Jacques Denis Antoine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antoine.
L'hôtel des Monnaies de Paris. Façade sur le quai.
Avant-corps central de l'hôtel.

Jacques Denis Antoine est un architecte français né à Paris le 6 août 1733 et mort à Paris le 24 août 1801. Son œuvre la plus connue est l'hôtel des Monnaies de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un menuisier, Jacques Denis Antoine étudia chez un architecte dont le nom n'est pas connu, et commença une carrière de constructeur, avant d'acheter en 1760 un office d'entrepreneur-juré. Mais il continuait d'étudier les architectes français d'autrefois, et présenta, à partir de 1763, des projets d'architecture (portail pour l'église Saint-Nicolas-du-Chardonnet, projet pour la Comédie-Française...).

En 1765, Antoine fut préféré aux architectes Étienne-Louis Boullée et François Dominique Barreau de Chefdeville pour la construction du nouvel hôtel des Monnaies qui devait être bâti sur l'actuelle place de la Concorde, en arrière de la colonnade occidentale de Gabriel. Mais, en définitive, il fut décidé en 1767 de réaliser le projet sur les quais de la Seine, à l'emplacement de l'ancien hôtel de Conti. La première pierre fut posée par l'abbé Terray le 30 avril 1771. La façade sur le quai fut achevée en 1773 et le gros œuvre, ainsi que l'essentiel du décor, en 1775. Cet édifice, très admiré, valut à Antoine d'entrer en 1776 à l'Académie royale d'architecture. Antoine, architecte de l'hôtel des Monnaies, bénéficia de la concession d'un appartement au deuxième étage, à l'angle de la rue Guénégaud et du quai Conti, où il habita jusqu'à sa mort.

À l'automne 1777, il fit un voyage en Italie, visitant le Piémont, la Lombardie et Venise en compagnie d'un ami lyonnais nommé Dumatz. Il fut rejoint par son ami l'architecte Charles De Wailly.

Comme urbaniste, Jacques Denis Antoine est l'auteur de plusieurs projets de modernisation de Paris. Pour l'île de la Cité, il imagina un parvis et des péristyles devant la Notre-Dame, une église de la Madeleine imitée du Panthéon d'Agrippa, et de nouvelles façades pour la place Dauphine rappelant celles de l'hôtel des Monnaies. Il donna également un projet de rattachement du palais du Louvre au palais des Tuileries.

Il construisit de nombreux bâtiments hospitaliers : l'hôpital de la Charité à Paris, où il utilisa pour la première fois l'« ordre archaïque » de Paestum, l'hospice de La Rochefoucauld à Paris, d'autres encore à Charenton, Niort et Senlis. Il effectua aussi des travaux au Palais de justice, succéda à Claude-Nicolas Ledoux en 1787 à la direction des travaux aux barrières de Paris. Sa réputation s'étendit au-delà des frontières, et il se vit confier des constructions en Angleterre, en Suisse et en Espagne.

Membre de l'Académie des beaux-arts en 1799, il ne se mêla pas des évènements politiques durant la Révolution, mais passa quand même quelque temps à la prison de la Force en décembre 1793, accusé d'avoir creusé un souterrain entre l'hôtel des Monnaies et la Seine pour permettre à des agents anglais de voler une partie des réserves d'or de la France. Mais il put se disculper de ces accusations fantaisistes et, après le 9 thermidor, se retira dans sa propriété du Petit Cîteaux en Touraine.

Jacques Denis Antoine était le frère du sculpteur Jean Denis Antoine (1735-1802). Sa nièce épousa François Soufflot le Romain, neveu de Jacques-Germain Soufflot.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Château du Buisson de May
Chapelle de la Visitation de Nancy

Le projet de réunion du Louvre et des Tuileries (1790)[modifier | modifier le code]

En 1790, Jacques-Denis Antoine, architecte expert au service du roi, membre de l’Académie d’architecture depuis 1776, soumit un projet de réunion du Louvre et des Tuileries.

Il proposait[2] :

  • d’affecter le palais des Tuileries à la famille royale,
  • d’ajouter à ce palais du côté de la rue Saint-Honoré un opéra,
  • de bâtir entre le Louvre et les Tuileries un troisième grand bâtiment, un palais du Carrousel affecté aux Assemblées Nationales,
  • d'inscrire dans la très grande cour des Tuileries une place aussi grande que celle de Saint-Pierre de Rome, de la même forme que celle-ci et ornée comme elle de galeries à quatre rangs de colonnes qui procureraient des avenues couvertes pour conduire au palais des Tuileries ; au centre de la place pourrait s’élever un monument composé d’une colonne surmontée de la statue de Louis XVI comme l’était à Rome celle de Trajan ;
  • d'élever cette colonne sur un rocher au milieu d’un bassin qui jetterait de l’eau avec abondance, rappelant ainsi la fameuse fontaine de la place Navone[Note 1] ;
  • de créer une autre galerie entre le Louvre et les Tuileries et d'affecter cette dernière à la bibliothèque nationale ;
  • d'installer au Louvre les tribunaux ;
  • d'installer les ministères, le Premier Écuyer et le Grand Écuyer ainsi que les académies dans différents bâtiments reliant les palais du Louvre et du Carrousel.

En 1960, Ferdinand Boyer, dans le bulletin de la Société de l'Histoire de l'Art français, rappela l'importance de ce projet de Jacques-Denis Antoine bien qu'il n'ait pas été réalisé. Il conclut : « La fin du manuscrit d'Antoine revient sur l'ampleur, la beauté et l'économie du plan qu'il proposait. Éloquence inutile ! Le projet de l'architecte semble n'avoir fait l'objet d'aucune discussion. À l'heure où naissait l'inflation de l'assignat et où s'accusait le déséquilibre des finances, il ne pouvait être question d'engager 25 millions de dépense. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • J. Duportal, « Le Voyage de Jacques-Denis Antoine en Italie », Le Figaro artistique, 1925
  • Michel Gallet, Les architectes parisiens du XVIIIe siècle, Paris, Éditions Mengès, 1995 – (ISBN 2-85620-370-1)
  • Michel Gallet, « Modèles de Jacques-Denis Antoine pour la grand'salle du Palais de justice », Bulletin du musée Carnavalet, juin 1963
  • Michel Gallet, « Jacques-Denis Antoine, architecte de l'hôtel Brochet de Saint-Prest », MFSHAP, 1970
  • Ernest de Ganay, « Le château de Herces », L'Amour de l'Art, janvier 1937
  • Charles Metais, Le château de Herces à Berchères-sur-Vesgre, 1897
  • Monique Mosser, « L'Hôtel des Monnaies, œuvre de Jacques-Denis Antoine », Informations d'histoire de l'art, mars-avril 1971
  • Monique Mosser, « Jacques-Denis Antoine, architecte créateur », in : La Monnaie et l'Institut, Paris, 1990

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Jacques-Denis Antoine souhaitait ainsi que cette place des Tuileries rappelle trois des monuments de Rome : la Colonne Trajane, la fontaine de la place Navone, la colonnade de la place Saint-Pierre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [1]
  2. Jean-Claude Daufresne, Louvre & Tuileries, architectures de papier, éd. Pierre Mardaga, Paris, 1987, p. 118.

Lien externe[modifier | modifier le code]