Jacqueline Genot-Bismuth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bismuth (homonymie) et Genot.

Jacqueline Genot-Bismuth, née en 1938 à Tunis et morte en 2004 à Étampes, est une universitaire française, qui possède une double formation d'historienne et de philosophe.

Parcours[modifier | modifier le code]

Elle a étudié l'hébreu à l'Institut des langues orientales.

Elle a été professeur à l'université Paris III dans une chaire de judaïsme ancien et médiéval. À Paris IV, également chargée d'un cours de philosophie hébraïque (à partir de 1974).

Elle est spécialiste du Moyen âge ; elle a étudié de façon approfondie la culture israélite, notamment de l'époque du Second Temple. Cela l'a amenée à travailler avec Claude Tresmontant et étudier l'apparition du christianisme à partir de ses origines hébraïques. Elle est l'auteure d'Un homme nommé Salut, qui reprend les résultats de Tresmontant et affirme l'ancienneté des rédactions des évangiles ainsi que leur origine hébraïque, en particulier de celui de Jean, qui aurait été un "Cohen". Selon elle, le texte est typiquement hébraïque, et baigné du bilinguisme de la traduction de la Septante. Selon elle, "L’Évangile de Jean correspond de façon absolument photographique à la situation des années 20-30, y compris les termes utilisés pendant le procès de Jésus, qui sont très fiables."

Publications[modifier | modifier le code]

  • Un homme nommé Salut : genèse d’une hérésie à Jérusalem, François-Xavier de Guibert/Œil, 1986, 349 p., 2e éd. 1995.
  • Jérusalem ressuscitée : la Bible hébraïque et l’Évangile de Jean à l’épreuve de l’archéologie nouvelle, François-Xavier de Guibert/Œil, 1992, 278 p.
  • Le scénario de Damas : Jérusalem hellénisée et les origines de l'éssénisme, François-Xavier de Guibert/Œil, 1992.
  • Le sage et le prophète : le défi prophétique dans le monde juif des premiers siècles, François-Xavier de Guibert/Œil, 1995, 207 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]