Jacques d'Yzarn de Valady

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques d'Yzarn de Freissinet de Valady
Naissance
Villefranche-de-Rouergue, France
Décès (à 27 ans)
Périgueux, France
Origine Drapeau de la France France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Grade Officier
Commandement Gardes-Françaises

Jacques Geoffroi d'Yzarn de Freissinet de Valady, comte de Valady, né le à Villefranche-de-Rouergue dans le Rouergue, et mort le à Périgueux en Dordogne, était un militaire français, qui fit une brève carrière politique à l'époque de la Révolution.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Louis-Joseph d'Yzarn de Freissinet, comte de Valady, seigneur de Cropières et de Marie-Anne Jurquet de Montjésieu, il se marie contre l'avis de ses parents en 1783 à Paris avec Louise Charlotte Rigaud de Vaudreuil, fille du marquis de Vaudreuil, chef d'Escadre, lieutenant des armées navales, qui sera député de la Noblesse aux États généraux en 1789. Séparé en 1791 de sa femme à 25 ans et tué à 27, il n'a pas eu d'enfants.

Contrairement à son père qui est fortuné, mais qui réside sur ses terres, il continue à vivre à Paris et à Versailles une vie mondaine et élégante, faisant d'importantes dettes. En 1785, il est admis aux honneurs de la Cour.

En juin 1789, il démissionne des Gardes-Françaises dont il est lieutenant.

Il fréquente le club des Jacobins, se fait élire en 1791 député à la Convention, tandis que ses parents, sa sœur et sa femme émigrent.

Il vote la détention du roi Louis XVI (voir son argumentation : le vote n'a pas lieu d'être, la question est réglée par la Constitution), mais refuse sa mise à mort.

Ayant embrassé le parti Girondin, il est décrété d'arrestation le 2 juin 1793, et essaye d'échapper aux poursuites en se cachant d'abord à Caen, puis à Brest, puis errant à travers les champs et les bois du Bec-d'Ambès où il retrouve Louvet, Salle et Guadet. Arrêté sous une fausse identité à Doubles, près de Montpon, il est conduit à Périgueux.

Arrivé à Périgueux, il est démasqué par le conventionnel Pierre Roux-Fazillac et guillotiné le 24 décembre 1793 à l'âge de 27 ans.

Sa famille revient en France et donne des députés ultra monarchistes.