Jacques Mehler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mehler.

Né le 17 août 1936 à Barcelone en Espagne Jacques Mehler est un chercheur émérite du laboratoire de Sciences Cognitives et de Psycholinguistique (LSCP. Il est classé, avec d'autres chercheurs, dans le camp des nativiste pour qui dès la naissance le bébé aurait de manière innée les outils qui feront de lui un être capable de penser, de parler, de vivre en société [1]

Pionnier des sciences cognitives en France[modifier | modifier le code]

Dès les années 1950, sous l'impulsion Noam Chomsky et Jérôme Bruner, les sciences cognitives commencent à se structurer aux États-Unis. Ce n'est qu'à la fin des années 1960 que ces théories, notamment celles de Noam Chomsky sur la grammaire générative sont largement reprises dans la recherche française. Jacques Melher joue alors un rôle de tout premier plan[2]. En 1968 il publie un article important sur la réalité psychologique de cette grammaire générative dans un numéro de la revue Psychologie française entièrement consacré à cette théorie[3]. L'année suivante il coordonne le numéro de la revue Langages consacré à ce champ de recherche[4]. Dès lors il va apparaître comme un pionnier de la structuration de ce que l'on va appeler les sciences cognitives. En 1972 c'est lui qui fonde avec Thomas G. Bever la revue Cognition dont il devient rédacteur en chef jusqu'en 2007[5],[6], revue de référence de langue anglaise. C'est au cours de cette décennie que l'expression psychologie cognitive va entrer, en France, dans l'usage courant. En témoigne sa présentation, probablement rédigée par Jacques Mehler, dans le livre blanc pour la recherche dirigé par Pierre Aigrin et rendu au président de la République en 1980[2].

L'enfant et le nombre[modifier | modifier le code]

Il s'est fait connaitre dès les années soixante en remettant en cause certaines théories de Jean Piaget sur l'absence, chez le très jeune enfant, de concepts fondamentaux comme celui du nombre. Les expériences de Jacques Mehler montrent que l'enfant possède dès ses deux ans un sens du nombre lui permettant de choisir entre deux files inégales de bonbons [7].

Le langage chez l'enfant[modifier | modifier le code]

Une étude importante publiée en 1986 en collaboration avec Ghislaine Deheane-Lambertz, Peter Jusczyk et Claudine Amiel-Tison démontre que dès les premières semaines de vie un nourrisson est capable de distinguer de nombreuses catégories du langage. En suivant le réflexe de succion non nutritive du bébé, Mehler et son équipe montrent dans cette étude que les nouveau-nés nés, réagissent différemment au français et au russe et montrent une activité de succion plus importante pour le français[8].

Parcours[modifier | modifier le code]

  • Instituto Libre de Segunda Ensenanza, Buenos Aires, Argentine, 1948-1951
  • Université de Buenos Aires, Argentine, 1952-1958
  • Université d'Oxford, 1958-1959
  • Université Londres, 1959-1961
  • Université de Harvard, PH D. en psychologie 1961-1964
  • École des hautes études en sciences sociales, directeur d’études en 1982.

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]