Jacques-Louis de Bougrenet de La Tocnaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Tocnaye.

Jacques-Louis de Bougrenet de la Tocnaye (1767-1823) est un voyageur français qui fut le compagnon d'exil de Chateaubriand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jacques de Latocnaye[1] est né à Nantes le 20 novembre 1767, dans une famille de petite et ancienne noblesse d'origine vendéenne, de tradition militaire. Le nom de Latocnaye est celui d'une terre à Sainte-Marie de Pornic, entrée dans la famille Bougrenet par mariage en 1574[2].

D'abord officier dans l'armée royale (régiment de Monsieur), il fuit la Révolution et émigre en 1791. Il s'engage dans l'Armée des Princes à Coblence. Après la dissolution de cette armée à l'automne 1792, il part à Londres où il arrive fin décembre 1792. Il rencontre Chateaubriand[3]. S'ennuyant rapidement dans le milieu des émigrés désœuvrés et sans ressources, il entreprend un voyage en Angleterre, puis en Écosse, en Irlande et finalement en Scandinavie.

Muni d'argent et de lettres de recommandation pour des notables et des ecclésiastiques de l'Église Établie, il loge chez l'habitant et dans les résidences de ses hôtes, et se déplace presque uniquement à pied, portant un bagage très réduit. Il rédige en français des récits de voyage qu'il fait imprimer à ses frais et place lui-même en souscription et chez les libraires. Ses ouvrages ont du succès et sont rapidement traduits en anglais et en allemand.

Il rentre en France en 1802 et obtient sa radiation des listes de l'émigration mais ne se rallie pas au Consulat, contrairement à Chateaubriand. Son frère Joseph-Louis était mort à la guerre dans les armées de la République. Il se retire à Thouaré et Luçon dans sa famille. Il sera décoré à la Restauration au titre de l'armée des émigrés. Il ne reprendra pas d'activité au service de l'État. Son frère cadet Alexandre-Charles sera sous-préfet à Paimbœuf.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Il a écrit :

  • Édition sur Wikisource Promenade d’un Français dans la Grande Bretagne, P. F. Fauche, Brunswick, 1801 Télécharger cette édition au format ePub — Deuxième édition ; la première a paru en 1795.
  • Les causes de la révolution en France : et les efforts de le noblesse pour en arrêter les progrès, Edimbourg 1797, Réédition par Alain de La Tocnaye 1990 (ISBN 2950422918)
  • Promenade d'un Français dans l'Irlande, Dublin, 1797, réédition Kessinger Publishing, Whitefish Montana, 2009, (ISBN 978-1104894344).
  • Promenade d'un Français en Suède et en Norvège, Copenhague 1800.

Les livres ont été réédités en français en 1801 chez Pierre-François Fauche, dont la "Société littéraire et typographique de Brunswick" édite des ouvrages contre-révolutionnaires [4]. Tous sont disponibles (2014) en fac-simile.

Sources[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Fernand Baldensperger, Le touriste de l'Émigration française. Le chevalier de Latocnaye et ses promenades dans l'Europe du Nord., Bibliothèque Universelle et Revue Suisse, N° 221 mai 1914.
  • Patrick Mahéo, Jacques-Louis de La Tocnaye (1767-1823) étonnant voyageur et compagnon d'exil de Chateaubriand, Bulletin de l'Association bretonne et Union régionaliste bretonne, C 1998, p. 177, I 1999.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les éditions originales de ses livres portent pour nom d'auteur de Latocnaye. Le patronyme de La Tocnaye a cependant prévalu et est porté par ses descendants contemporains.
  2. Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, par René Kerviler, Tome 5 -J. Plihon et L. Hervé, Rennes, 1886, [lire en ligne]
  3. La nuit dans l'abbaye de Westminster des Mémoires d'outre-tombe a d'abord été racontée par de Latocnaye dans sa Promenade dans la Grande-Bretagne; l'épisode a été supprimé dans la seconde édition de 1801
  4. Frédéric Barbier, Est-Ouest: Transferts et réceptions dans le monde du livre en Europe, 17e-20e siècles, Leipzig, 2005, volume 2 page 105

Article connexe[modifier | modifier le code]