Jacqueline Rose

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jacqueline Rose, née en 1949 à Londres, est une professeure et un écrivain britannique.

Biographie et travail universitaire[modifier | modifier le code]

Née dans une famille juive non pratiquante, elle est connue pour son travail qui met en relation la psychanalyse, le féminisme et la littérature. Elle a fait ses études au St Hilda's College d'Oxford, sa maîtrise à la Sorbonne et son doctorat à l'Université de Londres.

Elle enseigne l'anglais à Queen Mary, University of London.

Elle a publié en 2001 Albertine, un roman qui se veut une variation féministe de Marcel Proust. Elle écrit régulièrement dans la London Review of Books.

Positions politiques antisionistes[modifier | modifier le code]

Jacqueline Rose a une attitude critique à l'égard du sionisme, le décrivant comme ayant eu "une action traumatisante aussi bien sur les Juifs que sur les Palestiniens"[1]. Dans le médium Open Democracy, elle appelle en 2005 à un boycott universitaire et culturel de l'État d'Israël[2].

Elle est membre du comité de parrainage du Tribunal Russell sur la Palestine dont le début des travaux a été présenté le 4 mars 2009.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sources et références[modifier | modifier le code]

Une partie du contenu de cet article vient de l'article de la version anglaise de Wikipédia.

  1. Rosemary Bechler "Nation as trauma, Zionism as question: Jacqueline Rose interviewed", Open Democracy. 17 août 2005.
  2. Jacqueline Rose "Boycotting Israel: a reply to Linda Grant", Open Democracy, 4 septembre 2005.