Jacques Mieses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacques Mieses

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Jacques Mieses vers 1900

Naissance 27 février 1865
Leipzig, Allemagne
Décès 23 février 1954
Londres
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Profession
Joueur d'échecs

Jacques Mieses (27 février 1865 à Leipzig, Allemagne - 23 février 1954 à Londres) est un joueur d'échecs , écrivain allemand et juif. En 1950, la fédération internationale lui décerna le titre de grand maître international des échecs.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1938, pour échapper aux exactions nazies, il s'installe au Royaume-Uni et obtient dans les années 1940 la nationalité britannique. En 1950, à la création du titre de grand maître international, il fait partie du premier groupe de joueurs à qui ce titre est décerné et devient ainsi le premier grand maître international britannique (le premier grand maître britannique né en Grande-Bretagne est Tony Miles né un an après le décès de Mieses).

Il a souvent mené de brillantes attaques lors de ses parties, mais préférant la beauté à l'utilité, il n'a jamais atteint un niveau de performance suffisamment élevé pour défier le champion du monde.

Il a organisé le tournoi des maîtres de Saint-Sébastien en 1911 et insisté pour que les dépenses de tous les maîtres soient payées intégralement. Il s'agissait du premier tournoi international de José Raúl Capablanca, qui a surpris tout le monde en obtenant la première place.

Mieses a aussi rédigé plus de 40 livres en langue allemande consacrés aux échecs dont plusieurs comptes-rendus de tournois, mais son style froid contrastait nettement avec sa personnalité pleine d'esprit.

Il a également été arbitre dans de nombreux tournois.

Il détient le record de longévité en compétition avec une carrière s'étendant de 1888 à 1948.

Il a donné son nom , à une ouverture du jeu d'échecs qui commence par 1.d3 : l'ouverture Mieses.

Parties remarquables[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

(en) David Hooper et Kenneth Whyld, The Oxford Companion To Chess, 1996, Oxford University. ISBN 0-19-280049-3

Liens externes[modifier | modifier le code]