Jacques II d'Angleterre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques II.

Jacques VII d’Écosse

Jacques II
Jacques II par Peter Lely
Jacques II par Peter Lely
Titre
Roi d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande

(&&&&&&&&&&&014043 ans, 10 mois et 5 jours)
Couronnement
Prédécesseur Charles II
Successeur Marie II et Guillaume III
Biographie
Dynastie Maison Stuart
Nom de naissance James
Date de naissance
Lieu de naissance Palais St. James, Londres (Angleterre)
Date de décès (à 67 ans)
Lieu de décès Château de Saint-Germain-en-Laye (France)
Père Charles Ier d'Angleterre
Mère Henriette de France
Conjoint Anne Hyde (1660-1671)
Marie de Modène (1673-1701)
Enfant(s) Marie II Red crown.png
Anne Red crown.png
Jacques François Stuart,
prince de Galles

Signature

Jacques II d'Angleterre
Monarques de Grande-Bretagne

Jacques Stuart (en anglais: James Stuart, 14 octobre 1633 - 16 septembre 1701) fut roi d'Angleterre et d'Irlande sous le nom de Jacques II et roi d'Écosse sous le nom de Jacques VII du 6 février 1685 jusqu'à son renversement lors de la Glorieuse Révolution trois ans plus tard.

Jacques était le second fils du roi Charles Ier et il accéda au trône à la mort de son frère Charles II. Son catholicisme, ses politiques pro-françaises et ses ambitions absolutistes le rendirent très impopulaire et il dut affronter une opposition de plus en plus radicale de la part de l'élite religieuse et aristocratique anglaise. Lorsque son épouse Marie de Modène donna naissance à un fils, Jacques François Stuart, laissant présager la mise en place d'une dynastie catholique, les nobles anglais demandèrent l'aide du protestant Guillaume III d'Orange, son neveu qui avait épousé sa fille Marie. Ce dernier débarqua en Grande-Bretagne à la tête d'une armée hollandaise et Jacques II fut contraint de se réfugier en France. Le Parlement considéra que cette fuite équivalait à une abdication et accorda la couronne à Guillaume et Marie qui régnèrent conjointement à partir de 1689 sous les noms de Guillaume III et de Marie II. Jacques tenta de récupérer son trône en débarquant en Irlande mais ses partisans furent défaits lors de la bataille de la Boyne en juillet 1690. Il vécut le reste de sa vie en France soutenu par son cousin le roi Louis XIV.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jacques avec son père Charles Ier, Peter Lely, 1647

Jacques est né le 14 octobre 1633 au palais St. James de Londres. Il était le second fils du roi Charles Ier et de Henriette Marie de France[1]. Il fut baptisé par l'archevêque de Cantorbéry William Laud quelques mois plus tard[2]. Jacques fut éduqué par des tuteurs avec son frère aîné, le futur roi Charles II et les deux fils du duc de Buckingham, George et Francis Villiers[3].

Jacques fut nommé au sein de l'ordre de la Jarretière en 1642[4] et fait duc d'York le 22 janvier 1644[2]. Alors que l'opposition entre le roi et le parlement d'Angleterre dégénérait en guerre civile, Jacques resta dans le bastion royaliste d'Oxford[5]. Lorsque la ville tomba aux mains des parlementaires en 1646, Jacques fut enfermé dans le palais St. James[6]. En 1648, il s'échappa du palais et rejoignit secrètement La Haye dans les Provinces-Unies[7]. Lorsque Charles Ier fut décapité par les rebelles en 1649, son frère aîné fut proclamé roi par les royalistes sous le nom de Charles II[8]. Il fut reconnu par les parlements d'Écosse et d'Irlande et couronné roi d'Écosse à Scone en 1651. Même s'il fut proclamé roi à Jersey, Charles II ne parvint pas à sécuriser la couronne d'Angleterre et se réfugia en France[8].

Comme son frère, Jacques rejoignit la France et servit dans l'armée française sous le commandement de Turenne contre les frondeurs puis contre leurs alliés espagnols[9]. Jacques participa aux affrontements et selon un observateur, « s'exposa lui-même et chargea courageusement où tout devait être fait[9] ». En 1656, quand Charles II forma une alliance avec l'Espagne alors en guerre contre la France, Jacques fut expulsé de France et obligé de quitter l'armée de Turenne[10]. Jacques s'opposa à son frère au sujet de cette alliance mais les deux hommes avaient peu d'influence sur la scène diplomatique ; Jacques se rendit finalement à Bruges où (avec son jeune frère Henry Stuart, duc de Gloucester) il rejoignit l'armée espagnole menée par le prince de Condé et affronta ses anciens compagnons français lors de la bataille des Dunes[11]. Au sein de l'armée espagnole, Jacques se rapprocha de deux frères catholiques irlandais de l'entourage royal, Peter et Richard Talbot et s'éloigna des conseillers anglicans de son frère[12]. En 1659, les Français et les Espagnols signèrent le traité des Pyrénées. Doutant des chances de son frère de recouvrer son trône, Jacques envisagea d'accepter l'offre de devenir amiral dans la flotte espagnole[13]. Il déclina la proposition l'année suivante car la situation en Angleterre s'était stabilisée et Charles II fut proclamé roi[14].

Restauration[modifier | modifier le code]

Premier mariage[modifier | modifier le code]

Anne Hyde et Jacques dans les années 1660 par Peter Lely

Après la démission de Richard Cromwell de la fonction de Lord Protecteur en 1659 et l'effondrement du Commonwealth d'Angleterre en 1660, la monarchie anglaise fut rétablie avec Charles II à sa tête. Même si Jacques était l'héritier présomptif, il semblait peu probable qu'il devienne roi à son tour car Charles II était jeune et aurait certainement des enfants[15]. Lors de la restauration de son frère, Jacques fut fait duc d'Albany en Écosse et porta ce titre avec celui de duc d'York. À son retour en Angleterre, Jacques provoqua une controverse en annonçant ses fiançailles avec Anne Hyde, la fille du principal conseiller du roi, Edward Hyde[16]. Les deux s'étaient secrètement mariés en 1659 et Anne était tombée enceinte en 1660 mais après la Restauration, aucun membre de la cour ne s'attendait à ce qu'un prince épouse une roturière[17]. Malgré les nombreuses réticences, y compris celles d'Edward Hyde, Jacques et Anne se marièrent officiellement le 3 septembre 1660 à Londres. Leur premier enfant, Charles, naquit deux mois plus tard mais mourut en bas-âge comme cinq autres de ses frères et sœurs[17]. Seules deux filles atteignirent l'âge adulte : Marie (née le 30 avril 1662) et Anne (née le 6 février 1665)[18]. Samuel Pepys écrivit que Jacques adorait ses enfants et son rôle de père et qu'il jouait avec eux « comme un père ordinaire » alors que la coutume royale de l'époque était de confier leur éducation à d'autres[19]. Anne Hyde était dévouée envers Jacques et elle influença beaucoup de ses décisions[20]. Malgré cela, Jacques fréquenta de nombreuses maîtresses dont Arabella Churchill et Catherine Sedley et était réputé être le « voyeur le plus invétéré de son époque »[21]. Anne Hyde mourut en mars 1671 probablement d'un cancer du sein.

