Jacques Ancel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ancel.

Jacques Ancel (1882-1943) est un géographe et géopoliticien français

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Parmain en Seine-et-Oise le 22 juillet 1882 dans une famille juive, il devient agrégé d'histoire et de géographie. Il est mobilisé en 1914 comme soldat de 2e classe dans l'infanterie en 1914; après avoir été blessé trois fois, il est envoyé sur le front d'Orient et termine la guerre comme capitaine, chef du service politique à l'État-Major de l'Armée française d'Orient.

Il a raconté les mutineries du 242e régiment d'infanterie qui ont eu lieu à Monastir (aujourd'hui Bitola, en Macédoine) en juillet 1917 ("De la servitude militaire, huit jours chez les mutins", in Europe, 15 juillet 1926 p.272[1])

Après la guerre, il devient un des grands spécialistes des questions d'Orient. Ses travaux servent de base aux conférences d'où sort le pacte balkanique et préparent le rapprochement serbo-bulgare.

En 1930, il passe un doctorat de Lettres avec une thèse sur la Macédoine.

Il participe en 1930 au troisième cours universitaire de Davos, avec de nombreux autres intellectuels français et allemands.

Il est successivement professeur au lycée Chaptal et à l'Institut des Hautes Etudes Internationales de l'Université de Paris. Il est membre correspondant de l'Académie roumaine et de plusieurs sociétés savantes. Il crée, à la fondation Andrew Carnegie, le premier cours de géopolitique en France.

Jacques Ancel, à travers ce cours et son ouvrage sobrement intitulé Géopolitique (1936), est ainsi le véritable fondateur de la géopolitique française.

Chevalier de la Légion d'honneur, à titre militaire, il est nommé officier en 1933 Destitué après les décrets antisémites de 1940, il est interné de 1941 à 1942 à Compiègne dans un camp extrêmement dur dirigé par l'occupant allemand. Epuisé par cet épisode et par les privations liées au port de l'étoile jaune, il meurt prématurément en décembre 1943.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1901, Une page inédite de Saint-Simon
  • 1902, La Formation de la colonie du Congo Français (1843-1882), Paris, Bulletin du Comité de l'Afrique Française
  • 1919, L'unité de la politique bulgare, 1870-1919, Editions Bossard
  • 1921, Les Travaux et les jours de l'Armée d'Orient. 1915-1918
  • 1923, Manuel historique de la question d'Orient (1792-1923), Delagrave
  • 1926, Peuples et nations des Balkans (réédité par CTHS en 1992)
  • 1929, Histoire contemporaine depuis le milieu du XIXe siècle (avec la collaboration d'Henri Calvet). Manuel de politique européenne, histoire diplomatique de l'Europe (1871-1914), PUF
  • 1930, La Macédoine, étude de colonisation contemporaine
  • 1936, Géopolitique, Paris, Delagrave
  • 1938, Géographie des frontières, préface d'André Siegfried, Paris, Gallimard
  • 1940, Manuel Géographique de politique européenne. 2. L'Allemagne, Paris, Delagrave
  • 1945, Slaves et Germains, Paris, Librairie Armand Colin, 1945.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Niogret, La revue Europe et les romans de l'entre-deux-guerres, éd. L'Harmattan, Paris 2004.

Liens externes[modifier | modifier le code]