Jacques Texier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Texier (né à Grenoble en 1932 - décédé le 13 janvier 2011[1],[2]) est un philosophe français, spécialiste de la pensée d'Antonio Gramsci, qu'il présente au public français dans un livre publié en 1966. Chercheur au CNRS depuis 1968[1], il était rattaché au Laboratoire de philosophie politique (en 2002).

Biographie[modifier | modifier le code]

Son père, Fernand Texier, ouvrier puis électricien, participa aux FTP-MOI, tout comme sa mère, pendant la Seconde Guerre mondiale, avant d'être élu maire PCF de Saint-Martin-d'Hères [1].

Jacques Texier participa au Centre d'études et de recherches marxistes (CERM) dirigé par Nicolas Pasquarelli et où travaillaient également Georges Labica et Lucien Sève[1]. Intéressé par Gramsci et l'orientation du Parti communiste italien (PCI), qui se dégageait du stalinisme et refusait l'inféodation à Moscou, il finira par quitter le PCF en 1978[1]. Il participe et organise ainsi de nombreux colloques. Il répond ainsi, lors d'un colloque sur Gramsci organisé par le PCI à Cagliari, en 1967, à l'interprétation du concept gramscien de « société civile » portée par Norberto Bobbio, lequel plaidait en faveur d'une primauté complète de la superstructure sur l'infrastructure. Au contraire, Texier voyait chez Gramsci un entrelacement complexe des deux structures[3].

Au CNRS, il travaille dans un laboratoire dirigé par G. Labica, et y rencontre Jacques Bidet, avec qui il cofonde, en 1986, la revue Actuel Marx [1]. Ses travaux portent notamment sur le marxisme italien et l'actualité de Marx et Engels. Dans Révolution et démocratie chez Marx et Engels (PUF, 1998[4]), il s'attache à montrer que le marxisme de Marx-Engels attachait plus d'importance que ce que le marxisme orthodoxe pouvait le dire aux libertés politiques de la démocratie[1]. Il s'intéressa notamment aux écrits de Marx concernant la possibilité d'effectuer, dans des pays industrialisés comme les Pays-Bas, une révolution pacifique et démocratique. Il défendra ces thèses lors du colloque organisé par Il Manifesto en l'honneur des 150 ans du Manifeste du Parti communiste en Italie. Il dira alors que le « parti » désigné dans le Manifeste ne concordait pas avec la forme prise par les partis ouvriers communistes, mais désignait plutôt un « parti-classe », à savoir une tendance politique générale.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Gramsci, présentation, choix de textes d'Antonio Gramsci, biographie, bibliographie, Paris, Éditions Seghers, « Philosophes de tous les temps », 1966) ; rééd. 1967
  • Structure et histoire dans la production des connaissances, Paris, Centre d'études et de recherches marxistes (Les Cahiers du Centre d'études et de recherches marxistes), 1968.
  • Notes sur Gramsci : à propos de quelques articles, Paris : Centre d'études et de recherches marxistes (Les Cahiers du Centre d'études et de recherches marxistes ; 117), 1974.
  • Sur le statut du philosophique. Marx est-il marxiste ?, une étude du « Marx » de Michel Henry, Paris Centre d'études et de recherches marxistes (Les Cahiers du Centre d'études et de recherches marxistes ; 149), 1978.
  • avec Georges Labica (dir.), Labriola d'un siècle à l'autre, actes du colloque international, CNRS, 28-30 mai 1985, Paris, Méridiens-Klincksieck, « Philosophie », 1988, ISBN 2-86563-188-5
  • avec Jacques Bidet (dir.), Fin du communisme ? Actualité du marxisme ?, actes colloque international, Sorbonne, 17-18-19 mai 1990 / organisé par la revue Actuel Marx et l'Istituto italiano per gli studi filosofici, Paris, Presses universitaires de France, « Actuel Marx confrontation », 1991. (ISBN 2-13-043830-X)
  • avec Jacques Bidet (dir.), L'idée du socialisme a-t-elle un avenir ?, actes du colloque international, Paris, Sorbonne, 6-8 juin 1991 / organisé par la revue Actuel Marx et l'Istituto italiano per gli studi filosofici, Paris, Presses universitaires de France, « Actuel Marx confrontation », 1992. (ISBN 2-13-044753-8)
  • avec Jacques Bidet (dir.), Le nouveau système du monde, actes du colloque international, Paris, Sorbonne, 29 et 30 mai 1992 / organisé par la revue Actuel Marx et l'Istituto italiano per gli studi filosofici, Paris, Presses universitaires de France, 1994. (ISBN 2-13-046116-6)
  • (dir.), Les paradigmes de la démocratie, actes du colloque du CNRS, Paris, 29-30 mai 1990, Paris, Presses universitaires de France, « Actuel Marx confrontation », 1994. (ISBN 2-13-046523-4)
  • avec Jacques Bidet (dir.), La crise du travail, actes du colloque, Collège international de philosophie, 28-29 janvier 1994 / organisé par la revue Actuel Marx Paris, Presses universitaires de France, « Actuel Marx confrontation », 1995. (ISBN 2-13-047001-7)
  • Révolution et démocratie chez Marx et Engels, Paris, Presses universitaires de France, « Actuel Marx confrontation », 1998. (ISBN 2-13-049726-8)
  • avec Henri Maler et Antoine Artous, Marx et l'appropriation sociale, Paris, Éditions Syllepse, « Les cahiers de Critique communiste », 2003. (ISBN 2-84797-071-1)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Jacques Bidet, Jacques Texier, noble compagnon de route intellectuelle et politique, L'Humanité, 18 janvier 2011
  2. Jacques Texier nous a quitté...., sur le site du NPA
  3. Voir aussi la notice de Texier sur la société civile dans le Dizionario gramsciano (ed. J. Ligori et P. Voza, Carocci, 2009)
  4. Partiellement traduit en italien aux éditions Bibliotheca, Gaeta, 1993

Lien externe[modifier | modifier le code]