Jacques Barbeu du Bourg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dubourg.
Jacques Barbeu du Bourg.

Jacques Barbeu du Bourg, né le 12 février 1709 à Mayenne et mort le 14 décembre 1779 à Paris, est un médecin, historien et scientifique français, connu surtout pour ses travaux de botanique.

Il commence des études théologiques et apprend les langues anciennes, notamment l’hébreu afin d’entrer dans les ordres. Mais il renonce à son projet afin de se consacrer aux sciences. Il étudie la médecine à Paris où il obtient un titre de docteur en 1748.

Il s’intéresse à des sujets très variés : la linguistique, l’histoire, l’archéologie, la littérature, la physique, etc. Benjamin Franklin (1706-1790) entretient avec lui une correspondance suivie et amicale. En 1773, Barbeu du Bourg traduit ses œuvres.

Il est l’auteur de nombreux livres et mémoires dont la Chronographie, ou Description des tems, contenant toute la suite des souverains de l’univers et des principaux événements de chaque siècle… (Paris, 1753), Gazette d’Épidaure, ou Recueil de nouvelles de médecine avec des réflexions pour simplifier la théorie et éclairer la pratique (Paris, 1762), Le Botaniste françois, comprenant toutes les plantes communes et usuelles… (deux volumes, Paris, 1767), Petit Code de la raison humaine, ou Exposition succincte de ce que la raison dicte à tous les hommes pour éclairer leur conduite et assurer leur bonheur (Paris, 1789), etc.

Il a donné l'article Chronologique (machine) au 3e tome de l'Encyclopédie.

C’est surtout son Botaniste françois qui retient l’attention. Il y suit la méthode linnéenne et décrit les plantes des environs de Paris. Destiné aux étudiants et surtout aux herboristes, Barbeu du Bourg y décrit l’usage médicinal des différentes espèces. Il est le premier à abandonner le latin pour nommer et à décrire les plantes en français, innovation qui sera bientôt reprise par de nombreux auteurs.

Ses cendres sont déposées à la chapelle de Saint-Symphorien de l’église Saint-Germain-des-Prés.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Adrien Davy de Virville (dir.), Histoire de la botanique en France, Paris, SEDES, 1955, 394 p.
  • Amédée Dechambre, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales (huitième tome), Paris, G. Masson, 187?

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]