Jacques Toja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Toja.

Jacques-Camille Toja est un acteur français né à Nice le 1er septembre 1929 et mort à Neuilly-sur-Seine le 23 mars 1996. Pensionnaire, sociétaire puis administrateur de la Comédie-Française, il est surtout connu du grand public pour le rôle du roi Louis XIV dans la saga des Angélique. Il est également le fondateur de la Fondation Jacques-Toja pour le théâtre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfant, il entend les récits d’un grand-père passionné de théâtre et spectateur régulier des chorégies d’Orange alors consacrées à cet art. Et c'est tout naturellement que, jeune homme, il s’inscrit au conservatoire de Nice dans la classe d’art dramatique en parallèle à ses études de droit et de comptabilité. Fort d’un premier prix, il obtient de ses parents de tenter à Paris le Conservatoire national supérieur d'art dramatique. Là, il aura pour camarades de promotion Annie Girardot, Claude Rich, Jean-Paul Belmondo, Jean-Pierre Marielle et Bruno Crémer parmi d’autres. À sa sortie en 1953, il est alors directement engagé à la Comédie-Française. Il la quitte pourtant en 1957 pour créer La Mamma d'André Roussin auprès d’Elvire Popesco. La pièce connaît un grand succès, mais avec ses 740 représentations Jacques Toja en vient à regretter la diversité des rôles de la Comédie-Française. Cette dernière lui propose un nouvel engagement le 20 mai 1959, il sera promu sociétaire le 15 septembre 1960. En tout, il y interprète plus de 130 rôles.

Peu à peu, Jacques Toja s’intéresse à l’administration de la société des comédiens français. Il devient l’assistant de Maurice Escande quand celui-ci devient l’un des administrateurs de la Comédie-Française. Il occupe lui-même ce poste prestigieux d’administrateur général de 1979 à 1983. Pendant son mandat, il fait reprendre certains des grands classiques du XXe siècle mais aussi créer des auteurs contemporains avec une recherche de jeunes auteurs particulièrement active notamment pour la salle du Petit Odéon alors rattachée à la Comédie-Française. Comme il aimait à le dire, « l’idée directrice est d’avoir une troupe rompue à tous les styles et capable de jouer Molière mais aussi Ionesco, Racine mais également Beckett ».

En 1983, il crée la première fondation dédiée uniquement à l’art dramatique. Elle obtient la reconnaissance d’utilité publique reconnaissance d'utilité publique en 1991. L’objectif est de fédérer les entreprises et les particuliers autour de la défense du répertoire théâtral français du XXe siècle mais également autour du soutien aux créations d’auteurs contemporains.

Il meurt le 23 mars 1996 à l’âge de 66 ans d’un cancer, dont il était atteint depuis 6 ans.

Après le décès de Jacques Toja en 1996, la fondation prend le nom de Fondation Jacques-Toja pour le théâtre et poursuit l’œuvre engagée par son fondateur. Elle totalise aujourd'hui 140 soutiens à des productions théâtrales qui ont touché plus de 4,7 millions de spectateurs. Jacques Toja fut avant tout un homme de théâtre comme sa trop rare filmographie le confirme.

Une place à Nice porte son nom depuis 1999. Elle se situe entre la place Garibaldi et le Théâtre national de Nice.

Formation[modifier | modifier le code]

Rôles à la Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Rôles hors Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]