Jacopo de' Barbari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Luca Pacioli

Jacopo de' Barbari ou Jacopo di Barberino et Jacques de Barbary en français, surnommé le « Maître au caducée »[1] (Venise, vers 1445 - Bruxelles, 1516), est un peintre et un graveur italien de l'école vénitienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ce peintre qui est aussi graveur sur cuivre ou sur bois, rencontre Dürer en 1494-1496 à Venise. Vers l'an 1500, il travaille en Allemagne, notamment à Nuremberg et à Francfort-sur-le-Main. Il devient un peintre officiel à la cour de l'empereur Maximilien Ier de 1503 à 1504. À partir de 1510, il devient peintre auprès du gouverneur des Pays-Bas à Bruxelles.

La rencontre avec Dürer[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Peintures[modifier | modifier le code]

Perdrix grise, flèche et gants (1504)

Gravures[modifier | modifier le code]

Plus ancienne gravure représentant un Bucentaure
Vue de Venise au Museo Correr
Vues de Venise :

Généralement de petites tailles elles comportent un ombrage à traits parallèles. Il existe malgré tout une vue cavalière de la ville de Venise gravée sur bois, dont on connaît onze épreuves (dont une au British Museum et une à la BnF), publiée en 1500[2], . Elle est composée de six planches qui, assemblées, forment un ensemble de 139 cm × 282 cm [3], permettant de recomposer une vue de la ville d'une extrême précision d'une surface de 4 m2. Les matrices sont conservées au musée Correr de Venise[2].

Le financement de ces estampes est assuré par Anton Kolb, éditeur originaire de Nuremberg, qui obtient pour cela un privilège : Barbari en a donné le dessin et en a suivi la réalisation par des graveurs professionnels. Les épreuves étaient vendues trois florins, prix assez élevé[2].

Il en existe deux états. L'un comporte la date de 1500 (MD) et montre le toit temporaire du campanile de la place Saint-Marc après l'incendie de 1489. Dans le second, la date a été effacée et le campanile a été rénové (en 1511-1514)[2].

Thèmes religieux ou mythologiques :
  • Judith, Université de Liège (Belgique)
  • L'Adoration des mages, Université de Liège (Belgique)
  • La Sainte Famille avec saint Paul, Université de Liège (Belgique)
  • Apollo e Diana[4]
  • San Sebastiano[5]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. car il signe ses œuvres d'une baguette entourée de deux serpents entrelacés
  2. a, b, c et d Séverine Lepape, « La Vue perspective de Venise de Jacopo de’ Barbari à l’exposition Cima da Conegliano », Ad Vivum. L'estampe et le dessin anciens à la BnF, 3 mai 2012.
  3. Dossier de presse de la RMN relatif à l'exposition Cima da Conegliano, page 11
  4. Met Museum.
  5. MFA.

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]