Après la Restauration, Jacques fut nommé Lord Grand Amiral[22] et commanda la Royal Navy durant les deuxième (1665-1667) et troisième guerres anglo-néerlandaise (1672-1674). À la suite du raid sur la Medway de 1667, Jacques supervisa la modernisation des fortifications de la côte sud[23]. La fonction de Lord Grand Amiral, associée à ses revenus issus du service postal et des taxes sur les vins (accordés par Charles II au moment de la Restauration), donna à Jacques les moyens d'entretenir une large cour[24].

En 1664, les Anglais s'emparèrent de la colonie hollandaise de Nouvelle-Néerlande et de son port principal, Nouvelle-Amsterdam. Charles II accorda ces territoires américains situés entre les fleuves Delaware et Connecticut à son frère. En l'honneur du prince Jacques d'York, ils furent respectivement renommés province et ville de New York. Jacques céda le contrôle de la colonie à George de Carteret et John Berkeley. Fort Orange situé à 240 km au nord sur le fleuve Hudson fut renommé Albany d'après le titre écossais de Jacques[17]. En 1683, il devint gouverneur de la Compagnie de la Baie d'Hudson mais resta à l'écart de sa gestion[17]. Jacques présida également la Compagnie royale d'Afrique impliquée dans la traite négrière[25].

En septembre 1666, son frère Charles II le chargea des opérations durant le Grand incendie de Londres en raison du manque de réactivité du maire Thomas Bloodworth et ses actions furent saluées. Un témoin écrivit le 8 septembre « le duc d'York a gagné le cœur du peuple avec ses efforts continus et infatigables pour aider à éteindre l'incendie[26] ».

Conversion au catholicisme et second mariage[modifier | modifier le code]

Marie de Modène, la seconde épouse de Jacques par Willem Wissing (en)

Durant son séjour en France, Jacques avait découvert les croyances et les cérémonies catholiques et son épouse et lui furent attirés par cette religion[27]. Jacques reçut l'eucharistie au sein de l'église catholique en 1668 ou 1669 mais sa conversion fut gardée secrète quelque temps et il continua d'assister aux messes anglicanes jusqu'en 1676[28]. Malgré cela, Jacques continua de fréquenter essentiellement des anglicans comme John Churchill, 1er duc de Marlborough, George Legge et des protestants français comme Louis de Duras[29].

Les inquiétudes concernant l'influence catholique à la cour royale poussèrent le parlement d'Angleterre à adopter un nouveau Test Act en 1673[30]. Selon ce texte, tous les responsables civils et militaires devaient prêter un serment par lequel ils reniaient la doctrine de la transsubstantiation et d'autres doctrines catholiques et devaient recevoir l'eucharistie selon les règles de l'Église d'Angleterre[31]. Jacques refusa ces conditions et préféra abandonner sa fonction de Lord Grand Amiral ; sa conversion fut par conséquent rendue publique[30].

Charles II s'opposa à la conversion et ordonna que les filles de Jacques soient élevées dans la foi protestante[32]. Il autorisa néanmoins Jacques à épouser la princesse italienne catholique Marie de Modène alors âgée de quinze ans[33]. Jacques et Marie furent mariés par procuration (en) lors d'une cérémonie catholique le 20 septembre 1673[34]. Le 21 novembre, Marie arriva en Angleterre et l'évêque d'Oxford, Nathaniel Crew, réalisa une brève cérémonie anglicane qui reconnut simplement le mariage catholique[35]. De nombreux britanniques considéraient la nouvelle duchesse d'York comme une espionne au service du pape Clément X[36].

Crise de l'Exclusion Bill[modifier | modifier le code]

Le James Scott, 1er duc de Monmouth fut impliqué dans plusieurs complots contre Jacques ; peinture de Willem Wissing

En 1677, Jacques accepta à contre-cœur le mariage de sa fille Marie au prince protestant Guillaume III d'Orange (qui était son neveu par sa sœur Marie Henriette Stuart) après que l'union ait été décidée par Charles II et Guillaume III[37]. Malgré ce mariage protestant, les craintes anglaises concernant la possible instauration d'une dynastie catholique furent exacerbées par le fait que Charles II et son épouse Catherine de Bragance ne parvenaient pas à avoir d'enfants. Titus Oates, un prêtre anglican défroqué, évoqua l'existence d'un prétendu « complot papiste » visant à assassiner Charles II pour permettre l'accession au trône du duc d'York[38]. Ces fausses accusations entraînèrent une vague d'hystérie anti-catholique dans le royaume.

En Angleterre, le comte de Shaftesbury, un ancien ministre et meneur des opposants aux catholiques, tenta d'évincer Jacques de l'ordre de succession[39]. Certains parlementaires proposèrent même que la couronne soit transmise au fils illégitime de Charles II, James Scott, 1er duc de Monmouth[40]. En 1679, craignant le passage de l'Exclusion Bill, Charles II dissout le Parlement[41]. Deux nouvelles assemblées élues en 1680 et 1681 furent également dissoutes pour la même raison[42]. La crise liée à cette législation contribua au développement du système bipartisan anglais entre les whigs défendant l'Exclusion Bill et les tories qui y étaient opposés. Au final, la succession ne fut pas modifiée mais Jacques fut convaincu de se retirer des organismes législatifs et d'accepter un rôle réduit dans le gouvernement de son frère[43].

