Jacques III d'Écosse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jacques III.
Jacques III
Jacques III
Jacques III
Titre
Roi d'Écosse
3 août 146011 juin 1488
27 ans, 10 mois et 8 jours
Couronnement 10 août 1460
Prédécesseur Jacques II
Successeur Jacques IV
Biographie
Titre complet Roi d'Écosse
Dynastie Stuart
Nom de naissance Seumas III
Date de naissance 10 juillet 1451/mai 1452[1]
Lieu de naissance château de Stirling ou château de St Andrew
Date de décès 11 juin 1488 (à 37 ans)
Lieu de décès Stirling
Père Jacques II
Mère Marie d'Egmont
Conjoint Marguerite de Danemark
Enfant(s) Jacques IV Red crown.png
Jacques, duc de Ross
Jean, comte de Mar
Héritier Jacques IV

Jacques III d'Écosse
Roi d'Écosse

Jacques III d'Écosse (Seumas III en écossais), né le 10 juillet 1451[2]ou en mai 1452 [3] , [1] et mort le 11 juin 1488, fut roi d'Écosse de 1460 à 1488. Il était le fils du roi Jacques II d'Écosse et de Marie d'Egmont.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Il a huit ans lorsqu'il succède à son père. Sa mère, nommée régente, meurt en 1463. Pendant le reste de sa minorité, c'est l'archevêque de Saint Andrews, James Kennedy, qui dirige le royaume, jusqu'à sa mort, en juillet 1465. Jacques III se laisse ensuite gouverner par des favoris du clan Boyd, dont l'un des frères, Thomas épousa Mary la sœur ainée du roi[4]. Il mécontente la noblesse qui marche contre lui. Les favoris écartés, Jacques III prend les rênes du gouvernement. Son mariage avec Marguerite, la fille du roi du Danemark, lui apporte en dot les Orcades et les Shetland qui étaient restées sous domination norvégienne (puis danoise) depuis le IXe siècle.

Conflit avec les Mac Donald[modifier | modifier le code]

Édouard IV d'Angleterre après 1461 cherche à se venger du roi Jacques III d'Écosse qui avait pris le parti des Lancastre dans la Guerre des Deux-Roses et fomente des troubles en Écosse en appuyant les revendications d'un parti de nobles liés comte de Douglas exilé. L'année suivante par le traité de Westminster-Ardtornish, John II MacDonald, Donald Balloch de Dunivaig et des Glens d'Antrim et son fils John Mor reconnaissent le roi d'Angleterre comme suzerain contre paiement d'une pension. Réconcilié en 1475 avec Jacques III, Édouard IV abandonne ses alliés à la colère du roi d'Écosse.

Les lieutenants du roi d'Écosse : David Lindsay 5e comte de Crawford, John Stuart comte d'Atholl, Georges 2e comte d'Huntly lieutenant du Nord et Colin Campbell 1er comte d'Argyll agissant au nom de la Couronne envahissent les domaines de John II MacDonald. L'année suivante ils l'obligent à abandonner le comté de Ross ainsi que ses terres du Kintyre et les châteaux d'Inverness et Nairn. Sommé de se présenter devant un Parlement en juillet 1476 John II MacDonald se voit confirmer avec le statut de vassal le reste de ses domaines et son titre de Seigneur des Îles. Jusqu'en 1481 les revenus du comté de Ross sont attribués à Elizabeth Livingston l'épouse répudiée de John II MacDonald qui s'était réfugiée près du roi.

Complot familiaux[modifier | modifier le code]

Dans les années 1470, les frères de Jacques III s'agitent et regroupent les mécontents contre les nouveaux favoris Robert Cochrane et William Scheves. Le plus jeune frère, John Stuart comte de Mar, est jeté en prison et probablement assassiné sur les ordres du roi. Le cadet, duc d'Albany, doit prendre la fuite et se réfugier en Angleterre où il est accueilli par Édouard IV. Ce dernier proclame le duc d'Albany roi d'Écosse sous le nom d'« Alexandre IV », par la grâce du roi d'Angleterre[4]. La paix qui régnait entre les deux pays est rompue et une expédition de soutien au duc d'Albany menée par Richard de Gloucester s'empare de Berwick, ville frontière très disputée entre les deux États, et qui restera définitivement anglaise. Parallèlement, l'armée écossaise se rebelle contre les favoris, Cochrane est pendu et le roi fait prisonnier au pont de Lauder le 10 juillet 1482[4],[5]. Toutefois les deux frères se réconcilient et Gloucester rentre en Angleterre. En 1472, le pape Sixte IV érige en archevêché métropolitain le siège épiscopal de St. Andrews consacrant l'indépendance de l'Église d'Écosse[4].

Fin de règne[modifier | modifier le code]

Jacques III ne tire pas les enseignement de ses déboires et continue à privilégier ses favoris. Une ligue menée par Colin Campbell 1er comte d'Argyll, Archibald Douglas comte d'Angus, le comte de Huntly, les Home et les Hepburn se forme en 1487 contre Jacques. Ils prennent en otage le fils aîné du roi, le futur Jacques IV. Le 11 juin 1488, Jacques III est poignardé dans la confusion qui suit le 9 juin la bataille de Sauchieburn, près de Stirling. Le mystère entourant la mort de Jacques III fait l'objet de différentes versions[6].

Union et descendance[modifier | modifier le code]

Jacques III avait épousé en 1469 Marguerite de Danemark, fille de Christian Ier de Danemark et de Dorothée de Brandebourg, dont il eut trois enfants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Sa date de naissance n'est pas connue avec certitude, Norman Macdougall (en) plaide pour fin mai 1452, on trouve aussi le 20 juillet 1451
  2. (en) James III King of Scotland sur le site Medieval Lands
  3. (en) Mike Ashley The Mammoth Book of British Kings & Queens Robinson (Londres 1998) (ISBN 1841190969) « James III » p. 561
  4. a, b, c et d Michel Duchein, Histoire de l'Écosse, Fayard 1998, p. 152-156
  5. (en) site de Lauder Bridge
  6. (en) The mysterious death of James III sur le site National archives of Scotland

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Norman Macdougall, James III, A Political Study, John Donald 1982
  • (en) Mike Ashley The Mammoth Book of British Kings & Queens Robinson (Londres 1998) (ISBN 1841190969) « James III » p. 561-564.
  • (en) Steve Boardman The First Stewart Dynasty 1371-1488 The New Edinburgh History of Scotland Edinburgh University Press (Edinburgh 2006) (ISBN 978-0748612352).
  • (en) John.L.Roberts Lost Kingdoms Celtic scotland and the Middle Ages, Edinburgh University Press (Edinburgh 1997) (ISBN 0748609105).

liens externes[modifier | modifier le code]