discographie[modifier | modifier le code]

  • Graindelavoix, Confréries: Devotional songs by Jaikes de Cambrai, 2013, Glossa Music GCD P32108.