Sur les ordres du roi, Jacques quitta l'Angleterre et se rendit à Bruxelles[44]. En 1680, il fut nommé Lord Haut Commissaire d'Écosse et s'installa au palais de Holyrood d'Édimbourg pour réprimer un soulèvement et superviser l'administration[45]. Jacques retourna quelque temps en Angleterre car Charles II était gravement malade et semblait proche de la mort[46]. L'hystérie anti-catholique s'apaisa mais les relations de Jacques avec de nombreux membres du parlement anglais dont Thomas Osborne, 1er duc de Leeds, un ancien allié, restèrent tendues et une bonne partie du parlement lui était opposée[47].

En 1683, un complot visant à assassiner Charles II et Jacques pour lancer une révolution républicaine et restaurer un gouvernement cromwellien fut découvert[48]. Ce complot de Rye-House se retourna contre les conspirateurs car il provoqua une vague de sympathie pour le roi et son frère[49]. Plusieurs whigs influents dont Arthur Capel, 1er comte d'Essex et le duc de Monmouth étaient impliqués dans la conspiration[48]. Monmouth avoua sa complicité et dénonça d'autres membres mais se rétracta par la suite[48]. Essex se suicida et Monmouth et d'autres furent obligés de quitter les îles britanniques[50]. Charles réagit au complot en accroissant la répression contre les whigs et les dissidents anglais[48]. Profitant du regain de popularité de Jacques, Charles II l'autorisa à revenir au sein du Conseil privé en 1684[51]. Si certains parlementaires continuaient de s'inquiéter de la possibilité d'un monarque catholique, la possibilité que Jacques soit écarté du trône s'était éloignée.

Règne[modifier | modifier le code]

Accession au trône[modifier | modifier le code]

Portrait du roi Jacques II par Godfrey Kneller

Charles II mourut le 6 février 1685 après s'être converti au catholicisme sur son lit de mort[52]. Comme il n'avait pas d'enfants légitimes, son frère Jacques lui succéda sous le nom de Jacques II en Angleterre et en Irlande et de Jacques VII en Écosse. Il y eut peu d'opposition à son accession au trône et de nombreuses sources indiquent que l'opinion se réjouit de cette succession en bon ordre[53]. Jacques II voulait être rapidement couronné et la cérémonie eut lieu le 23 avril 1685 dans l'abbaye de Westminster[54]. Le nouveau Parlement qui se rassembla en mai 1685 et reçut le nom de « Parlement loyal » était initialement favorable à Jacques et le nouveau roi indiqua que les anciens partisans de l'Exclusion Bill serait pardonnés s'ils acceptaient son autorité[53]. La plupart des haut fonctionnaires de Charles II restèrent en place même si Jacques II promut ses beau-frères, les comtes de Clarendon et de Rochester et démit Halifax[55]. Le Parlement accorda des revenus généreux à Jacques dont tous les bénéfices des taxes douanières[56]. Jacques II se consacra plus à son rôle de roi que son frère mais il était moins prêt à accepter des compromis en cas de désaccord avec ses conseillers[57].

Peu après son accession au trône, Jacques II affronta une révolte dans le sud de l'Angleterre menée par son neveu, le duc de Monmouth et une autre en Écosse avec Archibald Campbell, 9e comte d'Argyll à sa tête[58]. Argyll et Monmouth lancèrent tous deux leurs expéditions depuis les Provinces-Unies où son neveu et beau-fils Guillaume III d'Orange n'avait rien fait pour s'opposer à leurs efforts de recrutement[59]. Argyll navigua jusqu'en Écosse et recruta de nombreux membres de son propre clan des Campbell[60]. Le soulèvement fut rapidement écrasé et Argyll fut capturé le 18 juin 1685[60]. Arrivé avec moins de 300 hommes et incapable d'en recruter beaucoup plus, Argyll ne fut jamais une menace crédible pour Jacques II[61]. Il fut emprisonné à Édimbourg et le roi confirma sa condamnation à mort lors d'un précédent procès ; Argyll fut ainsi décapité le 30 juin.

La rébellion de Monmouth fut lancée conjointement avec celle d'Argyll mais elle représenta une plus grande menace contre le pouvoir de Jacques II. Monmouth s'était proclamé roi le 11 juin à Lyme Regis[62] mais ne parvint pas à rassembler suffisamment de troupes pour battre même la faible armée de métier de Jacques II[63]. Malgré une attaque nocturne surprise, les forces de Monmouth furent battues lors de la bataille de Sedgemoor[63]. Les troupes royales commandées par Louis de Duras et John Churchill chassèrent rapidement les rebelles sous-équipés[63]. Monmouth fut capturé et exécuté à la tour de Londres le 15 juillet[64]. Durant les procès qui suivirent, appelés « Assises sanglantes », les juges dont George Jeffreys condamnèrent de nombreux rebelles à la déportation et au servage dans les Antilles[65] et 250 autres furent exécutés[64]. Les deux révoltes furent assez facilement écrasées mais elles renforcèrent la détermination de Jacques et accrurent sa méfiance envers les Hollandais[66].

Absolutisme et libertés religieuses[modifier | modifier le code]

Pour se prémunir de futures révoltes, Jacques chercha à accroître la taille de l'armée de métier[67]. Cela alarma ses sujets, non seulement du fait des troubles que causaient les soldats en ville mais parce qu'il n'était pas dans la tradition anglaise de maintenir une armée professionnelle en temps de paix[68]. Le Parlement s'inquiéta encore plus de l'emploi des prérogatives royales par Jacques II pour autoriser des catholiques à commander plusieurs régiments sans qu'ils ne prêtent le serment imposé par le Test Act[67]. Le Parlement, qui lui était auparavant favorable, s'opposa à ses mesures et Jacques ordonna sa suspension en novembre 1685 et il ne se rassembla plus jusqu'à la fin de son règne[69]. Au début de l'année 1686, deux papiers rédigés par Charles II furent trouvés dans son coffre-fort et son placard et listait les arguments en faveur de la supériorité du catholicisme sur le protestantisme. Jacques II publia ces documents avec une déclaration défiant l'archevêque de Cantorbéry et tout le clergé anglican de réfuter les arguments de Charles II : « Donnez moi une réponse solide à la manière d'un gentilhomme ; et qu'elle ait l'effet que vous désirez tant de me ramener au sein de votre église ». L'archevêque refusa en avançant le respect qu'il devait au roi défunt[70].

