Jacques Spitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Spitz.

Jacques Spitz

Activités Ingénieur conseil
Naissance 1896
Ghazaouet
Décès 1963
Paris
Langue d'écriture Français
Genres Science-fiction

Jacques Spitz est un écrivain français né en 1896 à Ghazaouet (Algérie) et décédé à Paris en 1963.

Polytechnicien, ingénieur conseil, il écrivit plusieurs romans de science-fiction d'un modernisme étonnant. Cynique, souvent pessimiste, influencé par le surréalisme, son ton rappelle celui de Pierre Boulle. Malgré la réédition de quelques-uns de ses plus grand succès, il est aujourd'hui largement oublié et ses romans sont quasi introuvables.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Nouvelles
  • L'An 3000, parue dans V-Magazine, nº287 du 11 juin 1950, illustré par Guy Sabran.
  • L'Énigme du V51, Supplément au V-Magazine nº326 du 7 janvier 1951, illustré par Guy Sabran.
  • La Planète des femmes invisibles, parue dans V-Magazine nº? et réédité dans le Bulletin des Amateurs d'Anticipation Ancienne et de Littérature Fantastique nº4, octobre 1990.
  • Bataille navale atomique, paru dans le recueil Sel marin, l'humour dans la marine, aux Éditions Marine Nationale, Paris, 1946.
Roman inédit
  • Alpha du Centaure. Le manuscrit de l'œuvre a été remis à la BNF (cote NAF 28.099) par les ayants droit de Jacques Spitz. D'après Pierre Versins, ce roman avait été publié en 1945 puis mis au pilon lorsque son éditeur avait été pillé par les Allemands.

Nouvelles éditions[modifier | modifier le code]

  • Joyeuses Apocalypses, Éditions Bragelonne, 2009 (anthologie contenant La Guerre des mouches, L'Homme élastique, La Guerre mondiale no 3 et six nouvelles).

Citations[modifier | modifier le code]

« Le danger de devenir idiots n'est pas de nature à effrayer les hommes, car, à tout prendre, ça ne les changera pas beaucoup. »

Liens externes[modifier | modifier le code]