Jacques Rennes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rennes (homonymie).

Jacques Rennes est un auteur, philosophe socialiste, syndicaliste français et vétérinaire, né le 9 octobre 1875 à Saintes (Charente-Inférieure) et mort le 3 août 1970 à Paris 14e[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir été diplômé l'école nationale vétérinaire d'Alfort, Jacques Rennes fait son service militaire comme Officier à Saumur et part trois ans en Algérie du Sud.

Il devient ensuite directeur des Services Vétérinaires de la Somme, puis de Seine-et-Oise (actuels départements des Yvelines, Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine, Essonne, Val-de-Marne, Val-d'Oise). Il écrira quelques ouvrages de référence pour prévenir les maladies dues à une mauvaise hygiène dans les zones rurales.

Avant tout, Jacques Rennes est un auteur et philosophe socialiste et syndicaliste qui a traversé un siècle et connu ses bouleversements institutionnels, économiques, sociaux et politiques.

Il a notamment contribué à la définition de la notion d’action directe (sur le plan du syndicalisme) : c'est pour lui l’expression éthique et héroïque "du prolétariat révolutionnaire". Il attribue à l’action la primauté sur la pensée. Il appelle à la rescousse Proudhon - prolétaire né mais penseur - et Sorel - bourgeois intellectuel mais clairvoyant - afin de donner corps à sa démonstration. Par là, il les classe, l’un comme moniteur, et l’autre comme serviteur désintéressé...du prolétariat. Faisant siens, les écrits de Emile Pouget et Victor Griffuelhes, relatifs à l’action directe, Jacques Rennes écrit, à la suite de Maxime Leroy, que « l’action directe n’est pas seulement un acte de combat corps à corps, mais un acte de construction, un acte institutionnel (...) l’action directe s’étend ainsi de la grève à la création de bibliothèques populaires (...) parmi cent autres institutions. ». Jacques Rennes assigne, par ailleurs, d’autres dimensions à l’action directe. Ainsi la lutte contre le militarisme, le sabotage - la ruse substituée à la violence -, le boycottage sont-ils considérés comme les contenus révolutionnaires de l’action ouvrière en marche. Jacques Rennes, fidèle à l’essence de la Charte d'Amiens attribue au syndicalisme le rôle moteur dans la transformation de la société. Il décrit l’action directe comme « le procédé de commencement, de développement et de fin du syndicalisme ».

Jacques Rennes a également écrit quelques ouvrages de qualité sur le voyage.

Jacques Rennes est le gendre du botaniste et politique Georges Le Monnier, le beau-frère du Professeur Philibert Guinier et l'oncle du scientifique André Guinier.

Liste non exhaustive de ses œuvres[modifier | modifier le code]

  • Georges Sorel et le syndicalisme révolutionnaire, 1936, Éditions Liberté.
  • Aux sources de l’émotion (voyage en Grèce), 1936, Éditions La Gutenberg.
  • Exposé du marxisme, 1938, Éditions Liberté.
  • Thèses sociales de Nouvel Age, 1939, Éditions P. Liberté.
  • Au cœur des Indes, 1941, Éditions L’amitié par le livre / Jean Flory.
  • Les paradis perdus et l’harmonieuse Bali, 1941, Éditions L’amitié par le livre / Jean Flory.
  • Du marxisme à l’Humanisme, 1946, Éditions L’amitié par le livre.
  • Dieu m’a fait homme. Réponse à Pascal et à Kierkegaard, 1947, Éditions Auteur.
  • Libre humanisme, Réponse à Pascal, à Kierkegaard et aux existentialistes, 1947, Éditions L’amitié par le livre.
  • Annaïk, Récit du VIe siècle sur l’occupation des Gaules par les Francs, 1947, Éditions L’amitié par le livre.
  • Syndicalisme français, 1948, Librairie Marcel Rivière.
  • Pascal. Le cas de Pascal. Discussion : F. Michaud, J-P. Milou, J. Marchand, H. de la Massuë, V. Daumer, avec un texte de Prosper Alfaric, 1956, Éditions de l’Union rationaliste.
  • Clartés sur la Bible, 1961, Éditions de l’Union rationaliste.
  • Le procès de Pascal, 1962, Éditions Rationalistes.
  • Raison et mystère, 1962, Éditions de l’Union rationaliste.
  • Spinoza, 1964, Éditions de l’Union rationaliste.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Charente-Maritime en ligne.