Portrait de Jacques II vers 1686 par Nicolas de Largillière

Jacques II défendit l'abrogation des lois pénales qui discriminaient les non-anglicans et en particulier les catholiques mais refusa d'autoriser certaines croyances protestantes comme le presbytérianisme[71]. Jacques II envoya une lettre au parlement écossais lors de sa première réunion en 1685 pour indiquer son souhait de nouvelles lois pénales contre les presbytériens réfractaires et se lamenta que personne n'était prêt à défendre une telle législation. En réponse, le Parlement adopta un texte qui spécifiait que « quiconque prêcherait dans un lieu de culte avec un toit ou assisterait en tant que prêcheur ou auditeur à un rassemblement religieux en plein air s'exposerait à la mort à la confiscation de ses biens[72] ». En mars 1686, Jacques II écrivit au Conseil privé écossais pour défendre la tolérance envers les catholiques et la persécution des covenantaires presbytériens[73]. Les conseillers répondirent qu'ils n'accorderaient une plus grande liberté aux catholiques que si des actions similaires étaient menées pour les covenantaires et Jacques II promit de ne plus rien faire qui menacerait la foi protestante. Jacques II accepta une certaine tolérance envers les presbytériens mais inférieure à celle qu'il voulait pour les catholiques en déclarant que la religion protestante était fausse et qu'il ne pouvait promettre ne pas réprimer une fausse religion[73].

Jacques II autorisa les catholiques à occuper les plus hautes fonctions de ses royaumes et reçut à sa cour le nonce apostolique Ferdinando d'Adda, premier représentant de Rome à Londres depuis le règne de Marie Ire[74]. Le confesseur de Jacques, le jésuite Edward Petre, était particulièrement haï par les protestants[75]. Alors que les catholiques représentaient environ 2 % de la population anglaise[76], le secrétaire d'État du roi, Robert Spencer, 2e comte de Sunderland, commença à remplacer les fonctionnaires de la cour par des catholiques[77]. La purge de Sunderland toucha même les beau-frères anglicans du roi et leurs partisans et Jacques II commença à perdre la confiance de beaucoup de ses soutiens anglicans[77]. En mai 1686, Jacques II chercha à obtenir un jugement de la part des tribunaux anglais qui l'autoriserait à passer outre les décisions du Parlement. Il limogea les juges qui s'opposaient à lui sur ce sujet ainsi que l'avocat général Heneage Finch[78]. Lors du jugement Godden v. Hales[79], onze des douze juges se prononcèrent en faveur de l'autorité du roi[80].

En 1687, Jacques II délivra la Déclaration d'Indulgence (en) qui abrogeait les lois discriminant les catholiques et les dissidents protestants[81]. Il essaya de rassembler des soutiens pour cette politique de tolérance en réalisant une tournée dans l'ouest de l'Angleterre à l'été 1687. Il donna un discours à Chester dans lequel il déclara « Supposez… qu'il y ait une loi qui ordonnerait l'emprisonnement de toutes les personnes noires, elle serait déraisonnable et nous avons aussi peu de raisons de nous quereller avec des hommes qui ont des d'opinions [religieuses] différentes qu'avec ceux qui ont un teint différent[82] ». Dans le même temps, Jacques II utilisa son autorité royale pour accorder une plus grande tolérance envers les catholiques écossais et dans une moindre mesure aux presbytériens[83].

Pièce à l'effigie de Jacques II, 1686

En 1688, Jacques II ordonna que la Déclaration soit lue dans toutes les églises anglicanes, ce qui ulcéra encore plus les évêques anglicans[84]. Si le texte fut salué par les catholiques et les dissidents, il obligeait l'Église d'Angleterre, l'alliée traditionnelle de la monarchie, à se séparer de certains de ses privilèges[84]. Jacques II tenta également de réduire le monopole anglican sur l'éducation[85] et à l'université d'Oxford, il autorisa des catholiques à tenir des fonctions importantes au Christ Church et à l'University College, deux des plus importantes facultés de la ville. Il tenta de forcer les membres directeurs du Magdalen College à élire Anthony Farmer, un homme à la mauvaise réputation et considéré comme secrètement catholique[86], à la présidence du comité de direction en violation du droit des membres à choisir un candidat de leur choix[85].

En 1687, Jacques II se prépara à remplir le Parlement avec des partisans afin d'abroger le Test Act et les lois pénales. Jacques II était convaincu qu'il avait le soutien des dissidents et il lança une vaste purge des haut-fonctionnaires royaux opposés à son plan[87]. En octobre, il ordonna aux Lords Lieutenants des provinces de soumettre trois questions à tous les membres de la Commission of Peace[Quoi ?] : accepteraient-ils l'abrogation du Test Act et des lois pénales ; soutiendraient-ils les candidats qui le feraient et accepteraient-ils la Déclaration d'Indulgence. Durant les trois premiers mois de 1688, tous ceux qui avaient donné des réponses négatives furent limogés et remplacés par des partisans pour sécuriser les nominations parlementaires[88]. Finalement, le 24 août 1688, Jacques II ordonna l'organisation d'une élection législative[89]. Néanmoins, après avoir réalisé en octobre que Guillaume III d'Orange allait débarquer en Angleterre et pour apaiser les tensions, il annula ces ordres et écrivit aux Lords Lieutenant pour leur demander d'enquêter sur les abus commis durant la préparation de l'élection[90].

Glorieuse Révolution[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Glorieuse Révolution.
Le neveu et beau-fils de Jacques II, Guillaume III d'Orange fut invité en Angleterre pour « sauver la religion protestante ».

Lorsque Jacques II ordonna en avril 1688 aux évêques anglicans de lire la Déclaration d'Indulgence dans leurs églises[91], sept d'entre eux dont l'archevêque de Cantorbéry, William Sancroft, soumirent une pétition demandant au roi de réévaluer ses politiques religieuses ; ils furent arrêtés et jugés pour sédition[92]. Les inquiétudes de l'opinion publique s'accrurent quand la reine Marie donna naissance à un fils, Jacques François Stuart, le 10 juin 1688[93]. Lorsque les seuls successeurs possibles de Jacques II étaient ses deux filles protestantes, les anglicans pouvaient croire que ses politiques pro-catholiques ne seraient que temporaires mais quand la naissance du prince ouvrit la possibilité d'une dynastie catholique, ils furent obligés de reconsidérer leur position[94]. Plusieurs anglicans influents avancèrent que l'enfant était illégitime et avait été amené dans la chambre de la reine dans une bassinoire[95]. Ils étaient déjà entrés en contact avec Guillaume III d'Orange après l'annonce de la grossesse de la reine et la naissance de Jacques Stuart renforça leurs convictions[96].

Le 30 juin 1688, un groupe de sept nobles protestants invita le prince d'Orange à venir en Angleterre avec une armée[97]. En septembre, il était devenu clair que Guillaume III avait l'intention de débarquer dans les îles britanniques[98]. Considérant que sa propre armée serait suffisante et craignant les réactions anglaises, Jacques II refusa les propositions d'aide du roi Louis XIV de France[98]. Lorsque Guillaume III débarqua le 5 novembre 1688 à Brixham, de nombreux officiers protestants dont John Churchill firent défection et rejoignirent l'envahisseur de même que la propre fille de Jacques II, Anne[99]. Le roi manqua de courage et refusa d'attaquer l'armée d'invasion malgré la supériorité numérique de son armée[100]. Le 11 décembre, il tenta de fuir en France après avoir supposément jeté le grand sceau du Royaume-Uni dans la Tamise[101],[102]. Il fut arrêté dans le Kent quelques jours plus tard et placé en détention. N'ayant aucun désir d'en faire un martyr, Guillaume III le laissa s'échapper le 23 décembre[101]. Jacques II fut accueilli par son cousin et allié, Louis XIV de France, qui lui offrit un palais et une pension.

Guillaume III convoqua un Parlement pour décider de la manière de gérer la fuite de Jacques II. Si le Parlement refusa de le déposer, il déclara qu'en ayant fui en France et en ayant jeté le grand sceau dans la Tamise, Jacques II avait de fait abdiqué ; par conséquent le trône était devenu vacant[103] et les parlementaires confièrent la couronne à la fille de Jacques, Marie, qui gouverna conjointement avec Guillaume III d'Orange sous les noms de Marie II et de Guillaume III. Le 11 avril 1689, le parlement d'Écosse déclara que Jacques II avait abandonné le trône[104],[105]. Le parlement anglais adopta la Déclaration des droits qui condamnait Jacques II pour abus de pouvoir. Les accusations concernaient la suspension des Test Acts, le procès des sept évêques pour avoir simplement pétitionné la couronne, la mise en place d'une armée de métier et la condamnation à des châtiments cruels[106]. La Déclaration spécifiait également qu'aucun catholique ne pourrait devenir roi d'Angleterre et qu'aucun roi d'Angleterre ne pourrait épouser une catholique[107].

Dernières années[modifier | modifier le code]

Exil en France[modifier | modifier le code]

Avec le soutien de troupes françaises, Jacques débarqua en Irlande en mars 1689[108]. Le parlement irlandais ne suivit pas l'exemple du parlement anglais ; il déclara que Jacques était resté roi et il adopta une loi qualifiant de traîtres ceux qui avaient rallié Guillaume III[109]. Sous la pression de Jacques, le parlement irlandais vota une loi accordant la liberté de religion à tous les catholiques et protestants irlandais[110]. Jacques s'efforça de lever des troupes en Irlande mais fut finalement battu lors de la bataille de la Boyne le 1er juillet 1690 par une armée menée personnellement par Guillaume III[111]. Jacques s'enfuit à nouveau en France et ne revint plus jamais dans ses anciens royaumes[111].

Le château de Saint-Germain-en-Laye où résida Jacques durant son exil en France.

En France, Jacques fut autorisé à habiter dans la résidence royale du château de Saint-Germain-en-Laye[112]. Son épouse et certains partisans le suivirent et presque tous étaient catholiques[113]. Il eut un dernier enfant avec Marie de Modène, Louise Marie Thérèse Stuart (en), en 1692[114]. Certains partisans anglais tentèrent de restaurer Jacques en assassinant Guillaume III en 1696 mais le complot échoua et les réactions réduisirent la popularité de leur cause[115]. Jacques refusa la proposition de Louis XIV de le faire élire (en) Jacques roi de Pologne la même année car il craignait que cela ne l'empêche de redevenir roi d'Angleterre. En septembre 1697, Louis XIV signa le traité de Ryswick mettant un terme à la guerre de la Ligue d'Augsbourg à laquelle participait entre-autres la France, l'Angleterre et les Provinces-Unies. Dans l'une des clauses, le roi de France reconnaissait la légitimité de Guillaume III sur le trône d'Angleterre et il cessa une grande partie de son soutien à Jacques[116].

Durant ses dernières années, Jacques vécut comme un pénitent austère[117]. Il rédigea un mémorandum pour son fils le conseillant sur la manière de gouverner l'Angleterre en soulignant le fait que les catholiques devraient contrôler l'un des secrétariats d'État, un des commissariats au Trésor, le secrétariat à la Guerre et la majorité des postes d'officiers dans l'armée[118].

Mort[modifier | modifier le code]

Le fils de Jacques II, Jacques François Édouard était appelé Jacques III et Jacques VIII par ses partisans et le « Vieux Prétendant » par ses adversaires.

Jacques mourut d'une hémorragie cérébrale le 16 septembre 1701 à Saint-Germain-en-Laye[119],[120]. Son corps fut exposé dans un cercueil dans la chapelle Saint-Edmond de l'église bénédictine de la rue Saint-Jacques de Paris et l'oraison funèbre fut réalisée par Henri-Emmanuel de Roquette[119]. Jacques ne fut pas enterré mais placé dans l'une des chapelles latérales. Des bougies furent laissées allumées autour de son cercueil jusqu'à la Révolution française. En 1734, l'archevêque de Paris chercha des témoignages en vue d'une canonisation de Jacques mais aucune procédure ne fut lancée[119]. Durant la Révolution française, la tombe de Jacques fut pillée[121]. Au moment de sa mort, il était le dernier enfant de Charles Ier et de la reine Henriette Marie.

La plus jeune fille de Jacques II, Anne, monta sur le trône à la mort de Guillaume III en 1702. L'Acte d'établissement de 1701 spécifiait que si la ligne de succession établie par la Déclaration des Droits s'épuisait, la couronne serait transmise à sa cousine allemande Sophie de Hanovre et à ses héritiers protestants[122]. Sophie était la petite-fille de Jacques Ier d'Angleterre par sa fille aînée Élisabeth Stuart, la sœur du roi Charles Ier. Ainsi quand Anne mourut en août 1714, deux mois après la mort de Sophie, la couronne fut transmise à son fils aîné George de Hanovre qui monta sur le trône sous le nom de George Ier[122].

Le fils de Jaques II, Jacques François Édouard, fut reconnu comme roi d'Angleterre par Louis XIV à la mort de son père ; ses partisans, appelés jacobites l'appelaient Jacques III d'Angleterre et Jacques VIII d'Écosse[123]. Il mena un soulèvement en Écosse en 1715 peu après l'accession au trône de George Ier mais il fut battu[124]. Les jacobites se révoltèrent à nouveau en 1745 sous le commandement de Charles Édouard Stuart, le petit-fils de Jacques II, et furent également défaits[125]. Depuis lors, il n'y eut pas d'autres véritables tentatives pour restaurer la dynastie Stuart. Les revendications de Charles furent ensuite défendues par son frère cadet Henri Benoît Stuart, le doyen du Collège des cardinaux de l'Église catholique[126]. Henri fut le dernier descendant légitime de Jacques II et aucun de ses proches n'a publiquement revendiqué le trône depuis sa mort en 1807[127].

Héritage[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, les historiens whigs dont Lord Macaulay qualifièrent Jacques II d'absolutiste cruel dont le règne fut une « tyrannie approchant de la démence[128] ». Des historiens ultérieurs comme George Macaulay Trevelyan (arrière-neveu de Macaulay) et David Ogg adoptèrent une posture plus équilibré mais continuèrent de le décrire comme un tyran dont le règne fut une aberration dans l'historie britannique[129]. En 1892, Adolphus William Ward écrivit dans le Dictionary of National Biography que Jacques II était « sans aucun doute un bigot politique et religieux » même s'il n'était jamais dépourvu d'un certain sentiment patriotique ; « sa conversion au catholicisme fit de l'émancipation de ses compatriotes catholiques et du retour de l'Angleterre dans le catholicisme les idées dominantes de sa politique[130] ».

Statue de Jacques II à Trafalgar Square à Londres.

L'historien catholique Hilaire Belloc rompit avec cette tradition en 1928 lorsqu'il décrivit Jaques II comme un homme respectable et un véritable défenseur de la liberté de conscience et ses ennemis comme « une petite clique de grandes fortunes… qui détruisit l'ancienne monarchie des Anglais[131] ». Il nota néanmoins que Jacques II considérait l'Église catholique comme la seule autorité sur Terre et était donc opposé à tout compromis sur les questions religieuses. Dans les années 1960 et 1970, Maurice Ashley et Stuart Prall commencèrent à reconsidérer les motivations de Jacques II sur la tolérance religieuse tout en reconnaissant l'autocratisme de son règne[132]. En 2000, John Miller reconnut l'absolutisme de Jacques II mais avançait que « sa principale préoccupation était la sécurisation des libertés religieuses et l'égalité civile pour les catholiques. Toutes les méthodes « absolutistes"… visaient cet objectif[133] ». En 2004, William Arthur Speck écrivit dans le nouveau Oxford Dictionary of National Biography que « Jacques était sincèrement convaincu par la tolérance religieuse mais qu'il chercha également à renforcer le pouvoir de a couronne[130] ». Il ajouta que, à la différence du gouvernement des Pays-Bas, « Jacques II était trop autocratique pour concilier la liberté de conscience avec un gouvernement populaire. Il s'opposa à toutes les limites imposées au pouvoir du monarque. C'est pourquoi il n'était pas convaincu par les concessions qu'il dut faire en 1688. Il préférait vivre en exil en accord avec ses principes plutôt que continuer de régner en tant que monarque limité[130] ».

Dans son livre de 2009, Tim Harris résuma l'ambivalence des historiens modernes concernant Jacques II :

« L'avis du jury sur Jacques II restera sans aucun doute encore incertain pendant de longues années… Était-il un bigot égoïste… un tyran qui piétina la volonté de la majorité de ses sujets (du moins en Angleterre et en Irlande)… simplement naïf ou peut-être même vraiment stupide, incapable de saisir les réalités du pouvoir politique… ou était-il un souverain bien-intentionné et même éclairé, un despote éclairé bien en avance sur son temps, qui essayait simplement de faire ce qu'il pensait être le meilleur pour ses sujets[134]? »

Jacques II a été joué à l'écran par :

Titres et armoiries[modifier | modifier le code]

  • 14 octobre 1633 - 6 février 1685 : Son Altesse royale le duc d'York[135]
  • 10 mai 1659 - 6 février 1685 : Son Altesse royale le comte d'Ulster[135]
  • 31 décembre 1660 - 6 février 1685 : Son Altesse royale le duc d'Albany[136]
  • 6 février 1685 - 16 septembre 1701 : Sa Majesté le roi

Le titre officiel de Jacques II en Angleterre était « Jacques le Second par la Grâce de Dieu, roi d'Angleterre, d'Écosse, de France et d'Irlande, défenseur de la Foi, etc. ». Les revendications sur le trône de France n'étaient que symboliques et étaient invoquées par tous les rois d'Angleterre depuis Édouard III, peu importe la quantité de territoires français contrôlés. En Écosse, son titre était « Jacques le Septième par la Grâce de Dieu, roi d'Écosse, d'Angleterre, de France et d'Irlande, défenseur de la Foi, etc.[137] ».

Avant de devenir roi, les armoiries de Jacques étaient les armoiries royales différenciées par un lambel de trois points hermine[138]. Devenu roi, elles étaient : Écartelé, 1 et 4, trois fleurs de lys or sur fond azur (qui est France) et trois lions en pal or (qui est Angleterre), au 2, d'or, au lion de gueules, au double trescheur fleuronné et contre-fleuronné du même (qui est Écosse), au 3, d'azur, à la harpe d'or, cordée d'argent (qui est Irlande).

Descendance[modifier | modifier le code]

Nom Naissance Mort Notes
Avec sa première épouse Anne Hyde
Charles de Cambridge 22 octobre 1660 5 mai 1661
Marie II 30 avril 1662 28 décembre 1694 Épouse Guillaume III d'Orange en 1677 ; pas d'enfants
Jacques de Cambridge 12 juillet 1663 20 juin 1667
Anne 6 février 1665 1er août 1714 Épouse Georges de Danemark en 1683 ; pas d'enfants
Charles de Kendal 4 juillet 1666 22 mai 1667
Edgar de Cambridge 14 septembre 1667 8 juin 1671
Henriette 13 janvier 1669 15 novembre 1669
Catherine 9 février 1671 5 décembre 1671
Avec sa seconde épouse Marie de Modène
Catherine Laura 10 janvier 1675 3 octobre 1676 Morte de convulsions[139]
Isabelle 28 août 1676 2 mars 1681
Charles de Cambridge 7 novembre 1677 12 décembre 1677 Mort de la variole[139]
Élisabeth 1678
Charlotte Marie 16 août 1682 16 octobre 1682 Morte de convulsions[139]
Jacques Francois de Galles 10 juin 1688 1er janvier 1766 Surnommé le « Vieux Prétendant ». Épouse Marie Clémentine Sobieska (en) en 1719 ; deux enfants
Louise Marie Thérèse Stuart (en) 28 juin 1692 20 avril 1712
Avec sa maîtresse Arabella Churchill
Henrietta FitzJames 1667 3 avril 1730 (a) Épouse Henry Waldegrave en 1683 ; deux enfants
(b) Épouse Piers Butler en 1695 ; pas d'enfants
Jacques Fitz-James 21 août 1670 12 juin 1734
Henry Fitz-James (en) août 1673 décembre 1702
Arabella Fitz-James 1674 7 novembre 1704 Devint nonne
Avec sa maîtresse Catherine Sedley
Catherine Darnley c. 1681 13 mars 1743 (a) Épouse James Annesley en 1699 ; un enfant
(b) Épouse John Sheffield en 1705 ; trois enfants[140]
James Darnley 1684 1685
Charles Darnley Mort en bas-âge[140]

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Miller 2000, p. 1
  2. a et b Callow 2000, p. 31
  3. Callow 2000, p. 34
  4. Callow 2000, p. 36
  5. Callow 2000, p. 42 ; Miller 2000, p. 3
  6. Callow 2000, p. 45
  7. Callow 2000, p. 48-50
  8. a et b Trevor Royle, The British Civil Wars: The Wars of the Three Kingdoms, 1638-1660, Little, Brown,‎ 2004 (ISBN 0-312-29293-7), p. 517
  9. a et b Miller 2000, p. 16-17
  10. Miller 2000, p. 19-20
  11. Miller 2000, p. 19-25
  12. Miller 2000, p. 22-23
  13. Miller 2000, p. 24
  14. Miller 2000, p. 25
  15. Callow 2000, p. 89
  16. Callow 2000, p. 90
  17. a, b, c et d Miller 2000, p. 44-45
  18. Waller 2002, p. 49-50
  19. The Diary of Samuel Pepys, lundi 12 septembre 1664 ; Miller 2000, p. 46
  20. Miller 2000, p. 45-46
  21. Miller 2000, p. 46 ; Samuel Pepys nota dans son journal que Jacques « dévorait [sa] femme du regard ».
  22. Callow 2000, p. 101
  23. Callow 2000, p. 104
  24. Miller 2000, p. 42
  25. Miller 2000, p. 43-4
  26. Adrian Tinniswood, By Permission of Heaven: The Story of the Great Fire of London, Londres, Jonathan Cape,‎ 2003, p. 80
  27. Miller 2000, p. 58-59 ; Callow 2000, p. 144-145. Callow écrit qu'Anne s'était convertie peu avant la Restauration, « très probablement avant son époux ».
  28. Callow 2000, p. 143-144 ; Waller 2002, p. 135
  29. Callow 2000, p. 149
  30. a et b Miller 2000, p. 69-71
  31. Kenyon 1986, p. 385
  32. Waller 2002, p. 92
  33. Waller 2002, p. 16-17
  34. Miller 2000, p. 73
  35. Turner 1948, p. 110-111
  36. Waller 2002, p. 30-31
  37. Miller 2000, p. 84 ; Waller 2002, p. 94-97 ; selon Turner 1948, p. 132, la réaction de Jacques à cet accord était « on doit obéir au roi et je serais ravi si tous ses sujets apprenaient que je lui obéit ».
  38. Miller 2000, p. 87
  39. Miller 2000, p. 99-105
  40. Harris 2006, p. 74
  41. Miller 2000, p. 93-95
  42. Miller 2000, p. 103-104
  43. Miller 2000, p. 90
  44. Miller 2000, p. 87-91
  45. Miller 2000, p. 95
  46. Miller 2000, p. 98-99
  47. Miller 2000, p. 89 ; Callow 2000, p. 180-183
  48. a, b, c et d Miller 2000, p. 115-116
  49. Miller 2000, p. 116 ; Waller 2002, p. 142-143
  50. Miller 2000, p. 116-117
  51. Miller 2000, p. 117
  52. Miller 2000, p. 118-119
  53. a et b Miller 2000, p. 120-121
  54. Harris 2006, p. 45 ; Cette cérémonie concernait uniquement l'Angleterre et l'Irlande ; Jacques ne fut jamais couronné en Écosse mais fut proclamé roi à la même période.
  55. Miller 2000, p. 121
  56. Harris 2006, p. 44-45
  57. Miller 2000, p. 123
  58. Miller 2000, p. 140-143 ; Harris 2006, p. 73-86
  59. Miller 2000, p. 139-140
  60. a et b Harris 2006, p. 75-76
  61. Harris 2006, p. 76
  62. Harris 2006, p. 82-85
  63. a, b et c Miller 2000, p. 141
  64. a et b Harris 2006, p. 88
  65. Miller 2000, p. 141-142
  66. Miller 2000, p. 142
  67. a et b Miller 2000, p. 142-143
  68. Harris 2006, p. 95-100
  69. Miller 2000, p. 146-147
  70. Macaulay 1889, p. 349-50
  71. Macaulay 1889, p. 242 ; Harris 2006, p. 480-481
  72. Macaulay 1889, p. 242 ; Harris 2006, p. 70
  73. a et b Macaulay 1889, p. 385-86 ; Turner 1948, p. 373
  74. Miller 2000, p. 142 ; Macaulay 1889, p. 445
  75. Harris 2006, p. 195-196
  76. Macaulay 1889, p. 444
  77. a et b Miller 2000, p. 150-152
  78. Macaulay 1889, p. 368
  79. Miller 2000, p. 156-157 ; Harris 2006, p. 192-195
  80. Macaulay 1889, p. 368-69 ; Harris 2006, p. 192
  81. Kenyon 1986, p. 389-391
  82. Scott Sowerby, « Of Different Complexions: Religious Diversity and National Identity in James II's Toleration Campaign », English Historical Review, vol. 124,‎ 2009, p. 32
  83. Macaulay 1889, p. 429 ; Harris 2006, p. 480-82
  84. a et b Harris 2006, p. 216-224
  85. a et b Harris 2006, p. 224-229
  86. La religion exacte de Farmer est incertaine. Macaulay indique que Farmer « prétendait être papiste » Prall 1972, p. 148 le qualifie de « sympathisant catholique ». Miller 2000, p. 170 suggère que « s'il n'était pas un catholique déclaré, il était considéré comme n'étant plus anglican ». Ashley 1966, p. 89 ne mentionne pas le nom de Farmer mais parle du candidat catholique du roi. Toutes les sources s'accordent sur le fait que la réputation de Farmer de « personnage au caractère scandaleux » était un frein aussi important à sa nomination que les incertitudes sur sa religion, Prall 1972, p. 148.
  87. Jones 1988, p. 132
  88. Jones 1988, p. 132-33
  89. Jones 1988, p. 150
  90. Jones 1988, p. 159
  91. Harris 2006, p. 258-259
  92. Harris 2006, p. 260-262 ; Prall 1972, p. 312
  93. Miller 2000, p. 186-187 ; Harris 2006, p. 269-272
  94. Harris 2006, p. 271-272 ; Ashley 1966, p. 110-111
  95. Edward Gregg, « Queen Anne », Yale University Press,‎ 2001, p. 58
  96. Waller 2002, p. 43-46 ; Miller 2000, p. 186-187
  97. Ashley 1966, p. 201-202
  98. a et b Miller 2000, p. 190-196
  99. Waller 2002, p. 236-239
  100. Miller 2000, p. 201-203
  101. a et b Miller 2000, p. 205-209
  102. Le récit concernant le grand sceau est d'une fiabilité douteuse, voir Hilary Jenkinson, « What happened to the Great Seal of James II ? », Antiquaries Journal, vol. 23,‎ 1943, p. 1-13
  103. Miller 2000, p. 209 ; Harris 2006, p. 320-328 analyse la légalité de l'abdication ; Jacques II refusa de reconnaître son abdication.
  104. T. M. Devine, The Scottish Nation 1700-2007, Londres, Penguin Books,‎ 2006 (ISBN 0-14-102769-X), p. 3
  105. Harris 2006, p. 402-407
  106. Ashley 1966, p. 206-209 ; Harris 2006, p. 329-348
  107. Harris 2006, p. 349-350
  108. Miller 2000, p. 222-224
  109. Miller 2000, p. 226-227
  110. Harris 2006, p. 440
  111. a et b Harris 2006, p. 446-449
  112. Miller 2000, p. 235
  113. Miller 2000, p. 235-236
  114. « SCOTTISH ROYAL LINEAGE - THE HOUSE OF STUART Part 4 of 6 », sur burkes-peerage.net
  115. Miller 2000, p. 238 ; Waller 2002, p. 350
  116. Miller 2000, p. 239
  117. Miller 2000, p. 234-236
  118. Macaulay 1889, p. 445
  119. a, b et c Miller 2000, p. 240
  120. Registre paroissial de Saint-Germain-en-Laye, voir Association Frontenac-Amériques
  121. Miller 2000, p. 240 ; Waller 2002, p. 401 ; MacLeod 1999, p. 349 ; MacLeod et Waller avancent tous deux que les restes de Jacques furent perdus ; Noel S. McFerran, James II and VII,‎ 2003 (lire en ligne) ; McFerran indique qu'une partie de ses intestins envoyés dans l'église paroissiale de Saint-Germain-en-Laye furent redécouverts en 1824 et sont les seuls restes connus. L'article de l'English Illustrated Magazine sur Saint-Germain-en-Laye de septembre 1901 confirme cela. David Hilliam, Kings, Queens, Bones & Bastards, Gloucestershire, Sutton Publishing,‎ 1998 (ISBN 0-7509-3553-7), p. 205. Hilliam rejette l'idée que ses restes aient été dispersés ou perdus et avance que quand les révolutionnaires entraînèrent dans l'église, ils furent ébahis par l'état de préservation du corps et il fut exposé pour montrer le miracle. Hilliam avance que le corps resta « au-dessus du sol » jusqu'à ce que le roi George IV entende parler de ces restes et ordonna que le corps soit inhumé dans le cimetière de l'église de Saint-Germain-en-Laye en 1824.
  122. a et b Harris 2006, p. 493
  123. MacLeod 1999, p. 349
  124. MacLeod 1999, p. 361-363
  125. MacLeod 1999, p. 365-371
  126. MacLeod 1999, p. 371-372
  127. MacLeod 1999, p. 373-374
  128. Macaulay 1889, p. 239
  129. Prall 1972, p. vii-xv
  130. a, b et c W. A. Speck, « James II and VII (1633-1701) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press,‎ septembre 2004 (lire en ligne) (inscription nécessaire) ; il « souhaitait que tous ses sujets puissent être aussi convaincu que lui que l'Église catholique était la seule véritable église. Il était également convaincu que l'Église d'Angleterre était artificiellement maintenue par les lois pénales prohibant le non-conformisme. Si celles-ci étaient abrogées et que les conversions au catholicisme étaient encouragées alors elles seraient nombreuses. Son optimisme se révéla finalement erroné car il n'y eut que peu de conversions. Jacques II sous-estima l'attrait du protestantisme en général et celui de l'Église d'Angleterre en particulier. »
  131. Hilaire Belloc, James the Second, Philadelphie, J.B. Lippincott Co,‎ 1928, vii
  132. Ashley 1966, p. 196-198 ; Prall 1972, p. 291-293
  133. Miller 2000, p. ix
  134. Harris 2006, p. 478-479
  135. a et b Weir 1996, p. 258
  136. London Gazette: no. 1693. p. 2. 6 février 1681. ; London Gazette: no. 1728. p. 4. 8 juin 1682. ; London Gazette: no. 1849. p. 1. 6 août 1683.
  137. London Gazette: no. 2009. p. 1. 16 février 1684.
  138. « Marks of Cadency in the British Royal Family »
  139. a, b et c Weir 1996, p. 260
  140. a et b Weir 1996, p. 263


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :